lundi 12 décembre 2016

SIPAS : caricature quand tu nous tiens

Je lis le Dauphiné du jour. Et je ris. Et je pleure. L'article concerne le projet de modernisation du Semnoz dont je vous ai parlé sur ce blog.

D'abord on apprend que "Françoise Camusso veut que tous les élus, surtout les nouveaux [qui sont quand même élus depuis 3 ans... !!!], aient bien toutes les cartes en main et connaissent le dossier Semnoz". A lire les propos de Mme Camusso, on a presque l'impression que c'est elle qui veut le débat, la transparence alors que ce dossier a été présenté en catimini en comité du SIPAS sans aucune débat préalable, ET sans communication ultérieure. Tout dans l'opacité. Or, je rappelle que c'est suite à ma demande écrite de ce débat auprès du Président (qui l'a accepté) que nous en parlerons.

Mais surtout je lis l'interview du directeur de l'ESF et je ne sais à qui il s'adresse lorsqu'il dit "les personnes contre les investissements".
J'avoue que ce genre de caricature n'énerve fortement. Ce monsieur et d'autres n'ont pas lu mon blog (dans lequel je trace, il est vrai, pour moi, une ligne rouge concernant les canons à neige, mais où je dis aussi que le maintien à niveau des installations n'est pas discutable). Et on caricature ma position, comme c'est souvent le cas, en opposant à tout. Après 8 années d'étude, je crois être un peu plus dans la finesse que ce genre de posture débile qu'on me prête.

Je sais bien d'où viennent ces caricatures : des élus majoritaires qui ont été vexés que je dévoile ce projet qu'ils voulaient tenir secret. Je regrette que des responsables associatifs ou professionnels préfèrent écouter les mensonges et les caricatures plutôt que de se renseigner directement auprès de moi pour connaitre mon point de vue. 

Me faire passer pour un con, dans le champ politique, je peux comprendre. Certains n'ont pas d'autres arguments. Mais parler de personnes qui veulent "créer des réserves d'indiens" au Semnoz, ca m'énerve si cela s'adresse à moi car qui me connait un peu (et non à travers le prisme pervers des élus majoritaires) sait que je suis pas contre le développement du tourisme...

Mais c'est vrai qu'en Haute Savoie, certains milieux professionnels sont tellement sous la tutelle des politiques majoritaires qu'ils gobent tout ce qu'ils disent.

En Haute Savoie, demander un débat c'est être opposant... Vive la vie, vive la démocratie (car je n'ai fait que demander un débat et si on en parle en conseil d'agglo c'est bien, n'en déplaise à Mme Camusso, parce que je l'ai demandé) !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire