vendredi 4 septembre 2015

Etre humain...



Il s'appelait Aylan Kurdi, il avait 3 ans. Il est mort, comme des milliers d'autres, pour avoir fui la guerre et la terreur. Il cherchait simplement un asile, un lieu pour pouvoir vivre et grandir.

Ils sont syriens, irakiens ou afghans, parfois libyens. Ils viennent de pays dévastés par la guerre et le fanatisme religieux. Ils viennent de pays où l'Europe ne peut pas dire qu'elle n'est pas (un peu) responsable de la situation.

Entre 1933 et 1945, des centaines de milliers d'allemands, autrichiens, polonais, tchèques... ont fui l'Europe nazie, parce qu'ils étaient juifs, tziganes, homosexuels, communistes, ou tout autre chose que les nazis n'aimaient pas. En relisant ce document, on a presque l'impression que l'Histoire bégaye...

http://www.ushmm.org/wlc/fr/article.php?ModuleId=216

N'a-t-on pas entendu, il y a de cela quelques mois, notre Premier Ministre parler de Daesh (l'état islamique) en employant les mots d' islamo-fascisme? Je ne rentrerai pas dans la question de savoir si c'est le bon mot. Mais s'il est ce que pense le Premier Ministre, celui-ci devrait donc en tirer les conséquences. Comme l'Angleterre et les USA de 1935, nous devons aujourd'hui accueillir ces réfugiés qui fuient la guerre (entre armée régulière qui utilise des gaz mortels et Daesh) et la barbarie d'un groupe terroriste qui sème le chaos partout où il est : assassinant tous ceux qui ne sont pas de leur "secte", vendant les filles comme du vulgaire bétail, exécutant les homosexuels, violant des fillettes, terrorisant des populations entières.

L'Europe doit ouvrir ses portes. C'est un devoir moral, dont chacun aura à répondre avec sa conscience. Cet exil n'est pas un choix pour ces personnes, c'est une obligation. La vie (peut-être s'ils arrivent à traverser) ou la mort. A leur place, nous ferions tous la même chose. 

Plusieurs initiatives ont été lancées depuis hier. J'ai notamment signé cet appel, que je soutiens, d'une sénatrice UDI pour la mobilisation des communes de France.

Pétition (cliquez pour ouvrir)

Je note aussi l'appel du PS et de la FNESR (Fédération nationale des élus socialistes et républicains) pour la création d'un réseau de "villes solidaires". J'espère qu'à la C2A nous pourrons nous inscrire dans cette dynamique.

Face à cette tragédie (dont je rappelle que nous ne sommes pas sans responsabilité...) il y aura toujours ceux qui trouveront de "bons" arguments pour tourner la tête et tout amalgamer. Chômage, immigration, musulmans, terroriste, syriens,... toutes ces conneries (car rien n'a jamais prouvé ces liens) ne pèsent pourtant pas bien lourd face à une photo, à une réalité celle d'un enfant de 3 ans mort pour avoir essayer de vivre son rêve. 

Soyons fiers que ces réfugiés choisissent l'Europe comme terre d'asile. Oui ils ne vont pas en Arabie Saoudite, au Qatar ou ailleurs parce qu'ils fuient l'oppression, la liberté et cherchent une vie meilleure. Ceci devrait nous remplir de fierté et devrait donner à réfléchir aux déclinistes de tous bords. Après la seconde guerre mondiale, les immigrés juifs européens ont largement participé à faire des Etats-Unis la grande nation économique que nous connaissons. L’Histoire nous a déjà montré que l'immigration est plus génératrice de prospérité que d'appauvrissement. D'ailleurs, en Haute Savoie où nous accueillons chaque année 10 000 personnes de plus (+1.5%) nous savons ce que cette immigration apporte à notre dynamisme économique.

J'aime mon pays, parce que parfois, par le passé il a su être digne de son titre de "pays des droits de l'Homme". J'aime mon pays parce qu'il est mélangé, parce qu'il est multiculturel, riche d'une culture toujours vivante à laquelle participe des Femmes et des Hommes venus des quatre coins du monde. J'aime mon pays quand il se lève pour dire "Je suis Charlie".

"Je suis Aylan". Soyons des femmes et des hommes libres, tendant la main à ces exilés fuyant la barbarie et la mort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire