samedi 26 septembre 2015

Construire des logements sur quels terrains ?

Le SCOT (schéma de Cohérence Territorial, sorte de "super-PLU") du bassin annécien a fixé des objectifs clairs et chiffrés en terme de construction de logements pour les 20 prochaines années, afin de répondre à l'augmentation de la population.

Ce sont ainsi 30 450 logements nouveaux qu'il faudra construire pour accueillir plus de 40 000 personnes nouvelles sur le périmètre des communautés de communes : C2A, Fillière, Cruseilles, Fier et Usses, Rive Gauche, Tournette, Faverges. Les chiffres sont même détaillés intercommunalité par intercommunalité.



Pour la C2A ce sont donc 20 800 logements (plus des 2/3 du total) qu'il faudra construire, dans une logique de concentration dans les cœurs urbains (mais avec des espaces verts de respiration !!!) pour éviter l'étalement urbain.

Ces objectifs sont clairs, nets et connus de tous les élus. Ils ont été approuvés par la C2A. On pouvait donc s'attendre à ce que le Programme Local de l'Habitat (PLH) de l'agglomération, qui est actuellement en discussion et qui s'étalera de 2015 à 2020, prenne des mesures pour mettre en ouvre ces constructions. Pour construire, il faut posséder du foncier.

Or, l'action n°5 du PLH appelée "politique foncière" prévoit une enveloppe annuelle pour acheter des terrains de... 800 000 euros/an ! Avec cette somme tous les experts s'accordent à dire (au prix du foncier sur l'agglo) que cela permettra d'acheter environ 5 000 m² de terrain par an, 0.5 hectare !

C'est évidemment très insuffisant pour remplir nos engagements inscrits au SCOT. C'est pourquoi, avec Claire Lepan, nous avons pris la parole à la fois en conseil d'agglomération et en conseil municipal pour rappeler qu'il fallait faire plus pour la construction de logements (sociaux et à prix abordables). Il faut mettre des moyens financiers en adéquation avec les engagements que nous avons pris en signant le SCOT.

Le logement est la préoccupation n°1 des habitants de l'agglo. Son prix devient fou. Beaucoup ne peuvent plus se loger. Plus de 5000 personnes sont inscrites sur les listes d'attente du logement social. Des centaines d'autres, logées dans le parc privé, sont étouffées part leurs loyers. Il faut vraiment agir ! C'est la priorité absolue. Au passage, on trouve bien plus de 10 millions d'euros (l'équivalent de 13 années, plus de 2 mandats, d'achats de terrains pour la construction de logements) pour acheter des terrains en bord de lac pour y construire un nouveau centre des congrès. Si on les utilisait plutôt à répondre aux vrais attentes des habitants : à acheter des terrains pour construire des logements, plutôt que de s'entêter à construire ce nouveau centre des congrès sur un terrain hors de prix ?

Les pistes de réflexion sont, pour moi, les suivantes si l'on veut trouver le foncier nécessaire à la réalisation de nos objectifs inscrits au SCOT (elles peuvent s'additionner):
- renoncer à mettre des millions dans l'achat des terrains de la presqu'île et réorienter cet argent vers l'acquisition foncière en vue de la construction de logements.
- adhérer rapidement à l'EPF74 (Etablissement Public Foncier) dont le rôle est d'acheter des terrains pour le compte des communes (en contre-partie d'un financement via une hausse de la taxe d'habitation d'environ 4 €/an/logement)
- libérer les réserves foncières disponibles pour construire du logement. Je pense en particulier aux terrains de l'aéroport de Meythet, situés en plein cœur d'agglomération et qui ne sert plus aujourd'hui que comme "déversoir" des avions privés de l'aéroport de Genève ou pour quelques activités amateurs. Il faut arrêter cet aéroport (largement subventionné sur fonds publics) et libérer ces terrains pour construire nos logements, utiles pour tous les habitants.

La situation est insoluble si nous ne prenons pas des décisions fortes. Il s'agit de tenir parole et d'honorer notre signature du SCOT. Ce SCOT qui propose une réponse face à la crise du logement.

J'attends des responsables de l'agglomération qu'ils agissent enfin pour tracer une voie de sortie face à la crise du logement que nous connaissons, qu'ils fassent des choix.

3 commentaires:

  1. Félicitation pour votre prise de position sur l'aéroport de Meythet. Vous êtes un homme courageux, qui parle clair et nette, sans ce soucier de se faire des ennemies.

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que les Orientations d'Aménagements Programmés vont suivre le SCOT et tacher de faire en sorte qu'il n'y a pas encore plus de spéculation immobilière sur le bassin. Tu as tout à fait raison de dire que l'agglo a besoin d'adhérer à EPFL. Bon courage.

    RépondreSupprimer
  3. Pour résoudre le problème du logement, la solution existe, les Allemands l'on fait avec succès : supprimer les offices HLM (en France plus de 1000 avec les conflits d'intérêts avec les foncières et financières logement) et vendre au moins les 2/3 des logements pour responsabiliser les occupants. Les HLM sont les ennemis du logement autant que Pôle emploi du marché du travail. Je pense savoir de quoi je parle, pendant 40 ans j'ai visité des entreprises du bâtiment et des "administrations" pour vendre du bois et des matériaux, j'étais au fait de l'apprentissage, de l'emploi et du logement

    RépondreSupprimer