mercredi 13 septembre 2017

Logement social : on régresse


A la lecture du Dauphiné du jour et de l'interview du président de la fédération des promoteurs immobiliers des Alpes, on apprend que les ventes immobilières aux bailleurs sociaux ont représenté 9% des transactions au premier semestre 2017.

Par ailleurs, les professionnels pointent une baisse d'activité dans la construction.

Depuis plusieurs années, et encore lors du dernier budget de l'agglomération, je me bats pour que l'enveloppe des subventions accordées aux bailleurs sociaux pour construire du logement social, abordable pour tous, augmente.

Depuis des années, cette enveloppe est gelée et souvent pas utilisée en totalité.

Cela démontre une volonté politique manifeste de ne pas faire de logement social, logement dont pourtant, 75% des Annéciens (de la commune historique, 64% des Annéciens de la commune nouvelle) ont droit. Plus de 5000 personnes sont sur liste d'attente. Car le logement social n'est pas un logement pour pauvres. C'est un logement dont le prix est adapté aux capacités financières de chacun, que l'on soit de la classe populaire ou de la classe moyenne.

Sur Annecy, la loi nous oblige (et c'est tant mieux) à avoir 25% de logements sociaux en 2025. Nous sommes actuellement à moins de 20%.
Le Plan Local de l'Habitat (PLH) voté l'année dernière (j'ai voté contre) prévoit qu'on atteigne un taux de 21% en 2025, c'est-à-dire que l'on se place dans l'illégalité et que l'on paye donc les amendes prévues par la loi (ce qui est une aberration quand on sait qu'on manque de logements abordables).

Mais, ce que nous apprend cette interview c'est qu'en ne faisant que 9% de logements sociaux sur les nouvelles construction, non seulement on ne rattrape pas notre retard, non seulement on  ne réalise pas les objectifs peu ambitieux fixés par les élus eux-mêmes dans le PLH, mais en plus on va réduire le pourcentage de logements sociaux... 

On régresse !

Il est plus que temps que cette politique idéologique anti-logement social menée à Annecy change et qu'enfin on mette les moyens nécessaires aux vrais problèmes rencontrés par les Annéciens.

Les moyens financiers existent, on le voit avec les millions d'euros qu'on gaspille avec un projet de centre des congrès ridicule. Plus de 6 millions d'euros budgétés l'année dernière contre moins de 2 millions pour le logement social. On voit où sont les priorités. J'avais proposé l'année dernière qu'on annule ces 6 millions d'euros et qu'on les répartisse pour moitié en subventions nouvelles pour le logement social (l'article du Dauphiné aurait été tout différent !) et à moitié pour la réduction de la dette.

Pourtant, pour ma part, j'ai souvent des chefs d'entreprise qui m'alertent sur la difficulté qui est la leur de se développer car ils ne peuvent loger leurs employés. Certains décident même de ne pas s'installer ici pour cela... J'ai encore jamais entendu un chef d'entreprise me dire que son problème numéro 1 c'était la présence d'un centre des congrès prétendument trop petit...

Voilà aussi un moyen, en ces temps de ralentissement de la construction neuve de soutenir un secteur économique, le bâtiment, essentiel dans notre bassin de vie !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire