jeudi 8 septembre 2016

Centre des congrès : le gouvernement aussi a des doutes

Expliquer et faire connaître nos arguments

Depuis que nous avons eu la joie de lire les conclusions négatives des commissaires enquêteurs sur le projet de centre des congrès à Albigny, 
nous ne sommes pas restés sans rien faire. Nous savions que l'étape suivante était la saisie du Préfet pour déclarer, quand même, le projet d'utilité publique.

Il fallait donc faire connaitre aux supérieurs hiérarchiques du Préfet nos arguments. Chacun a pu activer ses réseaux pour informer les ministères de nos arguments et des risques que fait peser ce projet sur la loi Littoral notamment (mais aussi sur les finances locales).

Pour ma part, je souhaitais que l
es ministres puissent agir en toute connaissance de cause. Nous avons donc fait le nécessaire. Je remercie ici tous ceux qui ont participer à cette entreprise et nous ont permis d'ouvrir les portes pour plaider notre cause. Je remercie les ministères pour leur écoute attentive et sérieuse.

Les ministres s'interrogent 

Le résultat de l'analyse menée par le ministère de l'écologie (sous l'autorité de Mme Royal) et le ministère du Logement et de l'habitat durable (en charge des expropriations sous l'autorité de Mme Cosse) est tombé sous la forme d'une l
ettre adressée au préfet de Haute-Savoie et au Préfet de Région.

Dans cette lettre on retrouve bon nombre de nos arguments qui visiblement ont été entendus par les ministres. De plus, elle cite explicitement les jugements de justice concernant la modification du PLU d'Annecy-le-Vieux.

Elle se termine par ces mots :

« Au vu des doutes sérieux qui pèsent sur la légalité et le bien fondé de ce projet, nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire un état précis du projet, tant au regard des règles d’urbanisme qui s’imposent que son caractère d’utilité publique ».

« Nous vous demandons, dans l’attente, de surseoir à toute décision que vous seriez susceptible de prendre dans le cadre de l’avancement de ce projet ».

Il va sans dire que la tonalité de toute la lettre est très sceptique quant au projet. Cette mise en attente pour amener des éléments nouveaux de la part du Préfet en dit long sur l'opinion des ministères. Je veux rappeler que cela est le fruit d'abord de la grande mobilisation au moment de l'enquête publique. Par leurs commentaires les citoyens ont emporté la conviction des commissaires enquêteurs mais aussi mis le doute au sein des ministères. Se mobiliser, ça paie !

Bien sûr ce contre-temps est fâcheux pour MM. Rigaut et Accoyer... Contrairement à leur desiderata, 
le Préfet n'a pas pu signer vite l'arrêté de DUP. J'imagine assez bien leur colère.

L'isolement de MM. Rigaut et Accoyer

Mais la colère est mauvaise conseillère. Et l'évidence éclate chaque jour davantage : 
ce projet n'est pas conforme à la Loi littoral et il n'est pas d'utilité publique. Il doit être abandonné. Les ministres citent nos arguments, les commissaires enquêteurs reprennent nos analyses, les juges argumentent sur ces mêmes éléments, et la population se mobilisent en nombre pour reprendre ces évidences...

En vérité, 
MM. Accoyer et Rigaut sont totalement isolés sur ce dossier. Quiconque regarde ce dossier avec un peu de sérieux voit qu'il n'est pas d'utilité publique et qu'il est dangereux pour nos littoraux. Mme Royal nous a bien fait savoir l'intéret et l'importance qu'elle porte au respect de la loi littoral.
Alors oui, il reste bien à ces 2 barons locaux des élus bénis oui-oui (qui leur doivent leurs postes) pour continuer à s'entêter sur ce mauvais dossier. Ils trouvent bien quelques présidents d'associations subventionnées par la C2A (et qui n'ont donc pas le choix) pour rédiger des lettres ouvertes...

Mais la réalité est bien plus simple : l'isolement de MM. Rigaut et Accoyer est total. Ils peuvent toujours tenter des agitations de dernières minutes comme le fait de tenter d'obtenir à Evian ou au MIFA un arbitrage du Président de la République. 
Mais ce sont des agitations vaines et assez pathétiques. J'ai été immédiatement mis au courant de ces tentatives de passer par-dessus les ministres...

Revenir au dialogue et trouver des solutions sérieuses

Messieurs, revenez à la raison, de grâce. Vous faites perdre son temps (et son argent) à la C2A, aux ministères, aux tribunaux. Pire, vous gâcher un temps précieux pour construire une véritable voie d'avenir pour l'industrie du film d'animation. 
Votre entêtement vous isole et montre chaque jour un peu plus que ce sont vos égos qui vous guident dans cette affaire et pas l'intérêt général.

Renoncez à ce projet et revenez à la table des discussions pour trouver ensemble une porte de sortie convenable à cette piteuse affaire. Beaucoup de secteurs économiques attendent cela. Il n'appartient qu'à vous de sortir de votre logique d'affrontement et d'ouvrir le débat. Personnellement j'y suis prêt. Nous avons besoin de discuter sereinement de l'avenir du tourisme d'affaire sur Annecy, loin de votre totem : ce projet pharaonique de centre des congrès.


3 commentaires:

  1. Bravo et félicitations !!!! Du bon travail de fond qui aboutit! Une personne m'avait dit que le préfet avait donné son accord.... une rumeur de plus!!!!
    Il est quand même appréciable que certains ministres soient logiques et respectueux de cette fameuse loi littoral!!!! Un immense merci de vous être défoncé pour nous éviter une horreur bétonnée en lieu d'un beau parc arborisé Louisa Scotton

    RépondreSupprimer
  2. Et si on leur demandait de rembourser pour éviter les augmentations d'impôts !

    RépondreSupprimer