mardi 10 juillet 2018

Un goûter pour nos enfants


Lors du dernier conseil municipal, la majorité a décidé d'harmoniser les conditions (horaires, prix...) d'accueil des enfants dans le périscolaire pour la rentrée de septembre. En réalité, cette harmonisation avait déjà été votée il y a quelques mois, mais aujourd'hui quand M. Rigaut veut casser du service public, il parle d'harmonisation liée à la fusion des communes. C'est pratique et ca permet d'endormir la population.

Dorénavant les enfants pourront être accueillis par les services municipaux de 7h30 à 18h30 les jours de la semaine. Soit une amplitude horaire potentielle de 11h par jour. A ce rythme-là les enfants "travailleront" bientôt plus que leurs parents qui sont aux 35h...

Bref je suis intervenu pour qu'une attention particulière soit portée à l'attention des enfants qui, à cause de contraintes de leurs parents, seraient amenés à devoir rester (trop) longtemps à l'école.

Les élus de la commune déléguée de Pringy ont alors fait savoir que la proposition d'harmonisation (il faut comprendre de "casse du service public") ne prévoyant pas le maintien d'un goûter à 16h pour les enfants, ils émettaient un avis défavorable à cette "harmonisation".

En effet, à Pringy, Meythet et Annecy-le-Vieux, les communes distribuaient jusqu'alors des goûters aux enfants pour garantir un équilibre nutritionnel, avec des produits de qualité souvent locaux. Au lieu de quoi il est proposé que chaque parent se débrouille pour pourvoir son enfant  d'un biscuit (industriel) ou de tout autre élément d'une collation. La ville ne fournira plus qu'une qu'une boisson (on retrouve là tout la mollesse de la politique rigautienne : ne pas totalement supprimer mais ne pas conserver non plus... le juste milieu en quelque sorte... qui mécontente tout le monde).

Elu d'Annecy historique, cet aspect de l' "harmonisation" m'avait échappé. J'ai donc écouté avec attention les arguments des uns et des autres. J'ai fini par conclure qu'un goûter aurait évidemment tout son intérêt : il garantit à tous les enfants d'avoir quelque chose dans le ventre, de préférence un goûter de qualité (avec par exemple des fruits de saison ou des gâteaux avec un cahier des charges précis) et harmonisé (gommant ainsi les différences sociales des uns et des autres).

Il a été ensuite question du coût. La mise en place de ce goûter coûterait environ 150 000 euros par an à la commune (sur un budget à 180 millions d'euros....) si elle le prenait entièrement à sa charge. Certains élus proposaient même que les parents puissent participer financièrement... Bref ce n'est pas la mer à boire.

Mais la majorité n'a pas voulu écouter ces arguments. Certains élus annéciens qui n'ont jamais eu le courage publiquement de s'opposer à la hausse des coûts du périscolaire pour la ville historique y ont même vu la manière de se venger en supprimant quelque chose à ceux qui avaient gagné sur le prix... Oeil pour oeil, dent pour dent... sur le dos des enfants !

Bref, invité par le maire délégué de la commune de Pringy à manifester notre opposition à cette suppression du gouter tout en ouvrant un espace de discussion pour éventuellement revenir sur ce choix prochainement, je me suis abstenu sur cette proposition d' "harmonisation" en espérant que la majorité aura compris qu'il n'est pas trop tard pour faire machine arrière et enfin faire que cette fusion de communes tire les services à la population vers le haut en prenant le meilleur de chaque commune déléguée, plutot qu'en les tirant vers le bas en "harmonisant" systématiquement au moins-disant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire