mardi 18 octobre 2016

Une fusion de communes sans arrière pensées politiciennes...

Hier soir se tenait une réunion de 202 conseillers municipaux du futur conseil municipal de la commune nouvelle. Les 6 maires nous ont présenté l'architecture de la future organisation (organigramme des services, commissions des élus, travail entre communes déléguées et commune nouvelle...).

Ce que l'on a appris :
- Il y aura 9 commissions d'élus et des services au sein de la commune nouvelle, pilotées par 13 "super" maires-adjoints. Ces commissions compteront en moyenne 22 élus. Les maires-adjoints des communes déléguées et le "super" maire-adjoint formeront un bureau (si si !!!) de la future commission. Pour ma part j'ai demandé à pouvoir participer à la commission des "Finances".

- A priori, les indemnités globales des élus resteront à enveloppe constante, les "super maire-adjoint" cumulant cette fonction avec celle de maire-adjoint délégué. Jean-Luc Rigaut n'a pas l'intention (mais il faudra être vigilant) d'augmenter encore ses indemnités comme il nl'avait fait en 2014...

- Le premier conseil de la commune nouvelle se tiendra le 02 janvier pour désigner le maire et les 13 "super" maires adjoints, ainsi que les conseillers délégués.

- Les périmètres des conseils des habitants n'ont toujours pas été définis (ce qui était pour nous, comme je l'ai souvent dit, une priorité, bien avant de savoir si tel ou tel élu gardait son poste...). Chaque commune délégué aura tout loisir d'en fixer librement son périmètre. Gageons qu'à Annecy, pour tuer toute forme de démocratie locale, nous n'aurons qu'un seul conseil des habitants pour 52 000 personnes.

- Le processus de décision va être hyper-complexe. pour décider par exemple d'une manifestation culturelle sur Pringy, il faudra :
1) Une inscription de cette demande à la commission culture de Pringy et une validation.
2) Une inscription au conseil communal de la commune déléguée de Pringy avec validation.
3) Une validation de forme par le maire-adjoint délégué à la commune de Pringy
4) Une inscription par le bureau de la commission de la commune Nouvelle de cette demande à la prochaine commission culture de la commune nouvelle
5) Une présentation en commission de la commune nouvelle avec validation
6) Une inscription au conseil municipal de la commune nouvelle et validation.
7) Un acte juridique du maire de la commune nouvelle.

Mais Jean-Luc Rigaut a déjà averti : le conseil municipal de la commune nouvelle ne sera qu'une "chambre d'enregistrement"(sic) des décisions des conseils communaux des communes déléguées. Comptez sur moi, pour prendre la parole en conseil municipal de la commune nouvelle et donner mon avis, y compris s'il est différent de celui des conseils communaux, si je ne suis pas d'accord ! Au 01 janvier 2017 chaque conseiller aura la légitimité pour donner son avis sur tout ce qui se passe dans la commune nouvelle !

Suite à quoi j'ai posé la question de la place des actuelles oppositions (qui représentent tout de même des habitants) dans le processus, sachant que nous en avons été soigneusement tenu très éloigné jusque-là.

J'ai notamment demandé ce qu'il en serait de la constitution des commissions "Finances" et "Appel d'offres" dont l'existence est légalement obligatoire et la composition régie par la loi pour justement donner aux oppositions toute leur place et leur rôle de contrôle des activités de la majorité. Jean-Luc Rigaut m'a répondu, comme à chaque fois, que la présence d'élus socialistes de la commune de Cran-Gevrier valait pluralisme politique. Je rappelle simplement que je ne suis pas socialiste. Etant élu indépendant, je ne me sens pas  représenté par les élus majoritaires de Cran. D'autre part, je n'ai pas souvenir que les élus actuels de Cran n'aient jamais porté un projet pour les Haras d'Annecy, les aménagements des écoles d'Annecy, les problèmes de sécurité sur Annecy, les difficutés de circulation et de stationnement sur Annecy, le développement du commerce du centre-ville d'Annecy...
Si nous demandons à être présent et respecté, c'est pour porter notre vision, CELLE QUE NOUS AVONS DEFENDUE DEVANT LES ANNECIENS EN 2014 ET POUR LESQUELLES NOUS SOMMES ELUS (ce qui n'est pas le cas des élus de Cran en ce qui concerne les problématiques d'Annecy...). Car je considère que nous ne tenons pas notre légitimité d'élu de notre place (je suis maire je fais ce que je veux) mais de notre programme électoral (je suis conseiller, je défends les idées portées devant les Annéciens)
Mais M. Rigaut fait de la politique politicienne, celle des partis et refuse de nous donner la parole et des responsabilités sous de faux prétextes.

J'ai d'ailleurs demandé, puisque selon ses défenseurs cette fusion "n'est pas politique", comment seront définis les "super" maire adjoints. Les oppositions (qui à Annecy représentent 55 % des voix !) auront-elles droit à des places ? Evidemment M. Rigaut, qui ne fait pas une fusion politique (selon lui et il aime le rappeler, comme pour mieux s'en convaincre lui-même), m'a immédiatement répondu que les 4 super "maires-adjoints" qui seront issus de la ville d'Annecy actuelle seront bien tous membres du groupe majoritaire... Les oppositions qui auraient pu prétendre selon les résultats électoraux à 1 ou 2 postes n'auront rien! Mais c'est pas politique...

De même, les délégués à l'agglomération supplémentaires auxquels a droit la commune nouvelle seront également tous issus du groupe majoritaire...

Voilà donc, pour M. Rigaut, le respect des minorités : tous les postes pour lui et ses amis ! Aucun pour ceux qui ne pensent pas comme lui. Mais à part çà, cette fusion n'a rien de politique...

Jean-Luc Rigaut souhaite une organisation en armée mexicaine avec plein de commissions, sous-commissions, conférence de ceci et cela, pour mieux pouvoir noyer la prise de décision et, au final décider tout seul. Il évince les "empêcheurs de tourner en rond" pour mieux phagociter tranquillement toutes les sensibilités politiques du bassin, renvoyant ceux qui sont trop perspicaces et qui ont compris ce petit jeu, dans une opposition sans pouvoir ni de contrôle, ni de décision, ni de proposition. Jean-Luc Rigaut tue tout simplement, derrière des aspects irréprochables de soit-disant démocratie, tous les contre-pouvoirs d'une vraie démocratie pour concentrer entre ses seules mains les pouvoirs. Au passage il en profite pour tuer toute alternative politique sur le bassin (car comment des socialistes qui auront cogérés pendant 3 ans les affaires municipales pourront-ils légitimement se présenter en 2020 contre JL Rigaut ?).

Mais comptez sur moi pour mettre quelques grains de sable dans cette belle construction théorique... Après tout, j'ai été élu pour faire entendre d'autres propositions, d’autres alternatives et je ne compte pas trahir la confiance de mes électeurs. Que voulez-vous, on ne se refait pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire