dimanche 20 novembre 2016

Des canons à neige sur le Semnoz

Le SIPAS (Syndicat Intercommunal pour la Protection et l'Aménagement du Semnoz), présidé par Mme Camusso et dont M. Herisson est vice-président (quand je disais en 2013 que cela ne serait pas sans conséquence....), a présenté au cours de son comité du mois d'octobre un projet de "Modernisation du stade de neige hiver/été". Il y en aurait pour 7 800 000 €

Ce projet consiste :

- Implantation d'un télésiège débrayable 6 places (5 200 000 €) en remplacement du 4 places BELVEDERE
- Ouverture d'un nouveau secteur côté ANNECY (donc nouvelles pistes) en réutilisant le télésiège 4 places BELVEDERE (1 000 000 €)
- Des aménagements sur les équipements existants ( 500 000 €)
- Création de nouvelles activités été ( 500 000€) avec notamment une tyrolienne
- L'installation de canons à neige sur le bas des pistes ( 600 000€) à gros débit : 18 à 40 m3 de neige/heure (jusqu'à une température max. de 2 °C)

Le SIPAS s'attend à des subventions de la Région et du Département pour un total de 1 920 000 €. Il resterait donc en autofinancement (par emprunt) à payer 5 800 000 €.

Cela alourdirait l'annuité de l'emprunt total du SIPAS (hypothèse d'un emprunt sur 25 ans à 1.64%) de près de 300 000€, et la porterait globalement à 622 000 €. Or les cotisations annuelles des communes membres du SIPAS s'élèvent à 623 000€.

Dit autrement, financièrement, le SIPAS aura les moyens de mettre en oeuvre ce plan d'aménagement et d'installation de canons à neige.

Le compte-rendu du SIPAS se termine ainsi : "Le comité donne son accord à ce projet par 22 voix POUR et 2 ABSTENTIONS".

Le SIPAS a été crée par Charles Bosson en 1969 pour protéger le Semnoz. Les maires d'Annecy, et cela faisait consensus, se sont toujours opposés à tout projet d'implantation de canons à neige sur le Semnoz, qui manque d'eau. Leur vision a toujours été de faire de cet espace un lieu familial, protégé, le poumon vert de la ville. D'ailleurs en 2000 le SIPAS a adhéré au Parc Naturel Régional des Bauges.

Si la nécessité de maintenir à niveau les matériels n'est pas discutable, la décision de créer de nouvelles pistes (dont on ignore le tracé et donc l'impact environnemental) mérite un vrai débat. De même, l'implantation de canons à neige est, pour moi, une faute grave qui va à l'encontre de l'objectif "nature" de ce site. En effet, nous mettons là le doigt dans un engrenage qui va nous échapper. Je suis convaincu qu'une fois quelques canons à neige implantés, d'autres suivront et dans quelques années c'est tout le domaine qui en sera couvert. C'est un cercle infernal à la rentabilité.

Avec les canons, viendront les demandes d'urbanisation (hotels, restaurants, magasins...) et les propriétaires fonciers ne vont pas se priver de cette future plus-value de leurs terrains.

Mettre en place des canons à neige au Semnoz a toujours été une ligne rouge pour les Annéciens. Je considère qu'elle doit le rester au risque de voir fleurir une station de ski nouvelle écologiquement très impactante.

Je demande officiellement :
- au Maire d'Annecy, Président d'Agglomération de nous donner son point de vue sur ce projet.
- au SIPAS d'ouvrir un débat avec les citoyens, les associations et tous les acteurs, sur le tracé des futures pistes envisagées avant de poursuivre. 
- un grand débat, plus globalement, sur l'utilité de dépenser plusieurs millions d'euros sur un domaine skiable de moyenne montagne situé entre 1500 et 1700 m d'altitude, alors que toutes prévisions scientifiques liée au changement climatique font craindre un niveau d'enneigement allant en diminuant.

Je regrette que ce genre de décision soit pris en catimini sans débat préalable, y compris à l'agglomération où on s'est bien garder de nous en parler jeudi soir. S'il faut ouvrir un nouveau combat pour la protection de notre environnement, j'y suis prêt. Est-ce cela "Porter haut les valeurs d'Annecy" ? On se croirait revenu au cauchemar de la candidature des JO2018...

2 commentaires:

  1. Et ont nous dit qu'on ne peut pas accueillir les réfugies.
    Ont se fait plaisir, ont s'amuse. Indifférent à la misère du monde.
    Résultat : Un jour le monde nous explosera à la figure.

    RépondreSupprimer