mercredi 30 septembre 2015

Oui au tourisme d'affaire, non au choix de la presqu'ïle

S'il est une chose que j'ai apprise en politique, c'est qu'il faut sans cesse redire ce que l'on défend et ce pour quoi on se bat. En effet, entre d'un côté mes adversaires politiques qui font de la désinformation systématique et qui caricature mes positionnements ; et d'un autre côté la mobilité de la population annécienne (près de 10 000 annéciens déménagent chaque année), il faut sans arrêt rappeler nos positionnements, surtout quand ils sont un peu plus compliqués que seulement oui ou non.

C'est que les problématiques auxquelles nous avons à faire face ne sont pas toujours simples (sans compter que l'accès à l'information est rarement facilité par la majorité).

Résultat de recherche d'images pour "tourisme d'affaire"

Pour redire mon positionnement sur le centre des congrès et sur le tourisme d'affaire : Je ne suis pas contre le tourisme d'affaire, bien au contraire. C'est clair. Je sais que le tourisme d'affaire est une partie importante de notre activité touristique et qu'il faut la soutenir. Mais contrairement à d'autres, je n'en fais pas l'alpha et l'omega de la politique touristique de l'agglo. Dit autrement, je ne suis pas pour qu'on mette 54 M€ pour le seul tourisme d'affaire, nous enlevant ainsi toute possibilité d'action en direction des autres types de tourisme (social, patrimonial, local, familial...).

C'est aussi pourquoi, personnellement, je suis attaché à ce qu'Annecy conserve un centre des congrès, outil indispensable pour maintenir ce tourisme d'affaire. C'est une manne financière pour notre ville (plus de 40 millions d'euros par an) sur laquelle je refuse de "cracher" car elle procure aussi du travail à nos hôteliers et restaurateurs.

Mais pour que l'outil "centre des congrès" soit la locomotive qui tire "à pleine puissance" l'économie locale, il faut jouer les complémentarités avec le tissu commerçant existant. C'est pourquoi l'idée d'implanter un nouveau centre des congrès si loin du centre-ville d'Annecy est une erreur.

Pour finir, je ne suis pas sans connaitre les difficultés financières du centre des congrès de l'Impérial actuel. Il coûte en effet plus de 500 000 euros aux habitants de l'agglo par an. Je ne me satisfait pas non plus de cette situation. Et je mets en garde ceux qui demandent que rien ne change, qu'aucun nouvel équipement ne soit construit pour le tourisme d'affaire en arguant que c'est un secteur en déclin : le statut quo n'est pas souhaitable car il coûte trop cher au contribuable. Oui, sur ce point, nous avons une divergence profonde avec nos alliés écologistes, mais je l'assume.

Il n'y a donc pas d'un côté ceux qui veulent construire un nouveau centre des congrès à Albigny et qui sont pour le tourisme d'affaire et d'un autre côté ceux qui sont contre ce projet parce qu'ils sont contre le tourisme d'affaire. Je ne rentre pas dans ces cases, dans ces caricatures.

Je suis pour le tourisme d'affaire et ses retombées économiques indispensables à notre bassin de vie. Et c'est pour cela que je crois depuis toujours qu'il faut trouver une solution pour adapter notre offre en matière d'espace de congrès. Mais une solution concertée et respectueuse de nos finances et de notre lac. Je ne me satisfais pas de la situation actuelle qui coûte chère au contribuable.

Mais je m'oppose avec force et détermination au projet de nouveau centre des congrès porté par MM. Rigaut et Accoyer car il coûte trop cher par rapport aux capacités d'investissement de l'agglomération et parce que mettre tous ses œufs dans le même panier est une politique irresponsable (et que ce coût est largement lié au choix de l'emplacement en bord de lac). Je m'y oppose car toutes les études montrent qu'il ne répond déjà plus aux exigences des entreprises et des congrès tels qu'ils sont organisés en 2015 et que dès lors il coûtera très cher en fonctionnement. Je m'y oppose car il est situé trop loin du centre-ville d'Annecy et de ses commerces (peu d'effet d'entrainement sur les chiffres d'affaires et les emplois). Et je m'y oppose enfin car il est contraire à la loi littoral et laisse penser que le tourisme (y compris d'affaire) se fait contre les habitants en saccageant leur lac.

Je dis qu'on ne peut pas se payer le luxe de ne rien faire sur cette question du tourisme d'affaire qui est un des moteurs de notre dynamisme économique local et qui pour l'instant nous coûte cher, et souffre d'un outil inadapté. Je regrette que, par le choix d'un site totalement inapproprié, l'agglomération bloque toute évolution favorable à ce secteur. 

Voila ma position. Elle n'a pas varié depuis 5 ans. Je sais qu'elle ne convient ni à MM. Accoyer et Rigaut, ni aux adversaires du tourisme d'affaire. Mais je ne suis pas là pour plaire aux uns ou aux autres. J'essaie de penser l’intérêt général, dans des positionnements plus complexe que simplement oui ou non.

2 commentaires:

  1. Je suis tout à fait en ligne avec toi sur ce sujet
    oui à un investissement raisonnable et supportable pour les finances publiques pour soutenir le tourisme d'affaires et réception des évènements sportifs sur notre bassin Non un projet pharaonique, non finançable (au détriment d'investissements cruciaux pour la qualité de vie des habitants et visiteurs ex achat de foncier pour le logement social et d'accession,le transport en commun ) et qui fait fi de la loi littoral

    RépondreSupprimer
  2. Merci de rappeler votre position face à ce monstrueux projet et les dérives financières qui en découleraient si malheureusement il venait à voir le jour.
    Il serait intéressant de connaître les raisons du déficit de 500 000 € de l'Impérial Palace.

    RépondreSupprimer