mardi 11 février 2020

Dernier conseil municipal du mandat


Hier soir a eu lieu le dernier conseil municipal de ce mandat commencé en 2014.

Je souhaite ici remercier l'ensemble du personnel de la mairie d'Annecy pour son professionnalisme, ses compétences et sa disponibilité. Dans les services, à la direction générale, au cabinet du maire, j'ai toujours trouvé une écoute attentive et respectueuse. Je sais que la mairie d'Annecy est une grande maison garante d'une certaine idée du service public, avant tout grâce à nos agents qui chaque jour portent chevillés au cœur l'envie de bien faire.

Je veux également dire toute mon admiration aux élu.e.s qui arrêtent soit parce qu'ils l'ont souhaité, soit parce qu'ils ne seront pas sur une liste, soit parce qu'ils ne seront pas élu.e.s. Il est souvent de bon ton dans notre société de critiquer les élus, de leur faire porter beaucoup des méfaits de notre quotidien. Si le débat d'idées, la critique, les oppositions sont nécessaires et souvent justifiées en démocratie, il ne faut jamais oublier que les élu.e.s locaux sont d'abord des femmes et des hommes qui donnent de leur temps au service du bien commun (peu importe que nous n'en ayons pas la même définition).
J'ai souvent ferraillé sur des projets qui me semblaient mal embarqués, j'ai fait connaitre mes oppositions, parfois fermement. Mais je n'oublie pas ces centaines de réunions, de rendez-vous, de rencontres, de présences protocolaires qui chaque fois se font un peu au détriment de la famille, des amis et parfois de soi-même. Quand certains représentants de partis d’extrême droite, qui ne siègent plus au conseil depuis des années, portent le mensonge du "tous pourris", je vois ces femmes et ces hommes qui posent des congés, sacrifient leur vie professionnelle pour faire tourner la boutique. Oui on a signé, on a choisi. Personne ne se plains. Mais cela ne doit pas autoriser le dénigrement systématique organisé par certains.

Durant ces 6 ans j'ai toujours pu compter sur l'amitié et le soutien de Claire Lepan que je veux ici remercier du fond du coeur. Nous sommes passés par des moments difficiles, mais aussi par des moments de grâce comme l'annonce de l'abandon du projet de centre des congrès à Albigny. Nous avons tenu notre cap, porté nos idées. Merci Claire pour ces très bons moments passés ensemble, ce soutien mutuel qui m'a été si cher.

Au moment de laisser à l'Histoire ce mandat, je suis fier du chemin parcouru, des combats menés pour les Annécien.ne.s toujours en accord avec le projet que nous avions porté en 2014. Je crois que notre présence au conseil municipal n'aura pas été inutile contrairement à ce qu'en a dit Mme Lardet un jour sur les réseaux sociaux. Nous avons participé, à l'échelle de ce que la majorité a bien voulu entendre, à l'amélioration de certains projets, à faire émerger des urgences et à engager de nouveaux chantiers. Nous avons essayer d'honorer les Annécien.ne.s qui en 2014 nous avaient fait confiance.

Etre élu au service des Annécien.ne.s est un honneur qui m'oblige. Je crois avoir été absent pour des raisons médicales ou professionnelles 3 ou 4 fois sur ces 6 ans. J'ai participé assidûment aux commissions, j'ai informé régulièrement grâce à ce blog et à des réunions publiques, j'ai travaillé au maximum les dossiers. Je crois que j'ai fait le job avec sincérité, respect et amour pour Annecy.

Une autre page s'ouvre à présent. Le sort en est jeté. C'est à vous les habitants de décider de votre avenir et du mien en politique. Vous servir pendant 6 ans a été une joie.

Bien cordialement

lundi 27 janvier 2020

Présentation de la liste "Les Annéciens"

La semaine dernière la liste citoyenne "Les Annéciens" a présenté son programme pour répondre aux attentes des habitants de la commune nouvelle et de l'agglomération.

Ce programme a été pensé à partir de 3 sources:
- les réunions de concertation citoyenne organisées en octobre ainsi que la plateforme internet participative
- les idées des Annéciens, colistiers et experts de leur ville
- l'expérience des élus sortants

Ce programme est un tout homogène, pragmatique et réaliste, qui porte une vraie ambition : celle de remettre les Annéciens et leurs problèmes quotidiens au cœur des préoccupations. Il se déroule en 3 parties, 3 envies :
- une envie de vivre ensemble
- une envie d'écologie
- et une envie de démocratie citoyenne

Ce programme sera disponible prochainement sur le site www.les-anneciens.fr et sera distribué en boites aux lettres.



Ce samedi 01 février à 19h, salle des convivialités à Seynod (rdc de la mairie), la liste des "Annéciens" sera dévoilée au public. Ce sera l'occasion de faire connaissance avec les femmes et les hommes qui demain auront à mettre en oeuvre ce programme.

Vous êtes tous conviés à ce grand meeting de présentation ! Venez avec vos amis, votre famille : chez les Annéciens, tout le monde est bienvenu !

On vous attend nombreux et motivés pour faire bouger les choses !

A samedi.

jeudi 2 janvier 2020

Bonne et heureuse année à toutes et tous !


L'année 2020 vient de commencer. C'est une nouvelle décennie qui s'ouvre porteuse d'espoirs et de changement.

Je souhaite à chacune et chacun d'entre vous, à vos familles et vos amis, une bonne et heureuse année 2020. Que cette année vous apporte la joie et le bonheur qui se cachent souvent dans la succession de petits moments particuliers, qu'elle soit synonyme d'amour et d'amitié, ainsi que de santé et de succès.

Julien-Gabriel, mon mari, m'a dit hier matin : cette décennie sera la notre, celle des réalisations après des années à préparer, à mettre en place les éléments pour leurs réussites.

Oui, dans ces années 2020, nous allons voir grandir l'entreprise que j'ai créé avec ton si grand soutien, Les jardins de Lornay, pour devenir encore plus, je l'espère, ce parc végétal unique et protégé des agressions extérieures, lieu de vie et de détente.

Dans ces années 2020 nous souhaitons aussi voir notre désir de parentalité enfin aboutir pour connaitre le bonheur de devenir pères.

Et puis, dans cette décennie se jouera mon avenir politique. Je dois dire qu'en 2019 les attaques personnelles, la méchanceté gratuite, les faux procès d'intention m'ont beaucoup touché, plus que de raison. C'est surement le signe qu'il est temps de passer à autre chose. Cette autre chose, ce sera soit de devenir majoritaire pour changer Annecy, et c'est mon souhait, soit de tourner une page.

Cette année, je passerai le cap des 40 ans, celui de la pleine force de l'âge, celui de la génération qui partout ailleurs en Europe est aux commandes car faisant le pont entre les générations précédentes qui apportent expérience et parfois sagesse; et les nouvelles générations qui par leur jeunesse nous bousculent et nous demandent d'agir pour l'avenir, notamment celui de la planète.

Mais mon avenir personnel n'a au fond que peu d'importance. Ce qui compte c'est l'avenir d'Annecy. Avec mon équipe de la liste "Les Annéciens" nous souhaitons qu'Annecy retrouve le chemin du progrès, de l'humanisme et de l'écologie. Nous formulons des vœux de dialogue, de sérénité et de changement.

A vous mes lecteurs assidus, je veux souhaiter tout le meilleur pour cette année. Je vous remercie encore pour votre attention à me lire chaque fois. Pendant 6 ans, vous avez été présents et cette présence a été très importante pour moi au fil des mois, des conseils et des projets. J'ai tenu mon engagement de faire vivre le débat démocratique, d'informer les citoyens, première étape indispensable à une vraie démocratie participative. Je le fais par conscience "professionnelle" car je crois que ca doit faire partie du job. Je le fais surtout par plaisir et par besoin pour m'aider à réfléchir et à poser mes idées. Vous êtes parfois les observateurs amusés de mes états d’âme, ceux d'un homme "normal" qui a conscience de ses limites. Entre-nous-soit-dit je suis fier de ce que j'ai réalisé et impatient de ce qui va arriver maintenant. 2020 sera une belle année !

Je vous embrasse.

Denis

lundi 30 décembre 2019

Rétrospective 2019, merci pour toutes vos mobilisations !

En regardant dans le rétroviseur de cette année 2019, ce qui me frappe c'est de voir la contradiction de plus en plus forte entre l'irruption (certains diraient la disruption) sur la scène politique locale des citoyens et de leurs attentes en terme de progrès et de prise en compte de leurs idées, et d'un autre côté un archaïsme totalement aberrant sur des projets lancés par M. Rigaut.


Les évolutions positives :

Au cours de cette année 2019, la majorité aura largement puisé dans le programme que je portais en 2014 pour inspirer des évolutions positives à sa politique. Je ne peux que m'en réjouir même si nul n'est dupe qu'après 5 ans d'immobilisme ces éléments sont très largement électoralistes.

Par ailleurs, cette année aura été marquée par l'irruption, ENFIN, de la société civile dans le POLITIQUE. 

D'abord, l'agglomération a voté un projet de territoire construit en partie (on peut largement faire mieux ! mais c'est un début) avec les citoyens. Nous avons réussi à faire voter qu'un observatoire citoyen indépendant (même si là aussi on pourrait faire beaucoup mieux) assure le suivi des 90 engagements d'Imagine le Grand Annecy.

Ensuite l'enquête publique sur le projet LOLA comprenant le tunnel sous le Semnoz a mobilisé de très nombreux citoyens qui ont rédigé des avis très souvent négatifs sur le percement du tunnel.

En début d'été, après un relais sur ce blog, la perspective d'élargir les horaires de chasse aux dimanches notamment et à des espèces jusque là exclues, a poussé le Préfet à revoir dans le sens de la population l'arrêté envisagé pour garantir la sécurité des promeneurs et autres usagers de la campagne et pour garantir une reproduction faunistique suffisante.

Bien entendu, le point d'orgue de cette implication citoyenne dans le débat public, aura été la décision de l'agglomération, après des années et des années d'entêtement et des millions d'euros dépensés en pure perte, d'abandonner le projet de construction d'un nouveau centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny. Cette décision n'est pas le fruit d'une "bonne volonté" de M. Rigaut, mais bien d'une mobilisation citoyenne à laquelle j'ai pris largement ma part, et d'une impasse juridique. Ce fut, je le crois, l'un des plus beaux jours de ma vie politique.

De nouveau, cet automne, les citoyens ont été nombreux à participer à l'enquête publique concernant le Plan de Déplacement Urbain et à rendre leur hostilité au tunnel sous le Semnoz. Le rapport de l'enquête publique sera connu prochainement mais je crois qu'il comportera sur ce point de nombreuses critiques.

L'émergence des citoyens dans l'espace public s'est aussi manifestée par d'autres innovations et d'autres pressions. Ainsi, avec le projet de territoire, le projet LOLA et le PDU, les citoyens ont beaucoup débattu des mobilités sur notre territoire. Le président de l'agglomération contraint de trouver une porte de sortie a ressuscité le projet de tramway, envoyé en étude pré-opérationnelle. En cette fin d'année, le Léman express arrive à Annecy... 1h13 après son départ de Genève. Là encore si on note un évolution, celle-ci reste largement insuffisante.

Cette année aura aussi été marquée, et c'est une réelle joie pour moi, par la première marche des fiertés à Annecy. Là encore, les citoyens, tous les citoyens quelque soit leur orientation sexuelle, ont montré leur attachement à la tolérance et à l'amour.

Bien sûr cette émergence citoyenne aura aussi eu pour fondement des questions nationales. Je pense notamment aux Gilets jaunes, l'imposant cortège en novembre à Annecy pour dire non aux violences sexistes et sexuelles faites aux femmes, et plus récemment les manifestations contre la réforme des retraites. Les jeunes aussi, avec leurs manifestations pour le climat auxquelles bon nombre d'entre nous se sont associés, ont pris part au débat et ont bousculé les certitudes.

Oui, cette année, les citoyens d'Annecy ont été très actifs et cette activité a été couronnée de succès, parfois des années trop tard comme pour le centre des congrès, mais cette irruption des citoyens est une évolution très positive. Les Annéciens sont réveillés et ils l'ont largement prouvé cette année ! Bravo et merci. Nous devrons confirmer et conforter cette place à l'avenir et se méfier que ces concessions faites par M. Rigaut ne soient pas que des leurres électoraux...

Les archaïsmes d'un autre temps :

En début d'année 2019 (pas 1909 !), JL Rigaut prend la présidence du pole métropolitain Annecy-Chambéry et nomme que des hommes aux postes à responsabilités. La parité n'a pas encore atteint certaines pratiques et les femmes sont reléguées au second plan quand il s'agit de parler "aménagement du territoire", "transports" et "économie". Un scandale que j'ai largement dénoncé. Archaïsme.

Malgré la mobilisation citoyenne forte décrite ci-dessus, JL Rigaut s'entête dans sa volonté de percer son tunnel sous le Semnoz. Le projet LOLA loin d'être modifié pour prendre en compte l'avis des citoyens, est confirmé par l'agglomération qui "prend acte" des demandes des citoyens mais ne change rien. D'ailleurs le PDU qui arrive un peu plus tard dans l'année reprend ce projet sans aucune modification. Archaïsme

Le projet du Haras est présenté et là encore il ne prend pas en compte les attentes des citoyens. La halle gourmande va être confiée à un exploitant parisien qui tiendra donc sa galerie marchande pour bobos. Le musée du cinéma d'animation sera mis dans un placard sans aucune ambition. Le projet présenté vise de nouveau le prestige vers les touristes et oublie d'associer les citoyens et les associations locales. Archaïsme.

A l'automne, l'agglomération et M. Rigaut votent la vente d'un des meilleurs terrains agricoles du territoire, à la Pilleuse à Seynod, pour notamment y implanter 3 ha consacrés à la bagnole et à la moto. Ce "village moto" et cette "concession automobile" ignorent la nécessité écologique de conserver des terres agricoles et des espaces ouverts. Ils font la promotion des moteurs thermiques, polluants et bruyants. Contre-sens écologique et civilisationnel.

En cette fin d'année, M. Rigaut et Puthod font voter un projet pour le musée d'Annecy qui instaure le statut quo et l'immobilisme pour un musée qui devrait pourtant rayonner plus que cela et être un atout bien plus valorisé de notre culture et de notre tourisme. Immobilisme.

Conclusion :

2019 aura donc vu s'affirmer enfin les citoyens annéciens. Cette mobilisation a parfois payé obligeant les dirigeants à mettre en place des évolutions dans leur communication. Mais si la société civile annécienne est bien présente et s'affirme de plus en plus, l'archaïsme des élus majoritaires a souvent cherché à temporiser voire à ignorer les avis des citoyens. Cela nourrit le sentiment d'un décalage réel et d'une fracture visible entre ces élus dont M. Rigaut et les aspirations des Annéciens. 

Si M. Rigaut semble s'être un peu ouvert à la démocratie participative lui qui l'a toujours rejeté pendant les 13 années précédentes où il a été maire, on voit que cette ouverture est globalement une feinte. Malgré les avis des citoyens la politique des mobilités mise en place par exemple a très peu évoluée. Certes il y a la concession à une étude tramway mais cela n'engage à rien...

Ma conviction est qu'avec l'émergence de la société civile dans le débat à Annecy, on voit la volonté d'implication plus forte des habitants dans les prises de décision. Si Rigaut est obligé d'entrouvrir la porte, il est temps de changer de majorité pour ouvrir grand la porte, changer de pratiques et mettre en place des élus en adéquation  avec les attentes des citoyens.

Il est temps de changer de génération d'élus pour changer de temps politique et de siècle dans les pratiques. Je suis de la génération d'après, celle qui écoute et qui prend en compte, celle qui forme les forces vives de notre territoire et qui sait donc mieux que d'autres qu'elles sont les attentes des Annéciens et les actions à mener.

jeudi 26 décembre 2019

Urbanisation à Annecy : faut-il tout arrêter ?


Depuis plusieurs mois, j'entends monter une petite musique dangereuse, parfois relayée par certains politiques démagogiques: l'envie de prendre le chemin du déclin, de ne plus rien faire, de ne plus porter de projets, parce que "c'était mieux avant" et parce que l'équipe sortante a tellement porté des projets contre les Annéciens que nous avons développé une aversion aux grands projets.

En matière d'urbanisme à Annecy, je comprends le raz-le-bol de la bétonisation de notre ville. La manière dont M. Rigaut a laissé faire les promoteurs n'est pas acceptable (il suffit de regarder les Trésums...). Ils sont devenus les rois de la ville et l’intérêt des Annéciens a trop souvent été sacrifié comme ce fut le cas aux Capucins par exemple. C'est effectivement un développement anarchique qui s'est développé comme ce fut le cas dans les années 1960 sur la côte d'Azur. Notre environnement en pâtit et notre qualité de vie se dégrade. C'est indéniable.

Face à ce constat, il nous faut réagir.

Et pour réagir de la bonne manière, il faut rappeler quelques vérités face aux démagogues qui veulent dresser des murs et empêcher de nouveaux habitants de venir s'installer à Annecy.
Le maire d'Annecy, quel qu'il soit, n'est pas Président de la République d'Annecy. Nous n'avons pas de frontière et de postes de douanes que l'on pourrait (éventuellement) fermer pour empêcher les gens de venir s'installer ici.

Donc dire qu'on va arrêter le développement de la ville c'est MENTIR aux électeurs. Ce n'est pas possible parce qu'il n'existe pas de bouton magique pour arrêter les flux des personnes. Chaque année entre 2000 et 3000 nouveaux habitants s'installent sur le bassin et nombre d'entre eux à Annecy commune nouvelle.
Est-ce un drame ? Non, c'est une chance. Ces gens viennent ici pour travailler majoritairement parce que nos entreprises locales embauchent, signe de leur bonne santé. Ce qui attire les gens ici c'est le dynamisme économique, l'environnement et le climat.

Faudrait-il alors casser ce dynamisme économique ? Pour ma part, je serai toujours du côté de l'accompagnement des entreprises locales dans leur développement. De même, je suis pour que l'on accompagne le développement touristique.

Alors si on ne veut pas miter le territoire et étendre la ville sur les terrains agricoles et naturels qui se trouvent à proximité, que l'on veut pouvoir accompagner le développement démographique de la ville et en même temps offrir une qualité de vie optimale aux Annéciens, il faut plus que des slogans, plus que des discours démagogiques. Il faut réfléchir et résoudre l'équation.

C'est possible. Compliqué oui, mais possible !

Pour cela il faut se projeter et établir une stratégie globale (urbanisme, transports, protection des zones naturelles, développement économique, vieillissement,...). Arrêter avec le coup par coup des maisons qui se vendent et se transforment en immeubles. Il faut préserver les espaces verts et en créer de nouveaux, tout en réhabilitant la ville sur la ville. On peut combler certains trous dans la trame urbanistique. Mais de mon point de vue, tout cela ne suffira pas à répondre à la demande et les prix vont continuer à s'envoler.

Soit on laisse faire, le fameux laisser-faire libéral que M. Rigaut applique si bien localement au tourisme et à l'urbanisme et on va voir la régulation se faire par les prix, excluant petit à petit les plus modestes d'Annecy.
Je ne crois pas à cette politique qui divise et mène à la situation actuelle de mécontentement.
Soit on fait de la politique, c'est-à-dire de la gestion de la cité en prévoyant des projections à 20-30 ans. Et dans ce cas, l'urbanisation partielle de l'actuel aérodrome de Meythet, dans le cadre du projet "Central Parc" porté par la liste "Les Annéciens", devient une évidence.

Moi, je dis non au fatalisme et non au déclinisme. Tant de villes se dépeuplent et ont à faire face à des difficultés bien plus lourdes que les nôtres. Ne nous comportons pas en enfants gâtés. Oui, la non-gestion actuelle pose problèmes mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Le tourisme fait vivre de nombreux Annéciens. L'arrivée de nouveaux travailleurs est nécessaire à l'activité économique locale. Tant mieux !

Le maire d'Annecy ne peut rien aux déséquilibres démographiques nationaux. Des zones se vident d'autres se surpeuplent. C'est navrant mais c'est le résultat de politiques nationales de mise en concurrence des territoires. Un maire n'a pas le pouvoir de changer cela. Il doit faire avec. Et personnellement je préfère un territoire dynamique où l'enjeu est de faire des choix pour une meilleure qualité de vie qu'un territoire qui se meurt.

Développer le nombre d'habitants d'Annecy n'est pas un objectif en soi, pour moi et mon équipe. C'est une donnée d'un vaste problème qu'il faut tenter de résoudre. Mais stopper l'arrivée de nouveaux habitants (comment?) n'est pas non plus notre objectif car cela reviendrait à dire à certaines de nos entreprises : partez, ici on ne veut plus de votre développement !

Gérer et anticiper, voilà la seule solution pertinente.

A Annecy, comme le disait Bernard Bosson, on n'oppose pas qualité de vie/respect de l'environnement et développement économique. Ceux qui n'ont pas compris cela n'ont pas compris Annecy.

samedi 21 décembre 2019

L'organisation des musées à Annecy


Lundi dernier au conseil municipal de la commune était présenté un document de 135 pages décrivant le PSC (Projet Scientifique et Culturel du Musée-Chateau d'Annecy.

Ce document décrit l'histoire de cette institution au fil des décennies, les collections nombreuses et riches qui s'y trouvent (pour la majorité en réserves) et enfin les projets d'avenir.

C'est un document riche, complet et extrêmement intéressant qui, malheureusement a visiblement trop peu attiré l'attention. Pourtant il y est décrit la vision de la majorité actuelle en terme d'organisation des espaces muséographiques sur notre commune.

Fruit d'une longue histoire, le musée-chateau d'Annecy a accumulé les collections diverses et (trop) variées dans des domaines aussi différents que l'archéologie, l'ethnographie, les beaux-arts, le cinéma d'animation, l'histoire locale et l'observatoire de la faune et la flore locale.

Cette profusion de collections est une richesse culturelle inestimable mais bien trop peu mise en valeur. Cette profusion crée un sentiment d'illisibilité et de non-positionnement clair pour le musée auprès des Annéciens et des touristes.

Or, le projet qui nous est proposé ne répond en rien à ce besoin de clarté et d'identification du musée-château. Au contraire, il perpétue cette confusion.

Pour ma part, j'ai donc voté contre ce PSC qui prévoit un réaménagement de l'accueil (bien utile) mais qui risque de ne jamais rendre l'accès à la cour du château gratuit, ce qui est la volonté de la liste "Les Annéciens". Ce PSC prévoit également l'externalisation des collections de la filière de l'animation (ce qui est une bonne chose) aux Haras (ce qui est une erreur car ce lieu n'est pas adapté à recevoir une muséographie moderne).

Pour ma part, avec mes colistiers de la liste "Les Annéciens", nous souhaitons :

- Regrouper au musée-château actuel les collections historiques et ethnographiques, créant un musée dédié à l'histoire locale et ses influences sur les milieux.

- Convertir les étages de la mairie annexe d'Annecy (actuel hôtel de ville, dont les services auront déménagé à Meythet) en un grand musée d'arts accueillant les collections des "beaux-arts" et des expositions temporaires fruit d'une inscription dans des circuits nationaux et internationaux d'expositions (comme au palais Lumière à Evian ou à la fondation Gianadda à Martigny)

- Transposer les collections de l'image en mouvement dans une nouvelle cité du cinéma d'animation moderne, de renommée internationale, véritable bouillon de culture et d'expérience pour les visiteurs, que nous souhaitons installer le long d'un axe structurant de notre futur transport en commun lourd, sur l'actuelle commune déléguée de Seynod.

Ainsi en ayant 3 musées largement identifiés, avec des spécificités bien marquées et identifiables, nous pourrons enfin mettre en valeur les formidables collections du musée-château, en faire profiter aux Annéciens et aux touristes, dynamiser la création artistique locale (en arts et en image) et positionner clairement Annecy comme une destination culturelle de premier plan. 

Investir dans la culture a toujours été dans l'ADN d'Annecy. Les Annéciens ont droit au beau et à des musées modernes, conçus avec des muséographies impliquantes pour le visiteur et non pas seulement des musées "à la papa" chiants et rébarbatifs.

Cette stratégie s'inscrit également dans une vision d'un tourisme qualitatif et d'un tourisme qui valorise les séjours plus longs sur notre territoire.

Nous aurons enfin à réfléchir à la gestion du musée-château, devenu musée d'histoire locale et de ses implications sur les milieux. Je suis depuis longtemps un partisan de son rapprochement avec le musée savoisien de Chambéry et d'autres musées de pays (comme celui de l'alpinisme à Chamonix, le musée des costumes de Saint Jean de Maurienne et autres). On pourrait ainsi créer, sous une même dénomination commune, sur nos deux départements, un grand musée d'histoire locale, déconcentré dans les grandes villes de Savoie et de Haute Savoie, permettant  une mise en cohérence, l'attribution de spécificités par site, et la possibilité de créer des expositions itinérantes, issues de toutes ces collections pour venir au plus près des habitants.

Notre musée-château est un bijou, ses collections en son les joyaux bien trop peu exploités. Nous donnerons à Annecy l'envergure qu'une ville si chargée d'histoire, de talents et d'innovations, devrait avoir au niveau national et international pour rayonner, mais aussi pour profiter de ces collections si formidables.

Une ambition aux antipodes de ce PSC proposé par la majorité.

mercredi 18 décembre 2019

Retour sur le dernier conseil municipal

Lundi soir lors du conseil municipal de nombreux points ont été abordés. Voici les principales prises de position de Claire Lepan et moi.

1- Piscine des Marquisats

Le projet de rénovation de l'actuelle piscine des Marquisats a été présenté. Le choix architectural retenu, sobre et élégant, me semble pertinent et de nature à préserver les rives du lac, à la fois par l'ampleur du projet, mais aussi par son esthétique. L'idée de décaler l'entrée sur le côté, direction de l’hôtel de police actuel, me semble être une bonne idée. Le parti pris de lumière naturelle, de chauffage par boucle d'eau et de'adoucissement de l'eau par UV me semble aller dans le bon sens. De même je me réjouis qu'une partie "remise en forme" soit également intégrée au projet comme cela se fait dans toutes les nouvelles piscines actuelles pour répondre aux besoins d'une certaine clientèle.
Bien sûr, l'histoire nous enseignant de rester vigilants, cela ne sont que des esquisses mais il faut aussi savoir reconnaître les bons projets. Nous soutenons cette rénovation et le choix du projet.

2 - Le budget 2020

C'est le dernier budget du mandat et nul doute qu'il sera sérieusement revu et corrigé par une nouvelle équipe. Car ce budget présente des mauvais choix pour l'avenir. 

D'abord dans sa construction ce budget est contestable. Du côté des recettes de fonctionnement, j'estime que celles-ci sont sous-évaluées, impliquant mécaniquement une austérité sur les dépenses non justifiée et en particulier sur les subventions aux associations. De nouveau cette année, les associations non conventionnées verront leurs subventions gelées. C'est le cas sur la commune d'Annecy centre depuis plus de 8 ans... En parallèle, les charges qui pèsent sur ces associations ne stagnent pas. Elles sont prises dans un entonnoir qui les asphyxie.
Un geste aurait été le bienvenu. Il aurait montré que la fusion des communes, sensée apporter des économies, pouvait servir justement au rayonnement et à l'animation associative de la ville. 1% de hausse aurait représenté une dépense de 200 000 euros ca parait beaucoup mais pour un budget de 186 millions d'euros cela représente 0.1% et pour les associations ca représente une reconnaissance et une bouffée d'oxygène.

Sur les investissements, nous ne sommes pas d'accord avec le choix de construire une voie de raccordement RD 1201/RD 16 dont je continue à penser qu'elle est inutile, qu'elle créera des nuisances et retirera des terres agricoles et qu'elle a tout à voir avec l'accès au tunnel sous le Semnoz. Cette voie devrait coûter 5 930 000 Euros.

