mercredi 3 janvier 2018

Mon soutien au préavis de grève des agents municipaux


C'est inédit. Cela fait 10 ans que je suis élu et jamais, JAMAIS, l'ensemble des syndicats de la commune n'avaient déposé un préavis de grève illimité à Annecy.

C'est pourtant que ce qu'ils viennent de faire comme vous pourrez le lire ici. Cette grève débutera le 11 janvier prochain et porte UNIQUEMENT sur des considérations locales. Là encore, une première.

C'est donc qu'ils doivent vraiment en avoir sur la patate, car nul ne peut dire que ce soit une tradition annécienne que de se mettre en grève...

Je veux ici très officiellement apporté mon entier soutien à cette initiative que personne ne prend de gaieté de cœur.

Personnellement, depuis des mois, en conseil municipal j'interviens pour relayer le malaise qui me remonte des agents du terrain. Avec mes collègues, nous sommes intervenus publiquement pour dire que la part variable dans la RIFSEEP était trop élevée. Encore au dernier conseil municipal, je suis ré-intervenu sur les ratios promus-promouvables.

Avant la fusion nous avions dénoncé la précipitation et l'impréparation de ce projet. On ne fusionne pas en 6 mois de manière correcte. Ce sont les agents qui en ont payé les pots cassés. J'ai souvent cité cette réalité des plombiers municipaux d'Annecy qui aujourd'hui doivent intervenir, au même nombre, sur les 6 communes déléguées. J'ai pris l'exemple du service des séniors dont on étend les activités à toutes les communes sans augmenter les effectifs. J'ai aussi souvent alerté sur les changements de lieux de travail, la dislocation du collectif par  l'éclatement des services dans les différentes communes déléguées.

Encore au dernier conseil municipal, j'ai voté contre le budget qui prévoit 1.7% de hausse de la masse salariale, c'est-à-cire une décroissance des postes, quand Grand Annecy prévoit +3% pour ses propres personnels. De même, à force de réduire les dépenses de fonctionnement on prive les agents des moyens de travailler correctement. Tout cela je l'ai dit.

Chacun doit rester à sa place et les représentants du personnel feront leur travail, celui de défendre les agents municipaux et de discuter avec le maire et la direction générale. Je veux simplement dire à tous les agents, mais beaucoup le savent déjà comme en témoignent les nombreuses marques de remerciement et de soutien que je reçois d'eux presque quotidiennement, qu'il y a au sein du conseil municipal des élus qui comprennent et entendent leur malaise, leur mal-être. Je l'ai relayé et continuerai de le faire à mon niveau.

Je sais combien de nombreux agents sont déchirés, mal dans leur peau depuis plusieurs mois. Travailler à la ville était faire partie de la maison, s'y sentir bien, respecté et épanoui. Cela demande beaucoup de temps et de confiance, de dialogue et de respect pour former cette cohésion positive au service de la population. En un an, pour une ambition personnelle démesurée et l'accaparement du pouvoir, le maire et les maires-délégués ont cassé cette dynamique. J'en suis personnellement très triste.

Il y a des collectivités, et ce n'est pas une critique, où les personnels vont au travail. Et puis il y en a d'autres où les agents mettent un supplément d'âme dans leurs missions, savent se mettre en quatre pour trouver des solutions, faire des heures, ne pas compter, ne pas se plaindre. C'était indéniablement le cas à Annecy avant. Tout cela on veut bien le faire quand on est reconnu. Mais quand la reconnaissance n'est plus là, que l'écoute n'existe plus, que la direction se fait autoritaire et détachée de ses personnels, la motivation n'est plus la même. Qui pourrait blâmer les agents ? Personne.

Pourtant je reste positif. Je souhaite que le dialogue redémarre et que chacun revienne à la réalité. M. Rigaut vous avez eu vos titres(maire de la commune nouvelle, président d'une agglo élargie, demain président d'un pole métropolitain, président des communautés de France...), vos casquettes et vos indemnités, c'est bon. J'imagine que l'agenda ne doit pas être facile pour faire tout cela, et en plus prendre le temps de dialoguer avec le personnel. Tout cela a été validé par vos élus. Alors maintenant revenez à la réalité du terrain, à la réalité des Annéciens et des agents municipaux.

Quand à mes collègues élus, qui ont été si peu nombreux le 22 décembre dernier à venir honorer les agents municipaux récipiendaires d'une médaille du travail ou partant à retraite (moins de 20 élus sur 198...), je souhaite qu'ils ouvrent enfin les yeux et la bouche et que plutot que de gober naïvement les paroles d'un Rigaut ou d'un Boutry se mettent à aller voir sur le terrain la réalité des choses avant de voter n'importe quoi.

Ce préavis est un appel. C'est en tous cas comme cela que je l'entends. Un appel au secours. Saurons-nous y répondre ? C'est tout l'enjeu des jours à venir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire