dimanche 17 avril 2016

Nuit debout

Afficher l'image d'origine

Comme beaucoup, je suis avec intérêt la mobilisation citoyenne de "Nuit debout". Je trouve ces mouvements toujours enrichissants et très vivifiant dans nos démocraties un peu poussiéreuses. Vouloir faire de la politique autrement ? Moi je ne demande que çà (et je ne pratique que çà !).

Oui notre 5e République est à bout de souffle. Cela fait longtemps que de nombreux citoyens, souvent militants politiques ou associatifs, se battent pour une 6e République.

Oui, la répartition des richesses, le problème des inégalités, le rôle et l'importance des services publiques, la répartition des impôts, etc... doivent être au coeur de nos réflexions et de nos actions. Il s'agit de réinventer un monde plus juste, plus fraternel, plus solidaire.

Oui, le productivisme actuel et ses impacts très négatifs sur l'environnement sont une menace pour la planète et doivent être réorganisés pour un meilleur respect pour l'environnement et au final pour l'Humanité.

Oui, dans notre société, il existe encore des combats forts à mener pour plus d'Humanité et d'Amour : les réflexions sur la fin de vie et la dignité humaine, les questions autour des stupéfiants, le droit à chacun d'élever des enfants quelque soit sa sexualité, la lutte contre le racisme et l'antisémitisme...

Oui, notre société doit réinventer un chemin commun, une vision commune. Cela passe aussi par un réveil de la culture (et la possibilité de voir émerger des cultures alternatives), par une mobilisation autour de l'art et de ses créateurs. La question de la rentabilité, de la possession, du partage, du temps qui passe...

Le mouvement "Nuit debout" brasse beaucoup d'idées qui sont très intéressantes. Ces personnes rêvent d'un monde meilleur. Jeunes, vieux, actifs, chômeurs, CDIsés, précarisés, Français, étrangers, parisiens ou provinciaux, ils forment un panel, une représentation de la France. Ce mouvement est un espoir.

Juste un regret et une réflexion personnels. Sur Annecy (car je n'ai ni les moyens financiers pour "monter" à Paris, ni un gout très prononcé pour la centralisation parisienne), dans l'appel à mobilisation, il était très clairement spécifié que les politiques n'étaient pas les bienvenus. Je suis peut-être bête, mais du coup je suis resté chez moi puisqu'on ne veut pas de nous (tous les élus étant visiblement mis dans le même bateau). Je regrette cette exclusion car je crois avoir, depuis des années, montré mon attachement à une autre vision de la politique. Je l'ai fait non pas seulement en parole, sur une place publique, mais dans les actes, vote après vote, décision après décision.

Je sais que malheureusement, bon nombre des citoyens qui sont aujourd'hui à "Nuit debout" ne suivent que de très loin la vie politique. C'est dommage mais c'est une question qui doit nous interroger. Ils ne peuvent donc pas savoir que d'autres, avant eux, depuis des générations, ont aussi rêvé un autre monde. Ils y ont contribué en y laissant souvent beaucoup, beaucoup de plumes, comme par exemple, une carrière professionnelle...

Suis-je déjà tombé dans le monde des politiciens ? N'ai-je plus ma place dans le mouvement citoyen ? Suis-je déjà si vieux que j'admire cette énergie mise à penser un avenir meilleur, mais en même temps que je trouve parfois dommage de voir que certains s'extasient de réinventer des discours que d'autres tiennent depuis des siècles ? Chaque génération est condamnée à réinventer le monde. Je l'ai fait et j'ai beaucoup appris. J'aurais aimé apporter au débat cette expérience. Mais peut-être est-ce aussi bien de laisser d'autres citoyens partir de leurs idéaux et de rester en retrait...
C'est là que je me dis que parfois être homme politique nous ferme des portes et cela, j'ai du mal à l'accepter.

Alors je vais continuer à faire ce que je crois juste et bon, comme élu (mais aussi comme citoyen). Je vais continuer à regarder d'un œil attendri et protecteur ce mouvement rafraîchissant, ces citoyens qui luttent. Je continuerai à laisser la porte ouverte à toute discussion et tout débat si certains le souhaitent. En espérant qu'un jour, l'Histoire ne se répétera plus...

2 commentaires:

  1. Il y a une volonté de certaines personnes d'éliminer les politiques et syndicats de gauche pour favoriser un noyautage par l'extrême-droite. Même si ça aurait plaisir à certains, je n'ai pas été exclu car j'ai apporté mon expérience de luttes. A Paris, Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon (PG) et Julien Bayou (EELV) entre autres sont présents régulièrement. Tu y na donc toute ta place.

    RépondreSupprimer
  2. Je partage votre ressenti...ils sont souvent jeunes, naïfs,inventifs et méfiants du politique...l'échange se fera le temps venu....mais ne soyons pas naïfs le temps est implacable pour légitimer une action. A suivre!

    RépondreSupprimer