De même, j'ai toujours contesté le projet du Haras tel que présenté par cette majorité, et j'ai donc redis mon opposition à voir inscrit 1.2 M€ pour ce projet.
J'ai également dit ce que je pensais du projet du parking dit de la préfecture (cf ci-dessous).

J'ai donc voté contre ce budget. Et bizarrement en cette période pré-électorale, nous avons été plus nombreux que d'habitude à contester les choix de la majorité. Certains semblent s'être réveillés et avoir retrouvés le chemin de l'opposition après des années à toucher les indemnités de maire-adjoint ou conseillers délégués. Je m'en réjouis et je souris de ces postures politiciennes. Pour rappel le vote du budget 2019 ci-dessous. Ils ont tous voté contre cette fois.
(source : page facebook Anti-mag)

3- Le projet de parking souterrain Préfecture

Si nous ne sommes pas philosophiquement hostile à la construction de ce nouveau parking, qui répond à des besoins réels notamment pour les résidents et le commerce de proximité, et que le pragmatisme veut qu'on fasse à la fois des lignes de transports en commun convenables, avec parkings-relais, mais aussi ce genre d'ouvrage, je me suis opposé à ce projet car il me semble précipité.

Le projet de centre des congrès sur la presqu'île a été, grâce à la mobilisation citoyenne et celle de vos dévoués élus, abandonné. J'ai demandé que l'étude qui date de plus de 15 ans qui aboutissait à la nécessité de construire un nouveau centre des congrès, soit actualisée. Le résultat de cette actualisation nous dira (et il serait bien irresponsable de présupposer les résultats de l'étude avant que celle-ci ne rende ses conclusions, comme le font d'un côté les souteneurs acharnés à un nouveau centre des congrès, et de l'autre les opposants systématique à ce genre de projet) si oui ou non il faut un nouveau centre des congrès. A l'instant actuel, personnellement, je n'en sais rien.
Mais si cette actualisation nous dit qu'il faut un nouveau centre des congrès à Annecy, j'ai toujours dit qu'il fallait qu'il soit proche de la vieille ville et de ses commerces, et si possible proche de Bonlieu notamment pour une meilleure articulation en cas de "gros" congrès comme le MIFA. Déjà en 2014 je soutenais le choix du site de ce parking pour implanter l'éventuel nouveau centre des congrès.

Je n'ai pas changé d'avis. Et je trouve précipité et peu responsable de nous ôter la possibilité du choix de ce lieu pour implanter un tel équipement. L’actualisation de  l'étude doit produire ses résultats courant 2020 pourquoi voter en 2019 la création d'un parking ?

Le choix d'aménagement de la partie aérienne du parking, avec ces alignements d'arbres de haute tige est une blague à plus de 5M€. C'est une blague parce que faire croire qu'on va pouvoir faire pousser des arbres aussi hauts dans une couche de terre de 1.20m de profondeur ce n'est pas sérieux. C'est très franchement ne rien connaitre à la nature, à la vie de ces êtres vivants, à leurs besoins, à leur enracinement et à leur bien-être. Les 2 autres projets rejetés prévoyaient des fosses pour planter les arbres. Celui-ci pas. Et cela n'a pas interrogé à un moment les membres du jury ? Et voir les écolo-bobos qui ne connaissent visiblement rien à la chère nature qu'ils entendent défendre, soutenir ce projet et ses partis-pris, a quelque chose de pathétique.

Un arbre pour atteindre des hauteurs telles qu'imaginées ici a besoin d'un enracinement important. Il a également besoin de créer des connexions mycorhiziennes. Il faut un sol vivant et non pas garer des voitures dessous. En été, la chaleur va abîmer les racines et au moment des coups de vent hivernaux le faible enracinement va faire courir un grand risque de déracinement.

Et puis planter 50 arbres, pour un budget global de plus de 5 M€... Arbre, mon cher arbre... plutot que de cultiver des bambous, j'aurais dû faire arboriculteur ! Peut-etre serais-je devenu riche ? Non sans blague je connais les difficultés de mes collègues pépiniéristes qui cultivent des arbres et je me demande bien en voyant cet aménagement où vont filer ces millions d'euros.