mercredi 13 janvier 2016

Centre des congrès : Argument "Expression de la population" pour l'enquête publique

Afficher l'image d'origine
Argument n°5 à retrouver en fichiers word et pdf ici (cliquez sur les liens) pour les imprimer si besoin (ou les modifier).

ARGUMENT n°5 : UNE SUPPOSEE APPROBATION DE LA POPULATION NON DETAILLEE

Denis Duperthuy 
conseiller municipal et communautaire d'Annecy
résidant sur la commune d'ANNECY

à M. le commissaire enquêteur en charge de l'enquête publique concernant le projet de CESC
tel que désigné suite à l'arrêté préfectoral n°PREF/DRCL/BAFU/2015-0046

à Annecy le 13/01/2016

Monsieur le commissaire enquêteur,

Par la présente, je viens vous faire part d'un certain nombres d'éléments, à mes yeux défavorables, concernant le dossier d'utilité publique qui est porté aujourd'hui à la connaissance du public. Les points suivants méritent votre attention et me semblent de nature à remettre en cause l'utilité publique du projet de construction d'un nouveau centre d'expositions, de séminaires et de congrès sur la presqu'île d'Albigny. Je souhaite qu'ils soient consignés comme ma contribution à l'enquête publique.

5- Une supposée approbation du public qui n'est pas détaillée

Aux pages 27 puis 120 de la pièce E ainsi qu'en page 34 de la pièce F? il est dit qu'une enquête d'opinion a été réalisée auprès de la population en avril 2012. Or, ni la taille de l'échantillon, ni la méthode de consultation ne sont détaillées sur ces documents. Seuls apparaissent des pourcentages, plutôt flatteurs pour le projet sans que l'on puisse savoir combien de personnes cela représente. 
Pour ma part, la seule chose que je sais avérée, ce sont les milliers de pétitions signées et déposées à l'agglomération par des habitants de l'agglomération contre ce projet. Le processus de concertation a lui aussi été bâclé, verrouillé et ne peut constituer une onction à ce projet.

En effet, les réunions publiques qui ont été tenues l'ont été sous pression et demande express des opposants au projet. Ces réunions étaient totalement formelles et n'ont pas permis une réelle écoute des inquiétudes. De la même façon, les élus ont été systématiquement mis devant le fait accompli puisque le sujet n'a été abordé formellement que deux fois (avec vote) : la première en 2010 pour lancer l'Avant-projet Simplifié et la seconde en 2014 pour valider l'Avant-projet définitif. Entre temps, ce dossier est resté totalement opaque et concentré dans les mains du président et du premier vice-président de l'agglomération sans transparence, ni écoute de la population et des élus. 

Je regrette la manière très oligarchique avec laquelle ce sujet a été traité. En effet, il aurait semblé plus légitime (pour un dossier qui n'avait pas été prévu sur la presqu'île dans les documents de campagne de 2008 du maire d'Annecy notamment) d'associer plus étroitement la population qui n'avait pas pu se prononcer sur ce choix au moment des élections. Cette vision de la démocratie ne peut être évincée pour comprendre l'état d'esprit de la population.

Il semble un peu péremptoire de déduire d'une enquête aussi peu fiable que la population est favorable au centre des congrès et que l'utilité publique de ce nouvel équipement soit avérée. 

4 commentaires:

  1. Excellent...est-ce que la "mission" du commissaire
    enquêteur inclue cette partie "information/communication? Aura-t-il le courage d'aborder ces aspects très "politiques" ...même s'ils sont déterminants dans la "conduite" du projet et dans les "méthodes" de participation et d'adhésion, qui devraient être "la règle" pour des dossiers de cette importance.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent. Ma question : est-ce que ce type de doléances fait partie de la "mission" du commissaire enquêteur.
    Aura-t-il les "moyens" de les inclure dans son rapport?
    Certes elles sont déterminante dans la "conduite" du projet et révélatrices de l'absence de "participation et
    d'adhésion" pourtant requises dans des projets d'une telle importance....avec des "risques" financiers très élevés.

    RépondreSupprimer
  3. d'autant que le projet sousmis à la population en 2012 n'était SURTOUT PAS LE MEME plus petit/plus d'espaces verts et surtout beaucoup moins coûteux = tromperie
    pour l'exposition de la maquette faite dans les communes en 2015, il aurait été DEMOCRATIQUE : que la C2A fasse une synthèse objective des remarques que nous habitants avons pu consigner dans les cahiers mis a disposition et aussi statistiques : nombre de commentaires reçus/ Combien de pour /contre et de convier lors d'une séance publique la population, les élus et aussi les collectifs et associations: d'ailleurs que sont devenus ses cahiers ? ont-ils été transmis au commissaire enquêteur, ou ont ils servis de leurre pour amadouer la population et finir dans un feu?

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas de problème pour faire figurer ces arguments dans une déposition.
    En effet le dossier fait état d'une concertation, elle est bidon, il faut le dire.Tout ce qui peut démontrer la mauvaise fois et/ou l'inexactitude du dossier permet de conclure de la façon suivante "tous les avis favorables qui viennent de particuliers ou de personnes publiques résultent d'une présentation tendancieuse.
    En outre le dossier doit comporter tout ce qui est nécessaire à une bonne appréciation de l'utilité publique.

    RépondreSupprimer