vendredi 11 novembre 2016

Le 13e mois des agents d'Annecy

Lundi soir, en conseil municipal, la majorité nous propose de faire évoluer le régime indemnitaire des agents d'Annecy en vue de la fusion de communes.

Derrière cette délibération d'apparence technique, se cache en réalité un nouveau coup de canif dans le dos de nos agents, particulièrement de catégorie C (c'est-à-dire les moins bien payés).

En effet, il est proposé de supprimer le 13e mois, acquis social obtenu de haute lutte depuis la mandature de Charles Bosson. Ce 13e mois n'est pas un avantage social pour une catégorie privilégiée, mais une manière pour des agents qui gagnent souvent moins de 1500€/mois de boucler les fins de mois. 

Il est proposé de le remplacer par une prime. C'est une régression inacceptable car la prime est toujours à la tête du client. Elle peut être accordée ou supprimée. De plus, elle est par définition individualisée, alors que le 13e mois est collectif.

Claire Lepan, Evelyne Marteau et moi-même soutenons les agents de la ville d'Annecy qui luttent pour leur 13e mois. Nous ne voterons pas ce changement de régime indemnitaire dans ces conditions. 

La fusion de communes ne peut pas être un prétexte pour ce genre de régressions sociales. On sait déjà que les taux d'encadrements des ATSEM dans les écoles vont baisser, que le prix du périscolaire va augmenter.

La fusion de communes est en train de se transformer en une vaste entreprise de casse sociale. Derrière les discours convenus, ce sont des décennies de luttes politiques, syndicales et associatives qui sont passées à la moulinette des "économies" en commençant par les plus faibles. 60 ans d'actions collectives sont remises en cause par quelques maires en 6 mois...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire