lundi 12 juin 2017

Faire ses cartons


Il y a 3 jours, je recevais une lettre de notre maire. Suite à la fusion des communes, celui-ci nous met dehors de la mairie d'Annecy.

En effet, M. Rigaut nous demande de faire nos cartons. Nous, élus minoritaires d'Annecy historique, devons plier bagage.

J'ai, 9 années durant, eu un bureau avec mes collègues élus dans lequel nous pouvions recevoir les Annéciens pour les écouter, échanger avec eux. Oh on ne demande pas un grand bureau, juste un lieu pour pouvoir exercer notre mandat d'élu correctement.

9 années durant, l'opposition avait quand même sa (petite) place dans les bâtiments de la mairie d'Annecy, aux côtés des agents territoriaux, dans la maison commune. Cela nous permettait de faire un amical "bonjour" aux personnes de l'accueil, de saluer les employés dans les couloirs, d'échanger sur les nouvelles de la famille, des enfants, etc...

Pendant 9 années, toutes les sensibilités politiques exprimées par les Annéciens étaient représentées à l'hôtel de ville.

Mais cela c'était avant. Avant que le fusion fasse disparaître les minorités, tue la démocratie. Depuis 6 mois, nous sommes dépossédés de notre pouvoir, confié par les Annéciens. Toutes les décisions sont prises en dehors de nous : élus divers gauche, écologistes, divers droite, front national. Le maire se comporte en despote qui décide de tout, tout seul avec sa petite majorité (45% des électeurs en 2014 !)/

Ne plus être associé aux prises de décision était déjà difficile à vivre. Mais aujourd'hui, se voir mis dehors de la mairie me donne un vrai coup de poing dans le coeur. 

Alors nous pouvons bien demander (comme le précise le maire) des locaux à Annecy-le-Vieux, Cran ou Seynod... Mais chacun pourra comprendre (à défaut d'être d'accord) que cela nous fasse mal. La maison commune va devenir la maison de quelques-uns. 

Ces méthodes ne m'inspirent que dégoût et colère. Ce sont des méthodes d'un autre temps. Peut-on gérer une ville comme Annecy avec à peine 45% des voix aux dernières élections municipales sans avoir un peu de respect pour les 55% d'Annéciens et leurs représentants ?

Voila la réalité du respect et du compromis de notre maire-despote: bien parler et faire croire qu'on est ouvert, mais mettre dehors les minorités sans jamais les associer aux prises de décision.


2 commentaires:

  1. Je n'ai toujours pas compris comment les élus socialistes de Cran-Gevrier et de Meythet ont pu accepter une formule qui fait disparaître les communes de gauche de l'agglomération.

    RépondreSupprimer
  2. Nous, nous avons perdu nos communes, leur nom, le peu de pouvoir qu'il restait aux élus... Tout cela pour participer aux dépenses du grand Annecy, répondre aux besoins des bobos annéciens (voir pour cela le questionnaire du CAUE), perdre le peu de services présents dans nos communes (comme les mairies, ouvertes maintenant quelques demi-journées). Bref... On retourne vers une centralisation et on va tout droit vers la désidentification des populations.

    RépondreSupprimer