jeudi 14 janvier 2016

Centre des congrès : Argument "Absence d'étude de besoins et perspectives globales" pour l'enquête publique

Afficher l'image d'origine

Argument n°6 à retrouver en fichiers word et pdf ici (cliquez sur les liens) pour les imprimer si besoin (ou les modifier).

ARGUMENT n°6 : L'ABSENCE D’ÉTUDE DE BESOINS ET 
DE STRATÉGIE GLOBALE POUR LE TOURISME D'AFFAIRES

Denis Duperthuy 
conseiller municipal et communautaire d'Annecy
résidant sur la commune d'ANNECY

à M. le commissaire enquêteur en charge de l'enquête publique concernant le projet de CESC
tel que désigné suite à l'arrêté préfectoral n°PREF/DRCL/BAFU/2015-0046

à Annecy le 14/01/2016

Monsieur le commissaire enquêteur,

Par la présente, je viens vous faire part d'un certain nombres d'éléments, à mes yeux défavorables, concernant le dossier d'utilité publique qui est porté aujourd'hui à la connaissance du public. Les points suivants méritent votre attention et me semblent de nature à remettre en cause l'utilité publique du projet de construction d'un nouveau centre d'expositions, de séminaires et de congrès sur la presqu'île d'Albigny. Je souhaite qu'ils soient consignés comme ma contribution à l'enquête publique.

6- L'absence d'étude de besoins et de stratégie globale pour le tourisme d'affaires

Ce dossier de DUP ne fait apparaître aucune étude préalable de besoins. Si la pièce F fait bien ressortir les objectifs et l'historique du projet, nulle part n'est abordé la question du besoin. Pourquoi a-t-on besoin d'un nouveau centre des congrès ? Que manquait-il à l'actuel centre des congrès de l'Impérial ? Quel est l'impact principal attendu notamment sur les commerces locaux et l'hôtellerie ? Comment cet équipement s'insère-t-il dans une stratégie plus globale concernant le "tourisme d'affaires" ? Quel est l'intérêt pour les commerces du centre-ville d'Annecy d'avoir un complexe de tourisme d'affaires situé à plusieurs centaines de mètres de leurs activités ? Comment, dès lors, créer un véritable "effet d'entrainement" sur l'économie locale, sans tomber dans le piège d'un complexe sur la presqu'île renfermé sur lui-même autour de l'Impérial Palace et des centres des congrès ? Toutes ces questions restent sans réponses alors que ce nouvel équipement est "vendu" comme une locomotive économique, porteuse d'emplois indirects et induits.

Page 109 de la pièce E, il est simplement dit que l'offre actuelle d'espaces de congrès n'est pas suffisante et adaptée pour répondre à la demande. Mais cette affirmation n'est pas étayée (contrairement à la liste visible dans le diaporama du cabinet Kanopée pièce F qui référence des congrès refusés de 2003 à 2006 soit un relevé datant de plus de 10 ans...) et laisse penser qu'elle ne repose pas sur une étude détaillée du besoin.

Sans cette étude de besoins, le projet de centre des congrès ne repose sur rien d'autre que sur une volonté politique de laisser une trace en réalisant un équipement dont l'utilité n'est pas démontrée. Aucune stratégie globale n'est développée par les promoteurs qui se contentent de penser qu'un nouvel équipement sera suffisant pour redynamiser un secteur , celui du "tourisme d'affaires", tout entier. Aucune étude sur l'évolution de ce secteur, et notamment l'impact  des nouvelles technologies sur la "virtualisation" des congrès, n'est menée.  

Je conteste que le choix de construire un nouveau centre des congrès soit le choix le plus pertinent pour dynamiser le tourisme d'affaire localement, que la construction d'un simple équipement sans réflexion globale sur toute une filière soit le meilleur moyen de créer des emplois, et donc l'utilité pour le public de ce projet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire