vendredi 29 avril 2016

Regroupement des interco : un conflit de générations

Hier soir se tenait une réunion (privée !!) des conseillers municipaux des 43 communes qui, au 01 janvier 2017, constitueront la grande agglomération d'Annecy.

Ces réunions souvent formelles et finalement sans grand intérêt, nous permettent néanmoins de grappiller quelques informations.

La première information est que des groupes de travail planche sur le sujet et des thématiques depuis plusieurs semaines. Première nouvelle ! Ou bien j'ai loupé quelque chose ou alors je ne sais pas comment les membres de ces commissions ont été nommés mais, vous vous en doutez, je n'en suis pas ! C'est certes anecdotique mais révélateur.

Les points les plus importants, de mon point de vue, et sur lesquels je suis intervenu sont :
1) le retour de certaines compétences jusque là intercommunale aux communes. C'est le cas pour la C2A des équipements sportifs (gymnases, piscines, patinoire...) et du secteur petite enfance (crèches...) pour les deux rives du lac et le pays d'Alby. Ce retour se ferait vers les communes qui, pour continuer à gérer cela en commun pourrait créer des syndicats intercommunaux ! Une aberration  totale ! On voulait simplifier les choses, on va les compliquer. De plus ce retour en arrière historique ne va pas du tout dans le sens de l'Histoire ni même de l’intérêt des habitants. Il contredit également tous les discours prononcés depuis des années sur Bonlieu ou le Brise Glace notamment, présentés à juste titre comme des équipements dont le rayonnement dépasse largement les frontières de la communes et même celles de l'agglo.
Je me suis exprimé pour regretter ce choix d'un retour en arrière plutôt que celui de l'audace et de la vision générale du territoire.

Afficher l'image d'origine

2) "On a décidé du transfert de ces compétences aux communes" (dixit Jean-Luc Rigaut). Je suis donc intervenu pour demandé qui est le "on", qui décide ? En tant que conseiller d'agglo je n'ai évidemment pas eu mon mot à dire. En réalité la réponse est simple : ce sont quelques maires qui décident pour tout le monde. D'ailleurs ce processus de décision (déguisé habillement sous un discours  de "cohérence nécessaire entre les communes et l'agglo") va vraisemblablement être institué dans une charte de gouvernance de la nouvelle agglo. En effet, en plus du conseil communautaire qui regroupe tous les maires des 43 communes (plus des conseillers élus, soit un total de 90 membres), il est prévu de créer une "commission des maires, lieu de débats politiques et d'arbitrage". Je m'oppose de toutes mes forces à ce dispositif dont le seul but est de court-circuiter le conseil communautaire et ses représentants démocratiquement élus. Le lieu de débat et de choix ne peut être une telle instance opaque, mais bien le conseil communautaire lui-même. La démocratie ne se décide pas dans des bureaux fermés, à l'abri des habitants et de leurs représentants, mais en plein jour dans des conseils publics ! 
Le faux argument de la nécessaire articulation entre communes et agglo ne tient pas une seconde puisque toutes les communes seront au conseil communautaire. Et quand bien même ! Quand on siège à l'agglo on est conseiller communautaire, on vient pour parler de l'avenir de l'agglo, pas pour défendre son bout de gras, celui de sa commune ! 

Moi qui est siégé au mandat précédent au SILA, je sais parfaitement que cela est possible. Au SILA, toutes les communes ne sont pas représentées. Et pourtant, il n'a jamais été mené d'actions CONTRE les communes. On y travaille en bonne intelligence.

C'est en fin de compte un vrai conflit de générations d'élus. Les vieux qui ont connu le district ou les syndicats intercommunaux sont toujours dans cette logique : celle du clientélisme et du "je défends les intérêts de ma commune à l'agglo". Je crois que les plus jeunes, eux, ont bien compris qu'être conseillers communautaire ce n'est pas être représentant de sa commune au conseil communautaire, mais c'est venir pour parler au nom de tous les habitants de l'agglo. C'est une vision plus large, d'ailleurs encouragée par le fait que depuis 2014 les conseillers communautaires sont élus directement au suffrage universel et non plus désignés par leurs communes.

Mais cette génération en place n'a pas compris ce changement et continue à vouloir venir piquer dans la boite à sucre. D'où la nécessité de tous y être et de créer des instances opaques de "débat politique".

Il est temps de changer de génération, vraiment. C'est çà aussi la démocratie.

4 commentaires:

  1. Denis,

    Le temps ne fait rien à l'affaire. Quand ils sont de droite ils sont de droite. Ne connais-tu des jeunes de droite que tu as tout autant envie de combattre que leurs prédécesseurs ?
    Les annécien-ne-s ont besoin d'un éclairage des débats. Pour plus de services publics, de logements à prix accessibles voire sociaux, de transports en commun, d'actions écologiques, d'équipements collectifs, de vie culturelle par et pour tous, quelle est la meilleurs organisation ?
    Certainement celle qui rapproche le lieux de décision des citoyens. Donc certainement celle qui développe des logiques de coopération, d'échange entre collectivités municipales à l'opposé de regroupements centralisateurs.
    Pour nous, communistes, c'est par le développement de la démocratie locale pour un véritable pouvoir aux citoyens que l'intérêt général sera le mieux défendu, contre les clientélismes et concurrences.
    Bien amicalement,
    Gilles

    RépondreSupprimer
  2. la fusion devient de moins en moins fusionnelle!

    RépondreSupprimer
  3. j'avais entendu parler de ça.....mais je n'y croyais pas ! Et bien si......on supprime des strats pour en créer de nouveaux ! Bravo la démocratie à la Française

    RépondreSupprimer
  4. C'est ça la belle organisation à la française ! Transparente, fluide avec des économies réelles et des projets portés dans le respect de l'environnement et du porte-monnaie des citoyens. Ceci ne briserait pas la vision d'Annecy ville du futur.

    RépondreSupprimer