mercredi 19 avril 2017

Locations saisonnières : le maire s'en fout depuis des années

Bienvenue à Disneyland Annecy !

Je lis ce matin le dossier réalisé par le Dauphiné sur les locations saisonnières à Annecy. La fédération des hôteliers (FAGITH) vient d'écrire au maire (et à d'autres élus) pour les alerter sur ces pratiques qui constituent aujourd'hui une concurrence déloyale face à l’hôtellerie.

Selon les comptes de la FAGITH, ce sont aujourd'hui 1346 logements d'Annecy qui sont inscrits sur les plateformes de locations saisonnières type Airbnb.  La croissance est fulgurante puisqu'en juin 2015, il y a à peine deux ans lorsque j'écrivais déjà un article sur ce sujet ( Réguler les locations saisonnières à Annecy ), le même syndicat n'en dénombrait que 600...

S'il ne s'agit évidemment pas, comme je l'écrivais déjà, d'interdire les locations saisonnières (comme l'a fait Barcelone) car elles constituent un atout touristique indéniable bénéfique à notre économie locale, il faut réguler. Le maire, comme je le disais déjà il y a 2 ans et comme je n'ai eu de cesse depuis de le demander, a des moyens réglementaires pour agir. Mais à Annecy il ne le fait pas : c'est la loi de la jungle. Car il faut réguler. Pourquoi ?

1) Les locations saisonnières de particulier à particulier ne sont pas soumises aux mêmes règles et obligations que les professionnels en terme d'hygiène, de sécurité et de fiscalité. Elles créent une concurrence déloyale qui détruit (comme l'indiquent beaucoup d'études) des emplois dans l'hôtellerie. La taxation (taxe de séjour de quelques dizaines de centimes par nuit) ne rétablit pas du tout, comme le prétend M. le maire, cette distorsion de concurrence. Seule la régulation par la fixation d'un nombre maximum annuel de nuitées de location peut résoudre ce problème.

2) Les locations saisonnières sont bien plus rentables que les location à l'année à des habitants locaux. Les propriétaires préfèrent donc louer 6 mois en saisonnier que 12 mois en location "normale" car cela rapporte plus et évite bien des ennuis (un mauvais locataire ne reste que quelques nuits).
Là encore, il faut réguler. Ce phénomène provoque une véritable désertification du centre-ville d'Annecy. Les Annéciens ne trouvent plus à s'y loger. On crée un Disneyland à ciel ouvert... Ce sont, en  conséquence, les commerces de la vie courante, les services publics, tout ce qui fait la vie quotidienne qui est impacté.

Ces phénomènes sont bien connus et de nombreuses villes ont pris des dispositions pour réguler, sans pour autant nier l’intérêt touristique et financier de ces locations pour la ville et les propriétaires.

L'absence de décisions de M. le maire n'est pas un oubli. C'est une volonté claire : celle de favoriser son électorat qui s'enrichit aujourd'hui de ces locations et auquel il promet de ne rien changer quitte à tuer l'hôtellerie et à transformer sa ville en un formidable casino à ciel ouvert.

Seul l'argent intéresse M. Rigaut. Les vieux et les propriétaires. Les locataires, il s'en moque, tout comme les hôteliers, ces râleurs invétérés.

Il feint à chaque nouvelle demande des professionnels de s'intéresser au sujet. Il promet d'étudier la chose. Il me l'a dit aussi à chacune de mes questions à ce sujet. Résultat : 2 ans après mes premières interventions (et celles de la FAGITH) rien n'a changé, parce qu'il s'en fout.

Tout ce qui l'intéresse c'est d'être l'empereur du Grand Annecy, pour les euros et la gloriole. La vie des Annéciens, il s'en f... au fait, c'est quoi un annécien ????

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire