mercredi 14 février 2018

Les transports en commun : c'est la panne !


La semaine dernière, nous étions appelé à voter le budget 2018 de l'agglomération du Grand Annecy. Claire et moi avons voté contre ce budget. Outre le fait qu'il prévoit 6 550 000 euros pour le centre des congrès sur la presqu'île, qu'il plafonne le financement du logement social à 2 millions d'euros (ce qui est la même somme que celle inscrite depuis 10 ans à la seule C2A alors que nous avons fusionné avec 4 autres EPCI), et qu'il gèle la subvention au CIAS (qui s'occupe de l'aide sociale, du maintien à domicile de nos ainés, des repas livrés chez les personnes âgées, alors que les demandes sont en forte hausse), c'est la politique des transports qui pose réellement problème.

Inutile de revenir (car c'est largement connu) sur la piètre qualité de l'air que nous respirons régulièrement à Annecy. Or cette pollution provient du chauffage individuel (et j'ai voté sans aucun problème la création du fonds air et sa prime pur le renouvellement des cheminées polluantes) mais aussi du trafic routier.

Le président de l'agglomération n'arrête pas de dire que "les transports en commun, c'est la priorité". Il parait même qu'il est président d'un truc national des transports en commun en ville.

Pourtant regardons les faits, rien que les faits.

Dans son projet "Agglo 2030" voté par la C2A, présidée par M. Rigaut (sauf une voix la mienne, ce qui est quand même le comble que ceux qui votent ce genre de délibérations s'assoient ensuite dessus), il est programmé de réaliser la "croix" de BHNS d'ici à 203 c'est-à-dire 2 lignes structurantes en grande partie en sites propres (1 ligne Sevrier/La Balme ; 1 autre ligne Seynod/Campus).

Dans ce document il est annoncé que l'agglo s'engage à mettre entre 2.5 et 2.7 millions d'euros par an pour réaliser ces lignes.

Or que voit-on :
En 2016 l'agglo a (ne soyons pas trop exigeants) financé pour 2.3 millions d'euros de BHNS (on y était presque).
En 2017 le budget voté (on verra la réalité des réalisations lors du compte administratif de juin) était de 1 million d'euros
En 2018 il nous a été proposé de voter 290 000 euros de financement...

En 3 ans, depuis le vote du projet Agglo 2030, on a donc financé (si tout est bien effectivement réalisé ce qui reste à regarder) : 2.3 +1 + 0.29 = 3.59 M€
On aurait dû financer, si les élus faisaient ce qu'ils disent qu'ils vont faire : 2.5 (je prends l'hypothèse basse !!!) x 3 : 7.5 M€

En gros, l'agglo a réalisé moins de la moitié des lignes structurantes annoncées ! Le retard pris est de 3.9 M€ en seulement 3 ans.

Le retard pris sur ces engagements est scandaleux alors qu'il s'agit d'une priorité absolue d'attractivité du territoire, de protection de notre environnement et de santé publique. Mais voilà un bel exemple de la méthode Rigaut : des beaux discours pour endormir la population et aucune action ! Rien.

Ce qui est le plus inquiétant c'est la tendance des financements. A ce rythme, l'année prochaine on ne financera plus rien...

Surtout que les financements nécessaires à la réalisation de ces lignes structurantes sont aujourd'hui inexistants. Faute d'anticipation et de travail sérieux sur ce sujet, où trouver les financements nécessaires ? Augmenter le VT ? Augmenter le ticket de bus ? Augmenter les impts pour financer le budget des bus ? revoir les arbitrages budgétaires en renonçant par exemple au nouveau centre des congrès à Albigny pour financer les bus ?

Nous sommes au pied du mur. L'agglo cale sur la réalisation de vrais transports en commun pourtant si nécessaires .

Sur ce sujet, comme sur beaucoup d'autres, le bilan de M. Rigaut est catastrophique. Par ses choix, il laisse aujourd'hui l'agglo dans une situation financière bien plus difficile que lorsqu'il en est devenu président il y a 11 ans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire