jeudi 29 septembre 2016

Agglo : la voiture de nouveau à l'honneur

Hier soir, le conseil communautaire avait à valider deux délibérations concernant la création et le réaménagement de nouvelles voiries sur la commune de Seynod.

Ces délibérations sont en droite ligne de la convention signée en juin entre le conseil départemental et la C2A concernant les aménagements de mobilité sur notre territoire. Je rappelle que nous avions déjà voté contre cette convention en juin car elle fait de nouveau la part belle à la voiture (80% des montants inscrits) et laisse la portion congrue aux transports en commun (moins de 20%).

Schéma présent dans le magazine du conseil départemental de ce mois

Hier soir, de nouveau, nous nous sommes opposés à ces deux délibérations qui concernent la liaison entre la route des creuses et la RD 1201 d'une part, et la requalification de la RD 1201 à Seynod d'autre part. Il y en a au total pour près de 29 millions d'euros dont la moitié (14.5 M€)à la charge de la C2A...

Ces équipements, même si chacun a bien pris soin de ne pas aborder ce sujet, sont nécessaires pour le tunnel sous le Semnoz car sinon, quel est intérêt en venant de Rumilly de rejoindre la RD 1201 au rond point de la Mouette ?

Toutes les études montrent qu'il faut revaloriser le transport en commun sur notre agglomération en y mettant des moyens financiers plus importants. Ce n'est que comme cela que l'on pourra régler le problème (réel) de l'encombrement de nos routes : en créant des lignes structurantes avec parking-relais en périphérie d'agglo. Au lieu de quoi on améliore les routes pour faire venir plus de voitures jusqu'au rond point de Quick et asphyxier l'agglo...

Les plans et engagements pris par l'agglo, en parole, disent aussi cela... mais les votes et les décisions vont à l'encontre...

Le Conseil Local de Développement (instance consultative regroupant de nombreux membres dont des acteurs du monde économique, des associations, des experts...) le redit encore dans son rapport remis aux élus hier à l'entrée du conseil.


J'ai rappelé hier que d'après les études, la pollution atmosphérique sur notre bassin de vie faisait perdre 11 mois d'espérance de vie à chacun d'entre nous (contre moins de 6 mois au niveau national). Il s'agit là d'un enjeu de santé publique sérieux.

Mais rien n'y fait. Les élus communautaire ont de nouveau ouvert grand les vannes de l'argent public pour construire des routes et favoriser la voiture. Comme nous l'avons rappelé hier soir, par comparaison, nous sommes toujours dans l'attente d'un plan de programmation des investissements pour les transports en commun. On sait qu'il faut au moins 2.5 millions d'euros d'investissements annuels pour réaliser les lignes structurantes du BHNS d'ici 2030. Cette année nous n'y serons pas, loin de là. Vous imaginez ce que l'on pourrait faire comme lignes structurantes avec 14.5 M€ ? Ca accélérerait beaucoup le développement des transports en commun, et donc leur part modale dans les déplacements des habitants.

Mais non, ces élus sont toujours du siècle dernier. Le siècle de la voiture reine et de la pollution cachée. Tant que nous n'aurons pas cette programmation sur les investissements en transports en commun, nous continuerons à nous opposer aux investissements routiers polluants.


Sans compter que l'on prend des délibérations avec de tels montants sans attendre l'avis des communautés de communes qui vont nous rejoindre (et donc payer) au 01 janvier prochain...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire