mercredi 18 juillet 2018

Deux années de vie au grand air



Il y a un peu plus de 2 ans je créais ma propre entreprise en mettant ses pieds "Les Jardins de Lornay", première bambouseraie des Savoie à quelques pas de Rumilly.

Après des années de galère professionnelle, liées à mon implication politique locale qui m'a valu, en sous-main, de nombreuses pressions pour mettre à mal mes projets professionnels (notamment à l'université), je décidais qu'il fallait réagir... et agir.

J'ai découvert les bambous il y a un peu plus de 12 ans, par hasard... J'en suis tombé amoureux. D'une passion, j'ai décidé d'en faire un métier, ici en Haute Savoie.

Devenir exploitant agricole (car c'est mon statut) n'a pas été un chemin facile. Quand on n'est pas du métier et qu'on a un projet aussi original, il faut toujours montrer pattes blanches, convaincre, argumenter... pour emporter à chaque étape un succès. Il y a les organismes professionnels qu'il faut convaincre car ils défendent d'abord (et c'est parfaitement normal) les intérêts des agriculteurs en termes de sauvegarde des terres agricoles. Je veux ici les remercier pour leur écoute et leur soutien. Il y a les banques... et ce n'est pas une mince affaire que de les convaincre de vous faire confiance. Mais il faut croire que j'ai su être persuasif. Il y a aujourd'hui les clients et le grand public à mobiliser pour se faire connaitre et permettre à l'entreprise de tourner.

Il y a enfin la famille qu'il faut jour après jour savoir motiver pour continuer la galère.

Etre chef d'entreprise est un métier passionnant, en prise directe avec la réalité. Chaque décision que vous prenez a un effet immédiat... sur la bonne marche (ou non) de votre petite entreprise et, bien sçur, sur le niveau de trésorerie à la banque! Parfois on se trompe (le moins souvent possible) et plus généralement on réussit ! Bien sûr que passer des heures devant sa comptabilité, en rendez-vous bancaires, en négociations de crédits, en achats de matériel, etc... demande quelques compétences. Mais le plus important c'est le projet d'entreprise.

Aux jardins de Lornay, j'ai voulu mettre en oeuvre mes valeurs les plus profondes :
- le respect de l'environnement, quand tant d'autres en parlent, ici j'agis en créant 1.5 ha de végétaux sans produits chimiques, sans engrais, sans herbicides. Ces 1.5 ha de végétaux capteront une fois adulte l'équivalent de 15 tonnes de carbone dans l'atmosphère, de quoi garantir une empreinte écologique positive en ce qui me concerne.
- l'accueil et les rencontres avec mes visiteurs et mes clients en passant le temps nécessaires à échanger sur les végétaux, leurs pousses, les projets... et puis de fil en aiguille sur la vie en général. A Lornay ce sont toutes les générations, tous les milieux sociaux qui se croisent et qui échangent, mobilisés par le respect des plantes et la curiosité. Notre saison culturelle est aussi le signe de ma volonté, soutenue par de nombreux bénévoles, de faire que ces jardins ne soient pas qu'une entreprise avec cette notion de rentabilité, mais aussi un acteur de vie sociale et culturelle locale, à son humble mesure, en proposant chaque été des spectacles de qualité, gratuits pour que chacun puisse avoir accès, même en milieu rural au théâtre, à la chanson, à la poésie.
- la qualité et le respect des plantes, des hommes; la transmission du savoir en accueillant régulièrement des stagiaires ; en leur transmettant les bons geste pour ne pas avoir mal au dos, pour savoir regarder et écouter une plante qui va mal et lui apporter les soins nécessaires, pour que cette plante, notre bébé que j'ai planté, que j'ai vu grandir et qu'il m'est toujours un peu difficile de voir partir soit bien et s'épanouisse dans sa nouvelle vie.

On peut faire de la politique en étant membre du conseil municipal, du conseil d'agglomération, comme je le suis. Mais on peut aussi faire de la politique par les choix que l'on fait chaque jour dans sa vie. Mon expérience professionnelle m'amène forcément aujourd'hui à voir certaines choses différemment, à mieux comprendre certains enjeux sans pour autant oublier mes valeurs et renier mes prises de décisions passées.

Quand certains font des carrières pistonnées ou que d'autres passent leur vie à accumuler les mandats électifs pour vivre et n'ont jamais connu la réalité d'être agriculteur, commerçant ou salarié; je dis "Merci" à la vie pour ces opportunités qu'elle m'a offertes. Merci à ceux qui ont voulu saper ma vie d'enseignant universitaire, ils m'ont donné la force et l'énergie pour rebondir et me lancer dans cette formidable aventure d'une vie entière au grand air !

www.jardins-lornay.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire