mercredi 30 mars 2016

Fusion des communes : état de réflexion

Afficher l'image d'origine

Je viens de lire les comptes-rendus des différents groupes de travail des élus majoritaires qui se sont tenus au début du mois.

Comme les oppositions en sont exclues par la volonté des majorités, nous n'avons que ces textes fades et hermétiques. Mais cela nous permet de voir poindre quelques craintes sur ce projet.

- d'abord, on s'oriente vers un maintien des communes déléguées après 2020, avec maire-délégué et même conseils municipaux délégués (à Pringy, je ne sais pas s'ils seront assez nombreux pour faire une belote!!!). Cela pour gérer la politique clientéliste (euh pardon "de proximité") avec les associations et les citoyens...
Je continue à trouver ces maintiens inappropriés. Ils vont à l'encontre de l'esprit même de la commune nouvelle. A croire que ces élus veulent fusionner tout en gardant (et si possible renforçant) leur pouvoir local. Les habitants sont inquiets sur l'avenir de la proximité, mais cette question est très éloignée de celle du maintien des élus. Personne ne me demande de maintenir des conseils délégués. Par contre, on m'interroge beaucoup sur les nouvelles instances à mettre en place pour plus écouter les habitants. Mais sur ce point : silence radio.

- des comités d'initiatives et de consultations (rendus obligatoires par la loi) regroupant les associations qui en feront la demande seraient créés dans chaque commune déléguée. Cette proposition va dans le bon sens. Nous le demandions à Annecy depuis des années. Le seul souci, c'est le périmètre. Pourquoi rester sur celui des anciennes communes ?

- pas de service dédié aux associations... Dommage encore une de nos demandes qui n'est pas prise en compte. Mais puisqu'on n'est pas là pour la défendre...

- pas de maison des associations : bon ben çà c'est fait...

- sur les horaires scolaires et périscolaires, les communes actuelles gardent leurs horaires... pas d'harmonisation

- pas d'harmonisation sur les modes de production des repas scolaires et seniors (cohabitation privé/public)
- etc...

Je vous fais quand même la conclusion du comité de pilotage (celui des 6 maires qui décident de tout tous seuls car elle vaut le détour : "Partager avec les conseillers municipaux les comptes rendus des comités de pilotage... sauf en ce qui concerne le comité de pilotage du 4 mars sur la gouvernance (sujet non abouti)". On croit rêver ! Ces messieurs/dames ne se sont pas encore mis d'accord entre eux donc chutt pour les conseillers municipaux ? Pourquoi ne peut-on pas être informés de ces questions, de ce qu'il se dit ?

Autres informations :
- l'armement de la police municipale semble être acté par tous (!!!) les maires. Au-delà de la question philosophique qui est très importante (quelle société voulons-nous pour nos enfants ? Quel intérêt d'un tel armement toujours refusé par les majorités précédentes à Annecy ?) cela pose une vraie question financière. Un agent pour être armé doit suivre une formation longue (18 mois) puis des formations annuelles qui vont coûter chères au contribuable. Pour quel avantage ?
- la réduction à terme des effectifs municipaux de 15 % soit plus de 300 agents est évoquée (M. Rigaut au cours de l'atelier participatif d'Annecy). Quels seront les secteurs touchés ? Comment réduire les effectifs d'autant sans toucher aux agents de catégorie C, c'est-à-dire aux agents sur le terrain ? Quid du maintien du service public à ce prix-là ? Où est la négociation avec les instances paritaires sur ce dossier ?

Bref, les éléments qui nous sont fournis au compte-goutte ne me laissent rien présager de très positif pour ce projet. Il est mené par des gestionnaires aveugles (qui ont le nez sur la calculette) et quelques idéologues (pas de maison des associations, armement de la police).... On a du mal à entendre dans ce déversement de politique conservatrice menée par la droite locale (conserver les communes déléguées, conserver les horaires des écoles, réduire les effectifs...) la petite voix d'une gauche progressiste et réaliste... Je regrette que certains mettent ainsi leurs valeurs au placard alors que la droite, elle, ne se gêne pas pour avancer ses idées et faire sauter, à Annecy, tout ce qui faisait l'héritage de générations d'élus centristes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire