samedi 15 juin 2019

2020, « tout sauf Rigaut » ?

Chers Annéciens,

Les temps politiques actuels sont troublés et les cartes largement redéployées face à la vague citoyenne de dégagisme qui sévit en France comme à travers le monde. Annecy n’échappe pas à ces pertes de repères.
J’entends de plus de plus de monde appeler à dégager notre maire actuel pour plein de bonnes raisons. Pour le dégager, il faudrait « être unis ». Très bien, pourquoi pas. Mais dégager quelqu’un n’est pas un projet politique. Le « tout sauf Rigaut » n’est qu’un slogan creux, en aucun cas une vision pour la ville. Et les votes de certains en conseils m’ont démontré que derrière les mots, dans la réalité des choix, nos visions étaient souvent éloignées.

Vous savez combien, depuis des années, je combats la politique menée par ce maire. Et nul ne peut douter de mon envie et de ma profonde conviction que la fin de son règne serait la meilleure chose pour Annecy. 

Mais, je ne participerai jamais d’un mouvement du « tout sauf Rigaut » pour plusieurs raisons:
  • si Annecy a tout à gagner de la fin du règne de ce maire, elle a surtout besoin d’un projet collectif pour l’avenir, ce qui nous a tant manqué en 12 ans.
  • Je n’ai personnellement que très peu confiance en des « opposants » à Rigaut de la 25e heure qui, après avoir voté bon nombre de budgets et participé à sa majorité et son exécutif, voudraient à 6 mois d’une élection se racheter une virginité, ou bien ceux qui hier encore invitaient Rigaut en guest star d’un  meeting d’entre deux tours de la présidentielle à Annecy-le-Vieux, et qui aujourd’hui jurent la main sur le cœur, que la pensée de Rigaut n’est pas fongible dans le macronisme.. et enfin les pseudo-écolo, qui après avoir voté pour les canons sur le Semnoz, la poursuite du projet Lola et la betonisation du parc des Capucins vous promettent des « changements d’air »
  • Le « tout sauf » est toujours un aveu de faiblesse, l’idée de réunir sur le plus petit dénominateur commun : l’adversaire. C’est une vision négative qui ne peut produire d’effets positifs
  • Enfin, le « tout sauf Rigaut » comporte une attaque personnelle que je ne peux cautionner. Si je combats énergiquement la politique et la méthode de M. Rigaut, je n’ai rien contre sa personne que je connais très mal. Rigaut est un adversaire politique, pas un ennemi. Et le virer pour mettre quelqu’un de potentiellement totalement novice voire incompétent n’est-ce pas le risque de perdre encore beaucoup de temps ?

Je vais vous faire un aveu. Je ne sais pas ce que je ferai en 2020. S’il s’agissait de se battre projet contre projet, bien sûr que je n’hésiterais pas. Mais j’ai peur que cette élection, que certains veulent transformer en référendum pour ou contre Rigaut, ne tourne à la tartufferie. Je ne suis pas sûr qu’Annecy ait beaucoup à gagner d’une telle élection manichéenne, et que personnellement j’y ai ma place. Mes « amis » politiques ont déjà trouver la parade, et les apparences sur lesquelles s’arrêtent bien trop d’électeurs peuvent leur donner raison : tout cela ne serait qu’une bataille d’égos. 

Pourtant, êtes-vous certains que F. Lardet mènerait une autre politique que celle de M. Rigaut (et serait compétente pour le poste, elle qui ne s’est jamais prononcé sur le dossier locaux, tels que le centre des congrès ou qui choisit comme suppléant le maire de Sevrier, farouche partisan du tunnel) ? Pensez-vous que Norah Segaud-Labidi qui accompagne cette majorité depuis 3 ans soit encore crédible à porter le changement ? Et pensez-vous que les écologistes locaux qui se sont tant de fois renier sont les plus écologistes des élus en place ? Quant aux listes citoyennes, pilotées à distance par des élus qui cherchent, derrière des paravents de groupes citoyens à se reconstruire une virginité, ils ne bluffent plus grand monde.

Annecy ne doit pas être un trophée que l’on accroche, une putain que l’on se paie. Rigaut n’est pas une cible à abattre. Rigaut ne sera battu que sur un projet alternatif, pas sur des attelages brinquebalants qui exploseront le premier obstacle survenu.

Je sais que tout cela est séduisant parce que le ressenti contre Rigaut est fort, à juste titre. Pourtant elle conduit Annecy dans le mur. Je ne suis pas certain que les Annéciens aient envie d’entendre cela. Et n’étant pas convaincu que ces listes fassent finalement mieux que Rigaut (si ce n’est potentiellement pire, ce que je redoute) mais que bien drapées dans une communication elles attirent des sympathies, je ne crois pas avoir envie de jouer et j’hésite entre rentrer chez moi et abandonner Annecy à son sort ou monter au créneau pour qui? Pour quoi quand la valeur politique ne se mesure plus aux convictions et aux votes, mais à la stratégie et à la communication. 

Puis-je rivaliser avec mon expérience, ma constance et mon intégrité, en portant un programme sérieux, face à tant de mystifications ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire