mardi 5 avril 2016

"Mais donc c'est une révolte ? Non Sire..."

Afficher l'image d'origine

Le scandale de l'évasion fiscale au Panama fait vomir tant il montre le cynisme, l'immoralité de certains puissants. Alors que l'Europe plie sous le poids des plans d'austérité, de la rigueur budgétaire, certains des plus fortunés organisent leur évasion fiscale, échappant ainsi à leur devoir de solidarité.

L’écœurement quand tous ceux qui se lèvent tôt (ou pas), qui travaillent, qui cherchent un emploi, n'arrivent pas à s'en sortir et peinent dès le 10 du mois, alors que d'autres, par le jeu de la finance, des paradis fiscaux, gagnent de l'argent sans rien faire.

Dans notre monde, on ne s'enrichit plus (ou si peu car il ne s'agit pas de jeter l’opprobre sur tous les riches) par le travail. On s'enrichit par le jeu des pouvoirs et de l'argent-roi. Le travail est devenu un objet d'occupation des masses et de contrôle social.

La révolution de 1789 est née sur un terreau de délégitimation de l'impôt. Le Tiers-Etat et la Bourgeoisie en ayant largement assez de payer pour un Clergé et une Aristocratie corrompus, exemptés d'impôts et vivant en total décalage avec la réalité du pays.

Aujourd'hui, de nouveau, le discrédit est porté sur l'impôt. Les gens en ont assez de payer des impôts, alors que visiblement ceux qui en auraient les moyens s'en exonèrent. Ils en ont assez de payer des impôts pour des dépenses inutiles votés par une classe politique déconnectée. Ils en ont assez de payer des impôts pour renflouer des banques qui jouent au casino, marre de voir des élus s'auto-augmenter leurs indemnités, marre de la gabegie, marre des projets pharaoniques, des égos...

Ce qui ruine l'acceptation de l'impôt aujourd'hui en France ce sont deux choses :
- le sentiment que notre argent ne sert pas l’intérêt général mais des projets, des décisions personnels. L'absence de transparence et de contrôle est ici largement responsable.
- les faits qui montrent que les plus riches s’organisent toujours pour fuir l’impôt et que ce sont finalement les classes moyennes et populaires qui trinquent.

Pourtant, l'impôt est une chose noble et nécessaire. Il est comme le sang qui irrigue le corps social, transportant les richesse des poumons vers les muscles, des riches vers les travailleurs. Malgré ce que certains veulent nous faire croire, on n'a jamais vu un poumons survivre seul ! Un corps social, c'est une harmonie qu'il faut savoir entretenir dans laquelle le poumon joue son rôle et respecte le travail du muscle. L'impôt c'est d'abord la solidarité, le vivre-ensemble. C'est une belle idée !

Mais voilà, l'opacité sur le devenir de l'argent, l'évasion fiscale et les décisions aberrantes de certains élus rendent aujourd'hui l’impôt de plus en plus insupportable aux Français. Ils ne le voit plus comme un instrument de vivre ensemble, un bien commun nécessaire. Ils le voient comme un des éléments de leur asservissement, de leur appauvrissement. 

Pendant des années, certains puissants ont cru qu'ils pourraient détourner le regard des classes moyennes et populaires en le braquant sur quelques lampistes qu'ils soient immigrés, chômeurs ou bien encore Roms les accusant de "ruiner la France". Pendant ce temps ces malhonnêtes organisaient l'évanouissement de leur propre impôt, de leur participation au vivre ensemble. On voit aujourd'hui qui ruine la France. 

Quand un entrepreneur "oublie" de remplir tout ou tel papier administratif, on sait ce qu'il lui en coûte. L'administration est intraitable. J'attends avec beaucoup d’intérêt de voir ce qu'il va en coûter à ces voyous.

"Mais donc c'est une révolte [dixit Louis XVI]? Non Sire, c'est [peut-etre bien] une Révolution [dixit La Rochefoucauld]"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire