samedi 30 janvier 2016

Monter son entreprise en France...

Afficher l'image d'origine

Depuis plusieurs mois maintenant, je travaille sur un projet de création d'entreprise. Forcément, c'est une idée un peu décalée, mais n'est-ce pas l'objectif que de créer de nouveaux marchés pour un créateur d'entreprises ?

Lorsque vous avez une idée, et quelques notions d'économie et de gestion, il faut d'abord commencer par mettre cela au propre (un bel outil est présent sur le site de l'agence pour la création d'entreprise qui permet de faire une petite étude de marché, d'évaluer les besoins en financements, le chiffre d'affaire prévisionnel, les charges, etc...). C'est ce que j'ai fait.

Tout fier de mon travail, je m'en vais donc prendre rdv avec une banque pour en discuter... Je vous passe tout le temps perdu à se renseigner sur les réglementations en vigueur (mon projet étant à la frontière entre agriculture et commerce : CCI ou maison de l'agriculture ? Pas de diplôme agricole donc procédure longue pour acquérir du terrain...). Bref vous naviguez à vue, par tâtonnements.
Je vais donc voir la banque qui regarde gentiment mon dossier mais me dit qu'il faut que je passe d'abord par une étude faite par un cabinet comptable professionnel (qui va refaire en gros ce que je viens de faire et que j'ai enseigné pendant 10 ans à l'université...).

Je cherche donc LE bon cabinet qui me prend un bras pour faire cette étude. J'en profite pour me faire couper le second bras auprès un cabinet de juristes pour la rédaction des statuts de la future entreprise.

Avec cela sous le bras, je retourne voir les banques... qui veulent bien réfléchir à mon projet (bien entendu l'étude comptable conclue à la rentabilité et viabilité du projet) mais il faudra : une hypothèque, une assurance, potentiellement un nantissement de parts, éventuellement une hypothèque sur mon appartement et si besoin une caution des parents... En plus d'un cautionnement BPI. Mais l'idéal pour eux serait que je passe par les plateformes d'Initiatives économiques afin qu'elles valident avec moi le projet (Je croyais que c'était le boulot des banques de faire çà moi !!!???).

Je vais donc m'employer à déposer un dossier pour prêt d'honneur (ce qui devrait bien me prendre encore 1 mois) afin que les banques soient rassurées, avant de retourner les voir et d'apprendre certainement qu'il faut encore que je fournisse d'autres pièces...

Avec l'apport financier que j'amène, j'imagine ce que doivent subir les créateurs d'entreprises qui n'ont pas beaucoup d'économies de côté...

Ce que j'en retire pour l'instant : 1) en France, tout est fait pour dissuader de la création d’entreprises. C'est tellement compliqué (j'allais dire pour quelqu'un qui est un peu dans la partie comme moi) que j'imagine ce que çà doit être pour quelqu'un qui n'y connait rien... Je rêve d'un guichet unique pour accueillir les créateurs d'entreprises et les accompagner. 2) Il faut avoir un petit pactole de côté pour enrichir les comptables et autres juristes AVANT de commencer à rêver à votre potentielle future vie. 3) Les banques ne jouent plus le jeu et se défaussent de toute prise de risque: elles demandent des cautions qui couvrent mille fois les montants empruntés mais en plus elles font faire leur boulot d'analyse par d'autres (experts-comptables, plateforme d'Initiatives économiques...).

Nous sommes en France dans une économie de rente, de prise de risque minimale. Pour financer un appartement ou une maison, peu de problèmes. Mais dès qu'il s'agit de prendre un risque mini mini mini, pour créer une entreprise, plus personne... On nous pousse dans la précarité des auto-entreprises, dans le renoncement. Je ne suis pas surpris avec cela de voir le chômage continuer à augmenter. 

Je ne suis pas pour une société du "tous entrepreneurs". Mais je rêve d'une société où l'on accompagne ceux qui veulent entreprendre. Et où les banques (qu'on a sauvé à coups de milliards d'euros) fassent leur boulot non pas de philanthropes mais de financement de l'économie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire