mardi 15 décembre 2015

Capucins : intervention en conseil municipal


Claire Lepan est intervenue au nom du groupe pour exprimer notre point de vue sur la vente du clos des Capucins à un promoteur immobilier. Vous connaissez notre attachement à ce lieu et à la préservation du parc et son ouverture au public depuis des années. Hier soir, le Maire est resté autiste aux 936 premières signatures que notre pétition a déjà recueillie (elle reste d'ailleurs en ligne et je vous invite à continuer à la faire signer).

Englué dans ses contradictions, énervé et visiblement fébrile prouvant ainsi son inconfort sur ce dossier, le maire est resté droit dans ses bottes. Même le FN a dû venir à sa rescousse en expliquant finalement le fond du positionnement grotesque de la majorité sur ce dossier : oui à un parc public au couvent des soeurs de St Joseph en plein coeur de ville parce qu'il sert de vitrine aux touristes, mais non à un parc aux capucins qui ne sera pas "suffisamment fréquenté par ces mêmes touristes et ne servira qu'aux riverains". 

Voir le Maire et le FN sur la même longueur d'onde et finalement sur la même vision de l'urbanisme a de quoi surprendre mais c'est malheureusement la réalité. Ils veulent tous deux transformer Annecy en carte postale pour touristes et ils oublient les Annéciens. Pour M. Noël (FN) c'est assez choquant quand on sait qu'il habite une villa au milieu ds champs à Montagny que d'expliquer que les riverains des Capucins n'ont pas besoin de verdure. Mais au fond, c'est assez logique, il ne cotoie que très peu les Annéciens et est peu au fait de leurs besoins. Lui, il a choisi Annecy pour y faire carrière avec une étiquette porteuse.

Chacun sa vision de la politique. Je regrette simplement que ce genre de comportement puisse recueillir des voix parmi les Annéciens...

Au final, la vente a été votée par le groupe majoritaire soutenu par le FN ; et rejetée par notre groupe (6 voix) et le groupe DVD Bexon (essentiellement sur des questions architecturales du projet, pas sur le maintien du parc). Le combat n'est pas fini, il ne fait que commencer. Nous aurons l'occasion très prochainement de nous mobiliser de nouveau pour sauver ce lieu magnifique du béton et du pognon.

Voici l'intervention que Claire a lu hier au soir :


Monsieur le Maire, chers collègues,

Je vais voter contre cette délibération qui a pour finalité la construction d’un projet immobilier en lieu et place du parc des Capucins, sa bétonisation donc.

Oui, les annéciens ont besoin de logements mais ils ont aussi besoin, dans les zones déjà fortement densifiées, ce qui est le cas du quartier Courier et de l’avenue de Cran, d’espaces de respiration pour le bien vivre ensemble mais aussi de chacun.

Un urbanisme à taille humaine doit préserver les espaces verts.

Un urbanisme soucieux de la qualité de l’air doit éviter les fortes concentrations d’habitations et préserver les espaces verts dans les villes. Ceux sont là les principes urbanistiques portés par Air Rhône-Alpes, Observatoire agréé par le Ministère de l’Ecologie du Développement durable et de l’Energie pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air en Rhône-Alpes. La qualité de l’air de notre ville étant très régulièrement médiocre voire mauvaise, nous devrions donc, il me semble faire de ces principes les nôtres.

Le parc des Capucins est le dernier espace naturel de la ville. Il est situé entre une usine et la rocade. Monsieur le Maire, vous qui dites avoir à cœur de traiter de manière uniforme tous les quartiers de la ville, tous ses habitants, je vous invite à préserver le parc des Capucins et à l’ouvrir au public comme vous le ferez pour le parc des Sœurs Saint Joseph situé lui en vielle ville à quelques mètres du Paquier, des Jardins de l’Europe et de la Mairie et ce avec le même enthousiasme.

Monsieur le Maire, chers collègues,
Je vais voter contre cette délibération avec le soutien des 936 signataires de la pétition « Sauvons le parc des Capucins », pétition lancée il y a dix jours, jour pour jour.

Ces 936 remiers signataires se souviennent de vos promesses lors du rachat par la ville du couvent, de la chapelle et du parc des Capucins, rachat intervenant sous la pression populaire pour sauver cet espace d’un premier projet immobilier. Vous vous étiez engagé alors à préserver le parc et à l’ouvrir au public. Il n’était pas question d’une simple déambulation !

Ces 936 signataires se trouvent aujourd’hui trahis : ils pensaient avoir mis cet espace sous votre protection, l’avoir protégé de la spéculation immobilière. Ils pensaient offrir aux générations futures un espace de verdure, un horizon au milieu du béton !

Ces 936 signataires vous appelle à stopper votre projet immobilier !

Monsieur le Maire, cher collègues,

Je vous invite à prendre le temps de la réflexion dans votre démarche : souhaitez-vous être complices du saccage d’un bien de tous les Annéciens ? Souhaitez vous hypothéquer le bien vivre des habitants actuels et des générations futures ?

Moi, non.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire