mercredi 16 septembre 2015

Fusion de communes : à Annecy, concertation zéro

Lundi soir au conseil municipal, le maire nous ressert son projet de fusion des 13 communes de l'agglomération pour ne former qu'une seule commune nouvelle.

Je me suis déjà exprimé ici, et à la tribune du conseil d'agglomération, pour dire ce que je pense de ce projet mal ficelé et mort-né. Inutile donc de redire que la méthode d'élaboration a été déplorable, que ce projet ne repose que sur des aspects financiers de petits boutiquiers, et qu'il ne comporte aucun projet d'avenir clairement discuté (au point où on entend tout et son contraire, M. Accoyer demandant la privatisation des services publics d'Annecy... de quoi je me mêle et Rigaut, qui ne répond pas, continue de promettre à peu prêt le contraire...). Le projet Annecy 2030 (que je n'ai pas voté !) ne peut être un projet d'avenir suffisant.

Non, ce qui me frappe, c'est l'absence totale de concertation avec la population annécienne sur ce projet (comme sur tous les autres). Alors que toutes les autres communes urbaines de l'agglo (Annecy-le-Vieux, Seynod, Cran-Gevrier, Meythet) et beaucoup d'autres communes (Epagny, Metz-Tessy et j'en oublie surement) ont toutes organisé au moins une réunion publique sur ce thème, à Annecy : RIEN !
Pas une réunion publique ! Aucune concertation !

Oui, Annecy se distingue des autres communes de l'agglo par la suffisance  de ses élus majoritaires qui ne trouvent pas nécessaire d'associer la population (au moins un minimum) à ce genre de décision (qui ne figurait dans aucun programme électoral donc qui n'a aucune légitimité démocratique). Même M. Accoyer a fait semblant ! C'est dire...


Mais au château (la mairie d'Annecy) Sa Majesté Rigaut gouverne par la grâce de Dieu dans un règne de quasi-droit divin. C'est au bon vouloir du prince... qui sait que ses conseillers municipaux majoritaires, comme des moutons, voteront sans broncher n'importe quoi, pourvu que le chef ait parlé. Les désirs du roi sont des ordres...

On aurait pu imaginer aussi que le maire, ayant vu le vote de ses oppositions au conseil d'agglomération (FN, Claire et moi : contre, Bexon : abstention), cherche à discuter avant le vote du conseil municipal. Qu'il essaie de trouver un consensus, qu'il cherche à nous convaincre, à discuter, à comprendre nos oppositions pour les faire évoluer... Bref qu'il cherche à agir en maire voulant créer un vaste consensus sur un sujet aussi important pour l'avenir de notre ville.

J'ai donc attendu tout l'été (près de 3 mois) un hypothétique coup de téléphone pour fixer un rendez-vous et parler de tout cela en adultes responsables... et bien j'attends toujours ! M. Rigaut, avec sa majorité au conseil municipal qui représente 45% des électeurs, n'a que faire de ses oppositions (qui représentent 55% des électeurs). Il continuera à agir selon son bon plaisir, dans un enfermement total, depuis son château, sa tour d'ivoire.

Le résultat du vote de lundi soir ne fait aucun doute. La majorité dira OUI à la fusion à 13. Mais qu'est-ce que ce vote aura de véritablement démocratique, et de légitime ? A chacun de répondre.

1 commentaire:

  1. Au 1er janvier 2015 en France, on comptait plus de 36 658 communes pour une superficie de 675 000 km2 et 65 millions d'habitants.

    Alors qu’en Espagne il y en a 8 117 pour une superficie de 505 911 km2 et 47 millions d'habitants. ; en Italie il y en a 8 048 pour une superficie de 301 336 km2 et 61 millions d'habitants ; en Allemagne il y en a 12 226 pour une superficie de 357 340 km2 et 81 millions d'habitants.

    Voilà où se trouve la majeure partie du mille feuilles administratif. Ceci rend presque impératif et urgent la fusion des communes françaises.

    RépondreSupprimer