mardi 17 septembre 2019

Municipales à Annecy

Depuis plusieurs semaines, je suis pressé par de nombreux Annéciens, ainsi que les média pour savoir si je me lance dans la campagne des élections municipales à Annecy.

Je suis très touché par ces marques de confiance que chacun me témoigne et qui m'honorent.

C'est vrai que certains candidats, on déjà largement investi l'espace public en feuilletonnant tout l'été sur une éventuelle investiture...comme si cela intéressait les Annéciens !

C'est vrai que Mme Lardet, M. Rigaut (qui fait campagne sans le dire) ou bien encore Mme Segaud-Labidi étant tous des professionnels de la politique, touchant leurs indemnités, peuvent se permettre de passer tout leur temps à inonder les média de communiqués de presse et de vraies fausses informations, de participer à toutes les inaugurations et au moindre événement, eux (surtout elles) qu'on a si peu vu jusque là.

Pour ma part, je suis en pleine saison de travail aux Jardins de Lornay. L'automne est une saison propice aux plantations, et je peux vous dire que je ne chôme pas ! Comme tous les Annéciens, j'ai un travail qui me prend du temps. Etre chef d'entreprise c'est travailler beaucoup d'heures par semaine et mon indemnité d'élu de 240 €/mois ne me permet pas d'arrêter. J'assume mes responsabilités d'élu comme je l'ai toujours fait. Mais je n'ai pas le temps de faire le siège des rédactions journalistiques.

Je regrette, comme beaucoup, que le champ politique soit monopolisé par les professionnels de la politique qui pour beaucoup ne connaissent pas grand-chose au monde réel, l'ayant quitté depuis bien longtemps et qui aujourd'hui cherchent surtout à se faire réélire pour ne pas retourner travailler.

Pour ma part, je n'ai pas ce genre d'état d'âme. Je vis très bien et m'épanoui pleinement dans mon activité. La politique n'est donc pas, pour moi, un métier, mais une passion celle d'Annecy et des Annéciens. Je n'ai pas besoin de mandat pour vivre.

Je réfléchis à une candidature. Elle est naturelle étant donné le travail réalisé depuis ces années pour contrer les mauvais coups de M. Rigaut, infléchir certains projets, apporter de nouvelles idées, et informer les Annéciens.

Mais ma décision n'est pas encore prise. J'ai encore besoin de temps et surtout de vous écouter. N'appartenant pas à un parti politique, une telle décision n'est pas anodine. Elle implique d'avoir une équipe, un soutien populaire et surtout des financements. Cette décision ne m'appartient pas uniquement. Elle appartient aussi à chacun d'entre vous, en me témoignant vos idées, votre envie de changement et éventuellement votre implication.

La seule chose qui est claire dans ma tête est que si nous décidons d'y aller, ce sera ensemble et sans étiquette partisane. J'ai donné, je sais ce que c'est et ça m'a vacciné.

L'autre chose qui est claire, c'est que j'aime Annecy et les Annéciens. Je crois que nous avons su nouer ensemble un lien de respect. Je ne laisserai pas Annecy dériver et devenir l'enjeu de partis et d'égos. Je ne laisserai pas non plus notre ville tomber dans des mains malhonnêtes à l'éthique à géométrie variable quand il s'agit de pratique politique.

La politique, pour moi, c'est d'abord une affaire d'éthique. Avoir de l'éthique, c'est être constant et clair dans ses positionnements. Ainsi je ne peux pas envisager d'alliance avec aucun des candidats déclarés ou pressentis: M. Rigaut, Mme Lardet ou bien Mme Segaud-Labidi. Elles ne partagent pas cette éthique.

Je porte des valeurs très différentes. Par exemple, quand je me dis écologiste, je vote contre la destruction du parc des Capucins ou l'installation de canons à neige sur le Semnoz. Quand je me dis dans l'opposition, je n'accepte pas des postes de maires-adjoints, pour ensuite mordre la main qui m'a nourri. Quand je me dis contre le cumul des mandats et pour la réhabilitation du politique, je ne souhaite pas cumuler député et maire et je ne me détourne pas à mi-mandat de mes électeurs de 2017. Quand je souhaite devenir maire d'une ville, je fais au moins l'effort d'assister à un conseil municipal pour savoir comment les choses se passent.

J'ai toujours placé la Politique comme une des activités humaines les plus estimables. Pour bien faire de la politique, il faut de l'éthique. Il faut être exemplaire. Les idées c'est bien, mais on sait généralement ce que deviennent les promesses...

Cette vision de la politique n'est visiblement plus dans l'air du temps. Plus personne ne semble s'étonner qu'une habitante de Saint Jorioz veuille devenir maire d’Annecy, ou bien encore qu'une maire-adjointe de Rigaut souhaite "Réveiller Annecy" après avoir participer de son endormissement pendant des années.

Drôle de monde.

Je vous ferai part prochainement de mes décisions, mais je dois d'abord aller travailler. Comme dirait l'autre, j'y pense le matin en me rasant, mais je me rase surtout pour être accueillant envers mes clients.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire