lundi 29 février 2016

Fusion de communes : doutes et interrogations

Afficher l'image d'origine

J'ai assisté jeudi dernier à une réunion des 202 conseillers municipaux de la possible future commune nouvelle (Annecy, Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Meythet, Pringy, Seynod). On nous a présenté les deux cabinets d'étude qui vont organiser les choses:
- le premier sur le fond, pour mettre en commun les politiques actuelles des différentes communes et chercher à les faire converger
- le second pour la communication et la relation avec la population.

Vous connaissez ma conviction sur ce dossier. Elle est plutôt favorable.

Mais plus les semaines passent et les mois s'écoulent plus je m'interroge et je doute. Je doute parce que, comme le reste de la population, l'élu que je suis est laissé sur le côté. Cette fusion est menée tambour battant par les 6 maires et leurs directeurs des services. Mais pour le reste... on nous laisse regarder de loin. C'est dommage.

Lors de cette réunion par exemple (c'est assez révélateur), on a 6 maires assis à la tribune et tous les conseillers face à eux qui les écoutent. On a assisté à un grand cours magistral où les maires sont venus nous débiter leurs certitudes. Nous n'étions visiblement pas dans un lieu d'échange et de dialogue. Le ton n'était pas celui-là, d'ailleurs peu de questions et de réactions (en regard de certaines prises de positions tranchées dans la presse) ce qui devrait interroger et alarmer nos maires, mais non ils sont contents. Il y avait d'un côté ceux qui savent, et de l'autre ceux qui viennent écouter. Bien sûr on peut toujours poser des questions et on nous répond avec certitudes. Quelqu'un a, par exemple, posé la question du ressenti des associations face à cette fusion. Je regrette que les maires aient répondu : "on les rencontre souvent, tout va très bien !". Moi, à leur place, j'aurais retourné la question à celui qui la posait : "Pourquoi, vous avez eu des remarques, des inquiétudes ? Que vous dit le terrain?"

Non, jamais ces maires qui savent ne s'appuient pas sur les conseillers de base. Ils font, dans leur coin, et ensuite nous font des grands discours sur la nécessaire proximité avec les habitants...

Oui, nous sommes spectateurs d'un projet qu'on nous confisque. Jamais associés, jamais écoutés. 
On reçoit, trois à quatre semaines après les réunions, des comptes-rendus très liminaires de réunions des élus majoritaires. On peut réagir, mais pour dire quoi, quand vous êtes mis hors jeu...

On a bien des conseils privés après les conseils municipaux pour aborder la question (pourquoi les faire de manière "privée", les citoyens n'ont-ils pas le droit d'entendre nos interrogations, nos doutes?) mais pareil : on écoute, on classe et cela se perd dans la poche de la veste de notre maire pour ne jamais ressortir. Une exemple ? Les maires ont semble-t-il acter une charte de gouvernance pour après 2020. J'ai dit ici et au cours d'une de ces réunions que j'y étais opposé. Aucune trace nulle part...

On ne reçoit même pas les compte-rendus des réunions du comité de pilotage (celui qui réunit les 6 maires et leurs DGS), là où se prennent les décisions...

Il parait que des réunions publiques avec ateliers participatifs auront bientôt lieu. L'expert en communication nous a dit que ce serait le moment pour les élus d'opposition de s'exprimer... avant de dire l'exact contraire en fin de réunion...

Enfin si au moins les habitants peuvent s'exprimer ce sera une très bonne chose... à condition que leurs remarques soient étudiées et prises en compte. Or d'après le timing fixé, on peut en douter.

On savait que l'organisation choisie visait à mettre de côté les élus d'opposition (qui à Annecy représentent la majorité de la population !) et dans une très large partie la population. Vous me direz que c'est de bonne guerre. Oui, si on regarde ce projet avec des yeux politiciens. Je pensais qu'il s'agissait d'un projet d'une autre ampleur, d'un autre niveau. Mais non.

Les maires "je-sais-tout" mènent la danse. Prenons-en acte et arrêtons de faire semblant. 

Vous voyez, mon enthousiasme du départ face à ce projet est en train de se transformer en un sentiment de malaise profond. On savait que les politiques locaux n'aiment pas beaucoup la démocratie participative, on en a une confirmation jour après jour.

Puisque c'est ce qu'ils veulent, nous allons nous taire et attendre gentillement comme des toutous le projet final. Je n'ai plus l'envie de me battre sur tous les fronts car j'en ai assez d'être méprisé alors que je crois avoir lancé suffisamment de perches pour participer avec bienveillance à ce projet.

Personnellement, j'ai donc décidé de céder parce que j'ai une vie de famille (et que la vie c'est pas cela, ces concours de mesquineries) et que j'en ai marre de ces manières de faire de la politique. Je ne mêle plus de cette question de fusion des communes (dont d'ailleurs personne ne veut que je me mêle... sauf peut-être mes électeurs). J'attendrai la fin quand tout sera décidé et je dirai oui ou non.

Comme çà ils seront contents. L'emmerdeur ferme sa gueule.

2 commentaires:

  1. Il est vrai que ce ne sont pas les occasions de réagir qui manquent, mais des relais existent:
    Merci de diffuser largement

    Réunion publique mercredi 2 mars à 20h : l’ Association « Avec Vous Vivre Meythet » s’oppose à une fusion des six communes « décidée dans la précipitation »

    Pour en savoir plus:
    : http://www.librinfo74.fr/2016/02/reunion-publique-mercredi-2-mars-a-20h-l-association-avec-vous-vivre-meythet-soppose-a-une-fusion-des-six-communes-decidee-dans-la-precipitation/

    RépondreSupprimer
  2. De nouvelles occasions pour les citoyens de s'approprier le projet de commune nouvelle, à partir du 15 mars 2016:
    http://www.ville-crangevrier.fr/Actualites/La-commune-nouvelle.-Pensons-la-ensemble

    RépondreSupprimer