dimanche 26 juin 2016

Une politique de transports du siècle dernier

Résultat de recherche d'images pour "pollution de l'air voiture"

Jeudi soir en conseil d'agglomération, l'exécutif nous a présenté la convention de financement des futurs aménagements de transports sur l'actuelle agglomération pour les 10 ans qui viennent.

Parmi ces futurs aménagements, on trouve : le doublement de la rocade extérieure, la déviation de Pringy, le tunnel sous le Semnoz et ses accès, le BHNS rive ouest, etc...

Au total, il y en a pour 432 millions d'euros dont 155 millions pour l'agglomération. 

Cela pose déjà deux questions :

 - la voirie n'est pas de la compétence de l'agglomération et reste de compétence unique du conseil départemental. On a du mal à voir pourquoi l'agglomération participe financièrement...

- 155 millions sur 10 ans cela fait plus de 15.5 millions d'euros par an pour l'agglo... quand on sait que la capacité d'investissement de l'agglomération est de 12 à 15 millions d'euros par an on voit déjà qu'il y a un problème ! On ne peut pas payer. Car au-delà des routes (qui ne sont pas de notre compétence) il faut aussi faire des investissements sur nos compétences propres et là nous n'en avons plus les moyens.
Résultat de recherche d'images pour "plus d'argent"
Sur ce qui est des équipements financés et des 432 millions d'euros, ils se décomposent comme suit :

- 379 millions d'euros pour des aménagements de voirie pour la voiture

- et seulement 53 millions d'euros pour les transports en commun (le BHNS qui n'en est pas un de la rive ouest).

On mettre donc 7 fois plus d'argent sur les transports en voiture individuelle, polluante que sur les transports collectifs ! Voilà dans les faits, l'équilibre dont nous rabâche les oreilles l'agglo ("il ne faut pas opposer les modes de déplacements ! " n’arrête pas de dire M. Rigaut. Ok, sauf que là c'est lui qui oppose clairement les voitures et les transports en commun et fait un choix clair).

Le tunnel sous le Semnoz et ses accès vont coûter 220 millions d'euros dont 146 millions pour le conseil départemental et 74.4 Millions d’euros à l'agglo pour les voies d'accès. Au passage il y a quelques mois, M. Puthod sur injonction de M. Rigaut était intervenu au conseil départemental pour dire qu'à près de 80 millions d'euros, l'agglo ne pourrait pas payer. Force est de constater que le conseil départemental n'a rien changé et est resté droit dans ses bottes. MM. Rigaut et Puthod n'ont rien obtenu, aucune réduction. Mais bizarrement  ce qui hier n'était pas soutenable financièrement, l'est devenu aujourd'hui... Quand je vous parle d'incompétences, en voici une nouvelle illustration. Au passage, personne ne s'en émeut. On peut dire une chose puis son contraire sans que personne n'en garde la mémoire?

Le choix fait du tout voiture (87.5% des investissements contre 12.5% pour les transports en commun) n'est malheureusement pas une surprise. Il était inscrit dans le projet d'agglo 2030 repris depuis dans le Scot. Il s'appuie sur le scénario tout routier (le plus cher, le plus polluant et le moins efficace) de l'étude du cabinet TTK. Au moment du vote de ce projet "Agglo 2030" j'avais voté contre pour ces raisons notamment. J'étais alors seul comme souvent.

Mais aujourd'hui on voit le résultat de cette politique : pollution grandissante, embouteillages énormes, temps de vie gâchés dans les transports plutôt qu'en famille, stress, etc... Construire de nouvelles routes n'a jamais réduit le nombre de voitures, bien au contraire.Toutes les études le montrent. Mais c'est beaucoup plus facile de porter des arguments populistes du type : avec de nouvelles routes on réduira les embouteillages. Ce qui est faux.

J'ai bien évidemment, en constance depuis des années, voté contre cette délibération et les orientations qu'elle contient. Nous sommes très loin d'un équilibre souhaitable entre voiture et transports en commun.

2 commentaires:

  1. N'existe-il aucun moyen de contrôle de l'utilisation du budget d'une Agglomération? Il semble invraisemblable que la C2A investisse autant dans un domaine qui ne la concerne pas. Je suis surprise que ni les conseillers d'opposition, ni le collectif "grenelle de l'environnement", ne soient en capacité d'agir contre ces abus manifestes.

    RépondreSupprimer
  2. ... dans le commentaire précédent, je suis coupable d'une erreur: je voulais évoquer le collectif du bassin annécien: le "Grenelle des Transports", et non le Grenelle de l'Environnement! Josie François

    RépondreSupprimer