lundi 7 novembre 2016

Avenir des Haras


Un groupe de travail des élus a été mis en place, à notre demande, sur l'avenir du Haras.

Ce qu'il en ressort actuellement c'est que ce lieu sera découpé en 3 parties dont la cohérence reste très incertaine (quand je pense que cette même équipe municipale critiquait notre projet car elle le considérait comme trop décousu...):

- une partie commerciale, avec placette, côté rue de la Paix (grâce au nouveau portail ouvert à cet effet). L'écurie face à cette entrée comprendrait une "Halle gourmande", c'est-à-dire un restaurant (haut de gamme?) avec un espace de vente directe d'épicerie fine. Le bâtiment qui fait l'angle avec la rue Jean Jaures ainsi que la maison du directeur accueilleraient des commerces classiques.

- une partie "Culture et formation" prenant les 3 bâtiment dont la façade donne rue Jean Jaures avec à y mettre : la fondation Salomon (1 étage d'un des bâtiments et 1 second étage en partage avec le CITIA) et le CITIA (dont un pôle "Formation", les bureaux et un musée)

- une partie "Evenements" avec le Manège transformé en grande salle polyvalente et le petit bâtiment qui donne sur le rond-point Berthollet transformé en salle municipale.

On voit très clairement, par rapport au projet de départ, que la majorité a tenté de copier notre projet, défendu au moment des élections de 2014 qui développait l'idée :
- d'un musée d'Art contemporain en collaboration avec la Fondation Salomon et l'Arteppes que nous aurions implanté aux Teppes à la place du chantier de la cuisine centrale pour ouvrir ce quartier sur la ville et créer la synergie nécessaire avec la Maison de l'Enfance (permettant au passage la création de parkings souterrains). M. Rigaut, alors candidat avait déclaré qu'Annecy n'avait pas besoin d'un nouvel espace d'art contemporain car il en existait déjà un à l'école d'Arts. Résultat: il en crée un aux Haras !

- d'une halle des producteurs locaux dans le manège du Haras. Véritable marché couvert ouvert tous les jours, cet espace vivant et dynamique aurait permis de faire vivre ce lieu toute la journée, tout en mettant en valeur les produits et producteurs locaux, en lien avec le magasin actuel des producteurs de la Maison de l'Agriculture. Au lieu de quoi, on va créer une salle polyvalente désespérément vide dans le Manège (vue la grandeur de la salle qui voudra la louer ?) et une halle gourmande où certes, à force de convictions, nous avons réussi à intégrer un espace de vente directe, mais à quel prix ? Cette halle gourmande sera-t-elle réservée aux bobos ? On est très loin de l'espace populaire, touristique et gastronomique, qui aurait apporté un vrai service aux Annéciens, que nous défendions.

- d'un grand musée du cinéma d'animation (avec bureaux et lieux de formationpour CITIA), que nous aurions implanté sur le terrain Balleydier et non pas aux Haras. Car le Haras n'est pas adapté, en termes de construction, à l'accueil d'un vrai musée moderne de l'image en mouvement. C'est trop petit et mal conçu. Or, comme l'a bien dit l'expert mandaté par la ville, s'il s'agit de faire un bout de musée dans un coin, ce n'est pas la peine. Il faut un vrai grand musée et on lit entre les lignes de ce rapport, que le Haras n'est pas le lieu idéal. C'est exactement ce que nous disions depuis des années... De même pour les locaux de Citia et des formations prévues. Un nouveau bâtiment moderne et spacieux, lumineux entre la vieille ville et le projet de Portzamparc aurait été l'idéal, plutôt que de  donner aux Soeurs de Saint Joseph...

- d'une maison des associations, qui n'existe pas à Annecy pour fédérer les associations et créer une dynamique grâce à un lieu commun de rencontres, d'animations et d'informations. L'espace extérieur de la carrière offrait un lieu d'expression des activités associatives idéal. Au lieu de quoi, on s'oriente vers un jardin, sans vie, sans rien, vide la moitié de l'année...

- d'un espace pour les arts du cirque car l'école du cirque du Parmelan est trop petite. Les hauteurs sous plafonds de certains bâtiments aurait permis cette réalisation à la fois pour l'école du cirque et pour accueillir des spectacles (de cirque et d'autres culturels) en lien avec Bonlieu (pas loin) et avec les écoles du quartier (pour le périscolaire). Au lieu de quoi, on laisse s'installer un cirque commercial au milieu de la carrière... et l'école du cirque continue à suffoquer dans des locaux trop petits.

Derrière les mots et la récupération manifeste de certaines de nos idées se cache en réalité un projet bien différent. Le projet actuel de la mairie risque fort de créer un espace disparate finalement peu vivant au cours de l'année en son cœur et ne répondant que de manière très anecdotique aux besoins des Annéciens (salle des fêtes relayée à un carrefour, espace de vente directe de produits tenant dans un mouchoir de poche, pas de vie associative, pas d'école du cirque pour la culture et nos enfants).

Au fond le projet de la majorité rate l'objectif essentiel de la transformation du Haras : faire de ce lieu un trait d'union entre les quartiers, entre les habitants. Il crée des espaces divers, déconnectés les uns des autres, tous tournés vers les rues adjacentes mais aucun ne créant le lien, la traversée.

Tout cela en continuant de faire croire aux Annéciens qu'ils peuvent donner leurs idées et qu'elles seront étudiées alors que tout est déjà décidé. Mieux, on fait tout pour inscrire ce projet dans le marbre rapidement, avant la fusion des communes au 01 janvier, pour etre sûr que les autres ne pourront plus rien dire... C'est beau les mariages d'amour et de confiance...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire