mercredi 9 novembre 2016

Victoire de Trump

Donald Trump sera le prochain président  des Etats-Unis d'Amérique.

Je crois qu'il n'est pas inutile de dire ma sidération et une certaine angoisse face à cette nouvelle. Chacun a pu, au fil des mois de campagne, comprendre et voir qui était Trump: quelqu'un de violent qui n'aime pas les femmes et les minorités et qui a beaucoup divisé son propre pays.

Pourtant pour moi, cette victoire n'est pas une surprise. Hier encore au petit déjeuner, je disais à mon mari : c'est Trump qui va gagner même si évidemment je ne le souhaite pas.

Pourquoi ? Principalement parce que Clinton n'était plus dans son temps. Clinton, candidate de l'establishment, de Wall Street et du parti démocrate n'a pas compris que les électeurs en ont assez des partis politiques. Ils en ont assez de cette caste politique coupée du monde réel qui fricote avec le showbiz, avec les milieux d'affaires et qui ne s'intéresse aux citoyens qu'au moment des élections.

Aux Etats-Unis, comme en France et ailleurs dans le monde démocratique, les citoyens ont perdu confiance dans les corps intermédiaires (syndicats, partis politiques, etc...) et dans leurs politiques. Il n'est qu'à voir le mouvement des policiers si réticent aux syndicats.

Ici aussi nous connaissons la montée d'une caste politique isolée, qui tourne en rond sans parler avec les gens. On connait les compromissions des partis politiques, plus intéressés à leurs intérets propres, à la défense de leur petit pouvoir. Plus actifs pour virer ceux qui travaillent et font de l'ombre à ceux qui, sans rien faire, voudraient des places si possibles bien rémunérées. On connait ces élus qui courent après les places et les indemnités. On connait les collusions d'intérets entre certaines industries, notamment du BTP et certains politiques.

Quand on voit comment se passe la fusion des communes, avec les partis qui s'entendent entre eux pour conserver le pouvoir, qui excluent la population et les agents municipaux. Quand on voit comment la voix populaire est bafouée, même après enquête publique. Quand on voit comment certains organisent la captation du pouvoir au détriment des petites communes, et des petits élus. On se dit que ceux-là aussi sont responsables de ce sentiment d'exaspération de la population qui ici, comme aux Etats-Unis en a assez de ces politiques professionnels qui ne pensent qu'à eux, à conserver leur pouvoir et qui ont, depuis bien longtemps oublié leurs valeurs et leurs idées.

Ils incarnent un système politique dont les citoyens ne veulent plus. Sarkozy avait joué là-dessus en 2007 en tapant sur les corps intermédiaires. Hollande avait tapé sur la finance (en discours !). Le Pen prendra le flambeau en 2017. Trump a joué cette carte du candidat qui n'est pas du sérail, qui s'est fait tout seul y compris contre son parti. Et c'est ça qui a plu aux électeurs, le Frankenstein qui détruira par ses outrances l'ancien monde.

La victoire de Trump n'est pas un accident de l'Histoire mais la conséquence logique, malheureusement, d'une "élite" politique qui ici comme là-bas, a construit les barreaux un à un qui ont permis à Trump de gravir l'échelle.  Par leur manque de courage et leur manque d'audace uniquement intéressés aux bidouillages institutionnels et électoraux (redécoupage de circonscription, agrandissement de communes...) pour sauver leurs postes (maires délégués, maires adjoints, sous adjoints, conseillers délégués...) ces politiques ont rompu le lien avec les électeurs et ouverts grand la porte à Trump et à Le Pen.

Le malheur de la démocratie actuelle, ce sont les partis politiques incapables de se remettre en cause et d'évoluer. Continuez vos conciliabules d'arrières boutiques, vos exclusions de ceux qui ne pensent pas tout à fait comme vous et vos discours sans valeurs, de toute façon, je suis malheureusement convaincu que le peuple a déjà choisi sa voie pour l'avenir. 

Cette voie lui retombera dessus ? Elle est logiquement irrationnelle ? Voir des pauvres voter Trump c'est con ? Peut-être... Mais ils ne veulent plus voter pour l'establishment parce que cet establishment les a trop trahi de niveau le plus local au niveau national. Ils préfèrent, dans un rêve chimérique, construire la créature affreuse, horrible, qui détruira l'ancien monde pour permettre au nouveau monde de voir un jour le jour, plutôt que de conserver la prison dorée que leur proposent les politiques des partis. La destruction créatrice si bien étudiée par J. Schumpeter fait son entrée en politique...


Nous entrons dans l'inconnu. Il va falloir être forts sur nos valeurs. Mais j'ai confiance dans les jeunes générations pour construire après la tempête qui se lève et que nous allons devoir traverser ensemble, solidaires et fraternels.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire