vendredi 30 décembre 2016

2016 : une année de rupture


L'année 2016 me laissera un gout amer, celui de la rupture entre des élus et la population. A l'international bien sûr (l'élection de Trump, le Brexit en sont des résultats) mais aussi et d'abord localement.

D'abord il y a eu le dossier du centre des congrès. En janvier, avec mes amis, je me lançais à fond pour mobiliser la population et l'inciter à participer à l'enquête publique (réunion publique, argumentaires, billets sur ce blog....). Et tous ensemble nous avons réussi à convaincre les commissaires-enquêteurs de la justesse de nos arguments. "Le centre des congrès sur la presqu'île n'est pas d'utilité publique".

Sauf que... Sauf que les élites ont décidé de passer outre cet avis. MM. Rigaut et Accoyer sont restés droits dans leurs certitudes et leur entêtement. Et le préfet, avec le soutien du Président de la République, a finalement signé l'arrêté de Déclaration d'Utilité Publique. Grâce au référé des associations, l'arrêté a finalement été suspendu. Nous avons en parallèle un recours juridique en cours au tribunal, un recours hiérarchique qui court auprès des ministres concernés et du Président de la République et nous préparons les recours juridiques si nécessaire.

Ensuite il y a eu le dossier de la commune nouvelle. A Annecy: pas une seule réunion publique. Simplement un atelier annoncé à la dernière minute, avec une salle qui change au dernier moment. Pour ce qui est des décisions politiques, les habitants sont mis hors jeu, les élus aussi hormis les 6 maires qui décident de tout, tous seuls (par exemple quand on apprend l'armement de la police municipale dans la presse...). Notre demande de référendum est rejetée. Convaincus de ne pas être légitimes pour voter ce bouleversement de notre paysage institutionnel, ébahis par ce manque de démocratie et de concertation, Claire, Evelyne et moi refusons de nous prononcer sur la fusion en Juin. Les réunions privées, à huis clos sans la population et la presse, vont se poursuivre toute l'année.

L'avenir des Capucins et le projet immobilier porté par la mairie a aussi occupé notre année 2016. Pour faire face à ce saccage du dernier parc naturel en cœur de ville, une association se constitue autour de riverains. Là encore l'avis de la population qui s'est mobilisée en nombre pour sauver le parc n'est pas écouté. Les élus ont décidé... et les élus ont toujours raison ! Nous déposons un recours gracieux auprès du maire qui répond sèchement et avec un ton menaçant qu'il n'entend pas revenir sur son projet. Aujourd'hui, par la force des choses et le manque de dialogue non désiré par le maire, le dossier se retrouve sur le bureau du juge...

2016 marque aussi la fin d'une vision, la fin d'une époque. Celle du temps où les maires d'Annecy cherchaient à se rendre maîtres des rives du Fier pour les aménager et les ouvrir au public. En 2016, la mairie décide de ne pas acheter les terrains Ceccon et de laisser un possible projet immobilier casser la trame verte que constitue le Fier. En 2016, des élus iront jusqu'à imaginer mettre des canons à neige sur le Semnoz, en toute discrétion. Heureusement, notre intervention et la levée de boucliers qui en résulte stopperont ce projet des temps passés.

Oui, 2016 aura marqué un changement de ton, une augmentation des tensions. Jamais par le passé nous n'avions eu à déposer des recours contre un permis de construire (Capucins). Jamais par le passé nous n'avions été aussi mal traités en tant que citoyens et qu'élus, mis de côté, évincés comme ce fut le cas sur la fusion de communes.

Les élites locales ont pris, en 2016, la grosse tête. Elles se sont éloignées des citoyens, en rêvant à leur projets pharaoniques. Elles ont oublié qu'un élu ne fait pas ce qu'il veut parce qu'il est élu. Il doit rendre des comptes, informer et concerter. Il est mandaté pour réaliser des projets qu'il a présenté à la population , qui lui a donné au moment des élections, le feu vert pour les réaliser.

Cette vision du rôle des élus. Ces batailles sur tous ces dossiers. Cela a provoqué de nombreuses ruptures : avec la gauche et les écologistes (fusion des communes et Capucins), avec la majorité aussi cette fois non pas sur le fond mais sur le respect dû aux élus. Je les assume sans regrets. C'est quand on est dans la tempête que l'on voit qui sont les bons capitaines, ceux qui savent garder le cap de certaines valeurs. Je crois que j'ai agi ainsi avec mes collègues que je tiens à remercier. Notre cap n'a pas changé : Avec vous... Annecy pour tous. 

Mais les ruptures amènent aussi au changement, à l'action et au renouvellement. Comptez sur moi, sur nous, en 2017 pour continuer à porter nos idées et nos valeurs dans un esprit de travail au service de tous les Annéciens, historiques comme "fusionnés". Nous serons les artisans "cordeliers" ceux qui veulent renouer le lien avec la population, reconstruire la corde qui doit toujours unir élus et citoyens.

Belle fin d'année 2016 à toutes et à tous.

1 commentaire:

  1. Je vous remercie d'être toujours sur la brèche et de rendre un compte honnête des affaires de la cité.

    RépondreSupprimer