vendredi 10 février 2017

Semnoz : facilité ou durabilité ?

Depuis quelques jours, je vois circuler cette fameuse pétition lancée par l'ESF Annecy-Semnoz demandant l'installation de canons à neige sur le Semnoz.

Je n'ai pas souhaité réagir à cette pétition qui fustige "des minorités" qui seraient "contre tout". Voila qui augure un dialogue serein et apaisé...
C'est une maladie en Haute Savoie que de prétendre, quand des personnes ne sont pas de votre avis, qu'elles sont "minoritaires". Cela permet de décrédibiliser d'avance leurs arguments et leur parole. Je vois surtout que sur les dizaines de milliers de parents d'élèves de nos écoles, ou bien encore les milliers de skieurs du Semnoz, seuls 1800 ont signé la pétition... On peut toujours s'interroger sur qui est minoritaire ou non, mais laissons cela à la basse polémique inutile, aux basses attaques sans importance.

Je comprends parfaitement l’intérêt corporatiste de cette pétition. Néanmoins une partie de la population aussi concernée soit-elle, n'a jamais fait l’intérêt général.


Cette pétition invoque un certain nombre d'arguments qu'il conviendrait de discuter. Par exemple, s'il est vrai que la neige artificielle produite aujourd'hui est sans adjuvants, de nombreuses études montrent l'impact sur la flore et la faune, mais aussi sur la qualité des terrains de l'installation de canons à neige par exemple. Sans compter la problématique au combien délicate de l'alimentation e eau.  De la même façon, cette manière peu glorieuse de pousser les enfants en première ligne d'un combat comme celui-ci n'est pas pour grandir les auteurs de tels arguments. Ou bien encore les périodes de froid sans neige dont la prévision s'avère aussi juste que la lecture dans le marc de café.

Au fond, la pétition "des acteurs économiques du Semnoz" pose une bonne question : celle de leurs emplois et de l'avenir économique du site. Cette bonne question doit être débattue. C'est ce que j'avais demandé au conseil d'agglomération en proposant de demander au Club Climat-Energie-Air d'étudier la question, plutôt que d’organiser des conférences certes intéressantes mais qui le cantonnent à un rôle passif alors qu'il devrait être un outil d'aide à la décision politique.

Ce Club a l’intérêt de réunir les acteurs économiques et leurs représentants, des acteurs de la vie sociale, des habitants et des associations (y compris environnementales). Voilà une instance de dialogue toute trouvée pour parler de l'avenir du Semnoz.

Car si au fond la pétition pose une bonne question, la réponse qui est apportée  ("pour sauver nos emplois mettons des canons à neige") reste discutable. Et je souhaite qu'elle soit discutée.

On peut croire qu'on peut se rendre maître de la nature, faire fi du réchauffement climatique et de ses impacts sur les stations de moyenne montagne. On peut dépenser l'argent des contribuables à volonté. Oui, on peut. Mais on peut aussi penser la reconversion du Semnoz pour le projeter dans le XXIe siècle, comme un lieu de loisirs pluriactivités, et non pas comme le disent les auteurs de cette pétition "une station". Alors oui, il faudra peut-être que les moniteurs de ski apprennent d'autres métiers en plus du leur y compris pour offrir d'autres activités en hiver. Je crois que c'est cela une vision d'avenir, porteuse d'emplois plus diversifiés et plus valorisants. Ne pas voir le temps qu'il fait, l'absence de neige, comme une calamité mais bien comme l'opportunité de repenser globalement l'avenir de ce site.

Je préfère le pragmatisme et la vérité. Le courage de dire que le modèle des stations de moyenne montagne doit évoluer vers une diversification. Plutôt que les solutions de facilité qui n'offrent en réalité qu'un sursis de quelques années à une évolution inévitable dont les scientifiques du monde entier nous alerte depuis des années : la problématique de l'enneigement des stations de moyenne montagne. Car n'en doutons pas si on met le doigt dans les canons, dans quelques années les mêmes nous demanderons encore plus de canons.

Oui, chez nous plus qu'ailleurs, les effets de la pollution et du réchauffement climatique se font cruellement sentir. Oui, cela a des impacts sur la structure de l'emploi. Et malheureusement je vois encore trop peu les changements de comportements pour limiter cette pollution.

On peut toujours faire l'autruche et s'enfouir la tête dans le sable. Ou bien on peut penser que le Semnoz peut devenir un formidable laboratoire d'évolution, de modernisation et de reconversion qui servira pour le futur d'exemple à d'autres à travers le monde, non pas en supprimant le ski, mais en adaptant notre offre à la réalité de la météo. Facilité ou durabilité : telle est la question.

C'est vrai, et je le demande depuis longtemps, qu'il faut pour cela oser le débat et c'est là de la responsabilité des élus que de l'initier car personne ne gagnera rien à l'invective et au mépris des arguments des autres.

3 commentaires:

  1. Totalement d'accord avec les arguments exposés. Quel est l'intérêt réel d'une telle installation pour tous ceux qui aiment le Semnoz, où la nature est encore préservée? Evitons de gaspiller l'argent public dans des projets néfastes et sans intérêt pour la grande majorité des Annéciens. (Nous avons tant de belles et vraies stations de ski en Haute-Savoie) !

    RépondreSupprimer
  2. Bon sens, lucidité et bonne gestion des deniers publics... Un GRAND MERCI aux élus qui, d'une part ont refusé d'installer des canons à neige sur ce magnifique site et d'autre part proposent aux Annéciens d'adapter leurs loisirs aux conditions climatiques. MARTIN

    RépondreSupprimer
  3. Article intéressant à communiquer : http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211810081234-skier-dans-les-alpes-pourrait-devenir-impossible-dici-la-fin-du-siecle-2066046.php#xtor=RSS41
    Merci. MARTIN

    RépondreSupprimer