vendredi 4 novembre 2016

Capucins : Vers un recours contentieux


Vous vous souvenez certainement que plusieurs riverains ainsi que l' "Association des Amis du domaine des Capucins" avaient décidé de faire un recours gracieux auprès du maire pour qu'il modifie son projet immobilier sur le clos des Capucins.

Cette démarche avait une vocation de dialogue, de main tendue pour nouer un échange constructif. Le maire l'a violemment rejeté en écrivant une lettre lapidaire qui ne répond en rien aux arguments de fond pourtant évoqués. Pire, cette lettre est menaçante et intimidante. Plusieurs signataires ont été choqués de ce manque de courtoisie et de respect pour une démarche d'abord d'ouverture et parfaitement légitime en démocratie. Certains apprennent à leur dépend la vraie nature autoritaire et hautaine de notre maire... En ce qui me concerne cela n'a rien d'étonnant pour quelqu'un qui s'est toujours moqué de la population et de son avis.

Ce jeudi soir, le maire organisait une réunion de présentation du projet, accompagné des promoteurs. Je me suis invité à cette réunion, puisque, contrairement à d'habitude, je n'avais pas été invité officiellement... Si la présentation du projet est habile et la posture des promoteurs est plus humble, il n'en reste pas moins qu'une très grande partie du parc va être bétonnée privant ainsi les Annéciens (et d'abord les habitants de ce quartier) d'un espace de respiration. Vous connaissez mes arguments pour préserver ce parc centenaire, jamais construit, situé dans un quartier très dense. Vous savez aussi combien la problématique de la qualité de l'air sur notre ville est prégnante et combien le maintien d'espaces naturels est fondamental pour lutter contre la pollution et contre les bulles de chaleur. (lire cet article daté d'hier : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/11/03/les-arbres-rafraichissent-l-air-des-villes-tout-en-reduisant-leur-pollution_5024971_3244.html et pour ceux qlisent l'anglais ce rapport qui préconise la plantation d'arbres : https://thought-leadership-production.s3.amazonaws.com/2016/10/28/17/17/50/0615788b-8eaf-4b4f-a02a-8819c68278ef/20160825_PHA_Report_FINAL.pdf)

Oui, nous avons besoin de logements sur Annecy. Mais non, il ne faut pas tout construire n'importe comment. Sinon, construisons dans le parc des Soeurs de Saint Joseph, et aussi sur le Pâquier !!! Pourquoi garder ces espaces verts ? Ah oui, parce que nous sommes au centre-ville et que les Capucins c'est déjà la banlieue...

D'ailleurs, nous ne sommes pas hostiles à quelques constructions aux Capucins. Les deux bâtiments (celui de l'angle avenue de Cran/ Bd Replat et celui à la place du Foyer Saint François) peuvent parfaitement être construits. Mais pas les autres qui viennent sacrifier le parc. Et puis, au risque de me répéter, ce ne sont pas quelques logements de plus ou de moins aux Capucins qui changeront fondamentalement la donne sur la rareté du logement à Annecy. Pour mettre fin à cette pénurie, il n'y a qu'une seule solution réaliste : supprimer l'aéroport de Meythet pour y construire un nouveau cœur d'agglo et de commune nouvelle avec les logements, les parcs, les commerces, etc... nécessaires, plutôt que de subventionner un équipement pour jets privés qui nuisent aux riverains. Mais dire cela c'est tabou avec M. Rigaut, il vaut mieux continuer à faire croire que la crise du logement sera contenue en détruisant des parcs centenaires.

Le projet présenté reste, de mon point de vue, contraire aux règlements, au PLU et à la loi. L'association des Amis du domaine des Capucins est également de cet avis. Elle va donc déposer un recours contentieux contre ce projet. Ce sera alors aux tribunaux de trancher, puisque M. Rigaut refuse de dialoguer avec les riverains. Nous sommes partis sur une procédure longue et malheureusement coûteuse. Mais ce très beau parc mérite notre engagement et notre résistance. Si on prend comme point de comparaison le projet sur l'ancien hôpital, les procédures ont duré presque 10 ans (avec des plaignants qui ont perdu à chaque fois, ce qui ne sera pas le cas ici).

Le Savoyard est têtu, surtout quand il s'agit de son environnement et de sa qualité de vie. Offrir un parc pour des milliers d'Annéciens a toujours primé dans mon esprit à quelques terrasses sur le toit pour bobos fortunés.

4 commentaires:

  1. Etre dans l'opposition ne devrait pas être synonyme d'opposition systématique même sur les bons projets souhaités par la population. Les riverains présents hier à la présentation se sont montrés intéressés par le projet et ont apporté des demandes notamment de jardins partagés, se projetant visiblement déjà dans ce futur projet.
    Non les Annéciens ne seront pas privés"d'un parc centenaire", ils en sont privés aujourd'hui.
    Demain, celui ci leur sera rendu, puisque 70% du parc sera conservé.
    Des logements sociaux seront construits, ainsi que de logements à loyer modéré. Il restera quelques logements pour les "bobos" certes, il s'agira donc d'une belle mixité au cœur d'un parc, au cœur de la ville.
    Arrêtez de faire croire aux gens des choses qui n'existent pas, arrêtez la désinformation.
    Arrêtez de prendre les gens pour des cons, ils sont bien plus intelligents que vous ne le pensez, et ils ont des yeux pour voir, voir ce projet, et voir qu'ils ont envie d'y habiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qui vous êtes.. Josie la bétonneuse ! 70% du parc sera conservé, alors vous c'est clair, le bâtiment vous connaissez pas.. Arrêtez de polluer la ville avec votre nombril et regardez les chiffres de respiration de notre ville. C'est ça que vous voulez pour l'avenir de nos enfants ? Chouette ou pourra se loger mais sans respirer !!

      Supprimer
  2. Restez zen ! Quand on est sûr de son projet on n'a pas besoin d'utiliser de telles invectives ! A moins que vous doutiez. .. Mais il est vrai que l'insulte est toujours facile sous couvert d'anonymat.

    RépondreSupprimer
  3. Où est la vérité: plus aucun parc, ou 7O% de parcs (j'avoue que j'ai du mal à croire à cette dernière affirmation). Comment les habitants peuvent-ils se positionner raisonnablement sur la base d'informations contradictoires ?
    Je me pose une autre question: dans l'article de L'Essor qui évoque le recours contentieux projeté, le journaliste précise que l'association s'est constituée en 2015. Je peux me tromper mais croyais qu'une association devait exister depuis plusieurs années (5 ans) pour pouvoir faire ce genre de recours, et du coup, je me demande si le journaliste ne s'est pas trompé d'année!
    Josie

    RépondreSupprimer