jeudi 9 novembre 2017

Notre lac disparait...


On va surement me traiter de vieux c... ou de nostalgique du passé mais j'assume.

Il faut un temps, pas si lointain mais que les moins de 10 ans ne peuvent pas connaitre, où l'obsession des maires d'Annecy était de redonner au lac ses lettres de noblesse.

Dans les années 1950/1960, Charles Bosson puis André Fumex ont eu à cœur de rendre le lac "propre". Chacun connait l'histoire et la volonté de ces hommes auxquels il faut ajouter la mémoire du Dr Servettaz pour détourner les eaux usées des habitations et éviter ainsi la pollution du lac par nos déchets. Chacun sait aujourd'hui l'attachement de tous à la pureté de son eau (qui est présente quotidiennement dans nos intérieurs) et la qualité de sa baignade.

Il y eut aussi le rachat et la démolition de la chocolaterie, puis du casino et j'en passe et des meilleurs... tout cela dans quel but ?
Dans le but de libérer les rives du lac et de remettre le lac "au centre" de la ville. Pendant des siècles, les Annéciens se sont détournés de leur lac, insalubre, pestilentiel. Puis, grâce à la volonté de quelques maires, ils se le sont réapproprié au point où aujourd'hui il constitue l'âme de tout Annécien.ne., notre boussole. 

Depuis le 01 janvier la commune d'Annecy a fusionné. Quel meilleur trait d'union, point commun, signe de ralliement de nos 6 communes que notre lac ? Quel autre emblème plus significatif que cette merveille de la nature, enviée partout ? Certes la croix de Savoie est un symbole fort que j'aime beaucoup et auquel je suis farouchement attaché, nécessaire à notre identité et qui doit être présent car porteur de notre culture locale. Mais la croix de Savoie, si elle doit être présente, ne peut être l'emblème privatisé par Annecy seule. Elle appartient à tous les Savoyards. Elle n'est pas un élément suffisant pour représenter Annecy.

Je sais que Jean-Luc Rigaut, notre maire, n'a jamais eu d'affection pour notre lac. En ce sens, je reste convaincu qu'il n'a jamais réussi à comprendre et à toucher l'âme d'Annecy. Le projet de construire 10 000 m² de béton  pour un centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny prouve ce désamour et cette indifférence à notre lac.

Aujourd'hui, en dévoilant le logo de la commune nouvelle, Jean-Luc Rigaut et ses 6 lieutenants ont décidé d'effacer de notre identité, notre lac. Ils ont gommé ce joyau, pourtant seul point commun entre tous.

Faute d'avoir su comprendre et saisir l'âme d'Annecy depuis 10 ans, Jean-Luc Rigaut, quand il décide de choisir un logo, tombe dans la coquille vide, l'identité sans âme.

L'absence d'une représentation du lac sur le nouveau logo d'Annecy, ou une simple évocation n'est pas seulement une faute, c'est un symptôme : celui du désintérêt de notre maire pour ce joyau et, plus profondément encore, le fait qu'il n'a rien compris à Annecy.

Après avoir tenté de noyer le lac sous le béton, Jean-Luc Rigaut s'en sépare purement et simplement au profit d'un logo sans âme, sans histoire, sans culture. Pour un logo qui ne porte pas tant l’intérêt d'Annecy que son intérêt personnel de créer une métropole savoyarde regroupant Annecy, Aix et Chambéry, dont Annecy deviendrait la capitale (elle en a déjà le drapeau !) et lui le seul chef incontesté.

A l'heure où l'on va dévoiler une nouvelle identité "lac et montagne" avec les stations des Aravis, quelle cohérence a ce logo d'Annecy ? Où est passé le lac ? Ou est passé Annecy ?

N'ayant pas les compétences graphiques pour juger de l'esthétique du logo (typographie, couleur, etc...) je garderai mon appréciation pour moi. Mais j'entends et je lis dans les remarques souvent négatives des Annécien.ne.s historiques, ceux notamment qui sont ici depuis plusieurs générations une sévérité qui, je le crois, porte certes sur le logo, mais en dit bien plus long sur leur sentiment d'abandon et de perte d'identité.

J'ai déjà exprimé ici mon incompréhension sur la manière dont ce logo a été choisi, sans concertation ni consultation des élus et des citoyens. Dommage, j'ai toujours cru en l'intelligence collective. j'ai toujours pensé qu'à 128 000 on était toujours plus intelligent qu'à 7.

4 commentaires: