samedi 4 février 2017

Annecy Classic Festival tué par la ville


C'est avec une très grande tristesse que j'ai pris connaissance du message de bonne année envoyée par M. Escande, président de l'association porteuse du Festival de musique Classique "Annecy Classic Festival".

Dans ces voeux, le président nous rappelle l'historique des faits qui ont amené le conseil d'administration de l'association à annuler l'édition 2016 du festival. D'abord, le mécène (La fondation AVC Charity d'origine russe) n'avait pas versé le solde des financements promis pour 2015 (soit 210 000€). Ensuite les conventions tripartites (ville/mécène/association) n'avaient toujours pas été signées (sans d'ailleurs que cela n'inquiète la mairie...). Et enfin, l'ingérence du mécène dans la programmation artistique (réduisant le nombre de jours de festival, puis supprimant les artistes locaux, les masters classes et les concerts décentralisés) était évidemment insupportable.

C'est donc collectivement et à l'unanimité que le conseil d'administration de l'association a décidé de ne pas organiser l'édition 2016 (et non pas comme on a voulu le faire croire, un président dans son coin). Pourquoi ? Pour des raisons bien compréhensibles ! D'abord, dans une association de loi 1901, les responsables (donc le conseil d'administration) est responsable financièrement et pénalement de ses actes. Le trou de l'édition 2015 aurait pesé lourd sur les comptes et potentiellement engagé la responsabilité juridique des administrateurs.
Ensuite, on ne travaille pas sans convention signée ! Bizarre que la mairie si tatillonne sur tant d'associations accepte cela d'un mécène russe...
Enfin, l'association, qui porte le festival et une partie de l'héritage de la musique classique à Annecy depuis des décennies, n'avait pas, et c'est normal, à se faire déposséder de la programmation artistique. 

Je veux ici saluer le professionnalisme et le sérieux dont ont fait preuve les administrateurs dans la décision d'annuler l'édition 2016. Je veux leur dire toute notre reconnaissance pour cette décision difficile mais nécessaire pour éviter tout risque juridique, surtout quand visiblement certaines origines de fonds financiers posaient problème.

Plusieurs rendez-vous ont eu lieu avec la ville et le maire. Il en ressort que le maire a pris fait et cause pour le mécène contre l'association, allant jusqu'à produire un communiqué de presse dénonçant l'annulation de l'édition 2016, et modifiant parfois les faits réels. Nous venons de voir pourquoi l'association a décidé (et ce n'est pas une décision facile) d'annuler l'édition 2016. Pourquoi la ville n'a-t-elle pas soutenu cette position ? Qu'est-ce qui a poussé le maire a soutenir le mécène alors qu'il existait de vrais risques financiers et juridiques, sans compter l'abandon des ensembles de la région d'Annecy au seul profit de musiciens exclusivement russes, et les questionnements sur l'origine de certains fonds ? Qu'est-ce qui d'ailleurs 2 ans auparavant avait conduit le maire, de façon unilatérale (et je le sais aujourd'hui alors que cette demande provenait du mécène et non de l'association) de décentraliser les plus grands concerts de l'église Sainte Bernadette à Bonlieu, moyennant une rallonge financière de 50 000 euros de subventions publiques ?

Il y a certes les paillettes et le frou-frou des centaines de milliers d'euros d'argent russe. Le prestige d'un maire qui est prêt à tout sacrifier, des décennies de travail d'une association, pour la gloriole. Mais j'espère que ce sont les seules raisons.

Chacun s'attendait à ce que l'année blanche qui vient de s'écouler serve au moins à rediscuter et à envisager différemment l'avenir (a priori sans le mécène russe), sur une édition 2017 plus modeste mais toujours vivante. Or, on apprend dans ce courrier que le Maire a fini de tuer le festival de musique classique et envoyant balader l'association. "La ville n'a pas admis l'annulation du festival, de ce fait l'histoire est pour nous terminée". L'association n'a pas cédé au diktat de la fondation russe en choisissant de garder l'esprit du festival, la ville la punit !!! L'association a choisi la fidélité à son engagement et ses valeurs, de partage (entre professionnels et amateurs, entre les artistes et le public), de qualité (en choisissant elle-même ses artistes), de proximité (en mêlant Annéciens et étrangers). Le maire aurait préféré qu'elle se prostitue à l'argent pour faire briller les dernières étoiles blafardes du mandat de M. Rigaut.

Je veux ici, au nom de tous les mélomanes d'Annecy dire ma colère fasse à ce choix de la ville de tuer définitivement le festival. Je regrette amèrement que les roubles soient montés à la tête de certains élus qui en ont perdu le sens des responsabilités et de la réalité en refusant de soutenir une association annécienne.

Je tiens à saluer et remercier du fond du cœur les membres de l'association et en particulier les membres du conseil d'administration et son président pour avoir tenu bon sur leurs valeurs et leur éthique. Les gens de valeurs sont devenus si rares de nos jours !Vous avez, des années durant, porté un festival d'une très grande qualité envié souvent par-delà nos frontières. Vous aviez réussi à créer une ambiance chaleureuse et amicale entre le public et les artistes. Par votre engagement ,vous avez perpétué l'histoire de la culture, et en particulier de la musique classique, sur Annecy, répondant ainsi aux testaments moraux de tant de virtuoses locaux.

Je partage votre peine et certainement votre colère. Ceux qui étaient sensés vous aider, vous ont abandonné. C'est injuste car vous vous battiez pour des valeurs justes et pour le respect des artistes et du public.

J'espère que la flamme de la musique classique à Annecy, de ces valeurs, ne s'éteindra pas. On peut toujours vouloir recréer des festivals commerciaux pour la gloriole de certains. Je m'y opposerai si tel devait être le cas. Mais recréer ce que vous aviez réussi à construire ce n'est pas possible.

Je souhaite que la ville retrouve la raison le plus vite possible. Qu'elle renoue le contact avec vous pour le bien des Annéciens, en travaillant à une prochaine édition, certes nécessairement épurée car le temps nous manque, mais pour que vive encore un festival de musique classique vivant, chaleureux et remarquable en terme de programmation à Annecy.

La saison 2015-2016 aura été une Annus Horribilis pour la culture à Annecy. D'abord on a tenté de faire taire Jean Gilli et le festival de cinéma italien a failli n'être plus que l'ombre de lui-même par décision des élus. Ensuite on a tenté de faire taire Pascal Escande et le festival de musique classique a failli se pervertir en une édition sans valeurs ni sens.

Je salue le travail de tous ces "anciens" qui ont tant oeuvré pour la culture à Annecy. En d'autres temps, les oreilles de la ville leur étaient acquises et la culture pouvait s'épanouir sur les bords du lac. Mais cette époque est révolue... Doit-on s'y résigner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire