mercredi 21 mars 2018

Transports en commun sur Grand Annecy : définir un plan de rattrapage


La situation actuelle des transports sur Grand Annecy Agglomération n'est pas acceptable. Engorgements routiers, réseau de bus inachevé, partiel et sous-doté, pistes cyclables en pointillés... tout cela conduit à une forte dégradation de nos conditions de vie (dans le cadre de nos trajets domicile-travail ou de loisirs) et à une pollution atmosphérique intolérable car elle porte atteinte directement à notre santé et à notre espérance de vie.

Ce constat est le fruit d'une politique menée depuis depuis 10 ans par M. Rigaut totalement inadaptée et irresponsable aux vues des conséquences sanitaires et environnementales subies.

Cette année, par exemple, le budget pour réaliser de nouveaux investissements pour les transports en commun est de moins de 300 000 euros.

Il faut sortir de cet immobilisme, de ce tout voiture et retrouver une qualité de vie et d'air plus acceptables. C'est indispensable pour nous, citoyens, mais aussi pour notre image (notamment touristique).

Dans le cadre des réflexions que je mène avec mon équipe pour réfléchir à l'avenir et proposer une alternative, je vais proposer que l'on étudie un plan de financement pour un rattrapage de ce retard des transports en commun.

Je donne 3 orientations de réflexions :

1) Un réseau à repenser à l'échelle de notre nouvelle agglomération

D'abord revoir le maillage de notre territoire en déclinant sur tout le Grand Annecy des voies principales, des voies secondaires et de voies de dessertes locales, chacune devant s'adapter à un cadencement particulier. Le mode de transports (tramway, bus, "taxis", vélos...) devra être défini selon les besoins. Les associations ont de nombreuses compétences et de nombreux travaux qu'il faudra prendre en compte dans le cadre d'une réflexion commune.

2) Le financement du plan de rattrapage.

En 2020, la disparition de la taxe d'habitation voulue par le gouvernement aura lieu. C'est une vraie économie pour le contribuable. Mais cette taxe (dont le taux est de 7.25% pour le Grand Annecy) rapportait 26 millions d'euros par an à l'agglomération. Puisque l'Etat va compenser cette perte j'estime que nous pouvons étudier la proposition suivante : Maintenir une partie de cette taxe d'habitation (uniquement sur la part de l'agglomération) pour financer les investissements nécessaires au rattrapage du retard accumulé sur la création du réseau de transports en commun.

Pour un logement à Annecy de 60 m² qui paye aujourd'hui 727 € de taxe d'habitation, on pourrait retenir un taux de 5% ce qui couterait au contribuable : 130 €. Certes ce n'est pas 0 € comme le voudrait la réforme mais le gain de pouvoir d'achat reste largement significatif avec une baisse de près de 600 €/an.

Ce financement permettrait de récolter environ 20 M€ / an dont je m'engage à ce qu'ils servent uniquement au financement de la réalisation des investissements de transports en commun.

Ces investissements nouveaux entraineront des couts de fonctionnement nouveaux dont il faudra discuter la répartition entre les abonnements et le versement transport payé par les entreprises.

Je pense aussi réaliste de se fixer une durée de vie limitée pour cette taxe d'habitation de 5 % de 5 à 6 ans maximum.

Je crois que notre qualité de vie et notre santé mérite que l'on consacre les ressources nécessaires, le temps nécessaire, pour réaliser les investissements de transports en commun dignes d'une agglomération de plus de 200 000 habitants. Au total sur 6 ans (le temps d'un mandat), cette mesure exceptionnelle de financement couterait 780 € au logement dont j'ai pris l'exemple. On peut dire que c'est cher. mais on peut dire aussi que c'est pas cher payé pour une meilleure qualité de vie et d'air. Mais elle permettrait de récolter 120 millions d'euros et de financer en plus les emprunts nécessaires à la réalisation d'un vrai réseau de transports en commun.

3) La méthode

Je souhaite un large débat sur ces perspectives qui associe largement les citoyens, les associations, les entreprises, les élus. Pour que ce débat ait réellement lieu et que chacun puisse exprimer ses arguments, ses contre-propositions, je souhaite que l'on réfléchisse à l'organisation d'un référendum sur cette question qui permette de faire trancher directement par le citoyen-contribuable la question de nos mobilités futures. Toutes les propositions pourront ainsi être exposées ouvertement (du statut quo actuel aux projets les plus audacieux) avec leurs modes de financements.

C'est un choix de société et d'avenir car il touche notre cadre de vie, l'organisation de notre territoire, la notion de solidarité et celle de mobilité, notre économie et notre tissu d'entreprises, notre santé, l'avenir de notre planète, le tourisme, les liens sociaux... Il coûtera de l'argent c'est vrai et moi je ne me cacherai pas derrière mon petit doigt. 

Je souhaite pouvoir proposer une méthode et ouvrir ce débat, enfin. Nous allons travailler à cela et proposer sur ce sujet comme sur d'autres une autre voie, une autre méthode démocratique car convaincu qu'on ne fait de grandes choses que tous ensemble en comptant sur l'intelligence collective et le sens des responsabilités de tous.

3 commentaires:

  1. L'idée de repenser la hiérarchisation du réseau est sans doute bonne car elle oblige à hiérarchiser toute l'action politique ( équipements publics et privés , natures d'activités , densité et mixité de population ....) Elle n'a de sens que si elle est concomitante à ces autres "hiérarchisations" .

    RépondreSupprimer
  2. L'idée de maintenir une taxe d'habitation spécifique à Annecy pour financer l'amélioration des transports urbains est-elle compatible avec les engagements du Gouvernement sur la suppression de cette taxe dans la durée du quinquennat ? Une telle proposition risque de ne pas vous attirer la sympathie des petits contribuables, en particulier des retraités, pour qui cette suppression devait compenser la hausse de la C.S.G.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La clarté voudrait que ce soit le versement transport qui soit interrogé . Il a subi des modifs d'assiette , dans le cadre du "Grand Annecy" en 2017 , ce qui ne fait pas que des heureux .

      R.JULIEN

      Supprimer