jeudi 12 avril 2018

L'engouement pour la démocratie participative de la majorité


Quand on lit les journaux, on a presque l'impression que la majorité et notre maire sont de fervents défenseurs de la démocratie participative, de la concertation des citoyens et de leur implication dans les prises de décision.

On peut lire des gros titres flatteurs pour "Imagine le grand Annecy" ou bien pour les réunions de quartiers, ou bien encore pour l'élaboration du Plan de Déplacements Urbains.

Tout d'un coup, je me prends à me féliciter : peut-être qu'à force de réclamer cette implication des citoyens, à exiger qu'on les écoute... peut-être... enfin... aurait-on été entendus ? 

Car cette conversion est, les faits en attestent, très récente. N'ayons pas trop la mémoire courte tout de même ! En effet, c'est assez marrant au fond de voir que l'on pose la question aux citoyens de savoir ce qu'ils veulent faire ensemble de l'avenir du Grand Annecy APRES avoir fusionné... (sans leur demander leur avis). N'aurait-il pas été plus pertinent, et pour tout dire "intelligen"t, de poser cette question AVANT, comme nous le demandions ?

Surtout que toutes les grandes décisions et orientations ont déjà été prises et ne sont plus négociables : Centre des congrès, tunnel sous le Semnoz, construction de nouvelles routes, etc... Sur tous ces sujets, bizarrement, point de discussion avec les citoyens. Tout est déjà acté !

Je note cet engouement populaire pour les réunions d'"Imagine le grand Annecy" et cela ne me surprend pas car je suis convaincu depuis bien longtemps de l’intérêt que porte les citoyens aux affaires publiques et leur envie de participer plus activement.

Mais je n'ai pas voulu participer à cette mascarade. Car faire croire aux citoyens (une fois que les grandes lignes sont déjà fixées) que leur avis va compter c'est pitoyable et au fond cela abîme encore plus la démocratie car la frustration qui va naître de cet espoir (vain) d'être écouté sera terrible pour l'abstention et l'image des élus.

Car enfin, qui peut croire qu'à 23 mois d'une élection municipale, avec des conclusions rendues à 18 mois de cette même échéance, quoi que ce soit va changer avant la fin du mandat ? Personne.

C'est uniquement une opération de communication électoraliste qui vise à faire oublier 4 ans de décisions prises sans aucune négociation ou concertation, dans l'opacité la plus complète. Je déplore cette instrumentalisation des citoyens et des média dont aucun n'a relevé que dans une démocratie "normale" on pose les sujets à débattre avec les citoyens en début de mandat, puis on fait les choix et enfin on réalise.

Ici Rigaut se rachète une virginité démocratique avec le soutien de certains média, sur la crédulité des citoyens, avides d'être écoutés, qui saisissent chaque opportunité (et c'est naturel) pour parler de leurs difficultés.

Il cherche surtout à légitimer a posteriori ses choix et les orientations qu'il a pris en les vendant comme "les seuls choix possibles" sur lesquels il serait impossible de revenir.

Parler du superflu quand l'essentiel a déjà été décider c'est prendre les citoyens pour des cons. Personnellement je n'ai pas voulu cautionner ce mépris et ce cynisme.

Tout comme je ne participe pas à ces séminaires d'élus qui pullulent depuis ce début d'année alors que l'année dernière, au moment de prendre les grandes décisions, les élus minoritaires ont été violemment écartés. Je n'ai pas besoin d'aller à la messe avec M. Rigaut comme pasteur pour nous porter sa bonne nouvelle. En plus, moi, contrairement à visiblement plusieurs élus, je travaille les samedis et autres jours de la semaine. Et j'ai toujours préféré garder un pied dans le réel plutôt que d'assister aux grandes bouffes entre élus qui se congratulent de vivre sur l'argent du contribuable.

Alors j'aurais aimé croire à la conversion de la majorité à la démocratie participative. mais, je ne sais pas pourquoi, j'ai comme un doute...

1 commentaire:

  1. Ce serait quoi la démocratie participative non manipulable et non manipulée ?

    R. JULIEN .

    RépondreSupprimer