samedi 1 avril 2017

Fusion de communes : mea culpa

Finalement, j'ai eu tout faux. Sur cette fusion de communes, je me suis planté sur toute la ligne et j'ai injustement critiqué M. Rigaut.

Il a eu tout à fait raison de ne pas consulter la population sur un projet aussi complexe : les gens ne votent jamais pour la question posée, et là c'était trop important. D'ailleurs, il fallait avancer vite.

L'accord de 6 maires, de tendances politiques extrêmement différentes, nécessitait des compromis, et notamment en terme de postes et d'indemnités. Chacun était légitime à rester en poste. Ce qui a été fait est très bien.

Et puis, il fallait avancer et ne pas s'occuper de tout le monde, des critiques, des grincheux. L'équipe resserrée autour des 6 maires et DGS était le solution adéquate. Tant pis pour les autres.

J'ai eu tort de voir dans cette fusion une manœuvre politicienne, alors qu'elle est toute entière tournée vers le bien-être des populations, l'amélioration des services publics. Le choix de M. Accoyer, personnage au charisme national reconnu de tous et au pouvoir important à Paris, comme premier adjoint était parfaitement justifié.

Les 6 maires ont su être pionniers. Je regrette de ne pas l'avoir compris plus tôt.

Tout comme je regrette de ne pas avoir voté le budget d'assemblage en début de semaine. Il faut être bête pour ne pas voir que ce budget répond en tous points aux attentes de tous, gauche et droite confondues. Partir sur une maîtrise drastique des dépenses de personnels est la seule chose à faire. D'ailleurs, la fusion doit permettre des économies d'échelle, et faire faire des économies. C’est la même chose pour les associations que l'on continue de soutenir avec convictions en maintenant à l'euro près leurs subventions, alors que tant d'autres communes les réduisent...

Non, vraiment, je n'avais rien compris. J'ai été aveuglé par mon idéologie khmer-démocrate, de ceux qui ne savent plus faire la différence entre croyances et réalité.
Je le confesse en ce 01 avril car cela me pèse sur la conscience et m'interroge : comment n'ai-je pas pu me remettre davantage en question avant ? Cette fusion est enviée dans la France entière. C'est un progrès gigantesque qui sera un jour enseigné à l'ENA et servira de modèle. Il faut lui laisser le temps et ne pas chercher à ce que tout soit parfait tout de suite.

Les 6 maires me l'avaient bien dit. Et je n'ai pas écouté, obnubilé par ma volonté insensée de faire participer la population.

Tristesse.

3 commentaires:

  1. what? 1er avril...ouf!!!!!
    merci sincèrement de ton investissement
    beaucoup de reconnaissance....
    christelle

    RépondreSupprimer
  2. Le filet de fera est une spécialité du lac..

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que tu diras la même chose le 1er avril 2022 à la fin du quinquennat de Macron.

    RépondreSupprimer