lundi 28 novembre 2016

Fillon, Hollande, Le Pen...

Hier, les électeurs de la droite et du centre (???) ont désigné leur candidat pour l'élection présidentielle dans un exercice de démocratie particulièrement réussi. Bravo ! Il faut saluer la victoire de M. Fillon qui portera donc les valeurs d'une droite réactionnaire et ultralibérale.

Le fait qu'il existe une droite réactionnaire et conservatrice d'un point de vue social et sociétal n'est pas une découverte même si, sous les mandats de Chirac, celle-ci avait été d'une certaine façon muselée.
Le fait qu'il existe une droite ultralibérale, au service d’intérêts particuliers (compagnie d'assurance maladie privées, lobby nucléaire, Medef, grandes fortunes contre l'ISF...) qui prône le retour à une économie de la jungle du chacun pour soi, n'est pas non plus une surprise. Même si cette tendance à droite, grâce au Général de Gaulle, a toujours été minoritaire.

Non, ce qui constitue une surprise c'est que l'alliance du conservatisme et de l'ultralibéralisme, testé en Angleterre et aux Etats-Unis dans les années 1980, apparaisse en France aujourd'hui avec 35 ans de retard...

En réalité, j'ai bien peur que ce programme de casse sociale soit porté par une sociologie très étriquée : celle d'une bourgeoisie de province catholique fervente ; en total décalage avec les aspirations profondes du pays.
D'ailleurs les analyses des votes le montrent : les ouvriers, salariés, fonctionnaires, ne votent pas Fillon. Ils votent pour une candidate qui incarne la protection (vis-à-vis de toutes les peurs y compris les plus irrationnelles et manipulées) : Marine Le Pen.

S'il devait y avoir un second tour de la Présidentielle Fillon/ Le Pen, j'ai vraiment peur que la majorité vote pour l'extrême droite qui n'a qu'à faire campagne sur la protection du modèle social français.

Et la gauche dans tout çà ? Qu'en dire ? Aucune remise en cause des erreurs du quinquennat, la chasse aux sorcières pour ceux qui ne pensent pas comme les chefs, des divisions mortifères... Je n'ai pas beaucoup d'illusions. Hollande, à juste titre ou pas, est largement rejeté par les électeurs. Mon cœur balancerait plutôt vers Montebourg mais je trouve que sa campagne ne décolle pas. Elle n'est pas organisée sur les territoires. Il y a aussi Macron qui apporte des idées nouvelles souvent intéressantes mais dont le programme économique me laisse sceptique. Et puis si Bayrou se présente aussi, quel espace politique ? Mélenchon fait son cinéma de son côté. Les verts jouent à la belote et le PRG se réunit dans sa cabine téléphonique...

Bref, il va falloir attendre que tout cela se décante un peu avant de pouvoir y voir clair sur l'avenir. Et prendre les décisions utiles pour notre territoire et son avenir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire