samedi 22 août 2015

Une édition 2015 sans moi

Annecy Classic Festival ouvrira ses portes lundi. Comme chaque année, l'organisation m'a aimablement envoyé une invitation pour assister à cette édition 2015. Je les en remercie. Malheureusement, cette année, je décline cette invitation et ne participerai pas à ce moment de musique. C'est la première fois, depuis 2008 (et le feu Annecy Festival Estival) que je ne serai pas présent. Je ne crois pas que d'autres élus puissent en dire autant en terme d'assiduité (en 2008, alors que le Festival Estival était en déclin nous étions 2 élus présents pour soutenir la présence de musique classique à Annecy). Oui, j'ai pratiqué pendant plus de 15 ans un instrument de musique en orchestre, notamment du classique que j'aime énormément.

Comme je l'ai expliqué dans mon billet du 31 juillet dernier (lire ici), je m'oppose à la façon dont l'organisation de ce festival a exigé et obtenu le doublement de sa subvention cette année, sans discussion préalable. L'augmentation de 50 000 euros pour permettre à ce festival de se "délocaliser" de l'église Sainte Bernadette à Bonlieu ne passe pas.

D'abord, je n'apprécie jamais beaucoup les injonctions, les exigences et à mots couverts les chantages. 

M'entendre dire que si les collectivités locales (et en particulier la ville) ne mettent pas plus d'argent dans le festival, celui-ci pourrait décider de partir... ne m'a jamais beaucoup aidé à écouter avec une oreille bienveillante. Si certains pensent que l'herbe est plus belle ailleurs, libre à eux d'aller essayer ! C'est déjà le même discours que j'avais tenu face aux exigences de l'ancien président de l'ETG qui voulait faire payer une partie de son nouveau stade par les contribuables... Je ne change (peut-être malheureusement !) pas.

Annecy, la ville, n'est pas un tiroir-caisse que l'on ponctionne à l'envie. Surtout quand c'est une organisation qui a réservé une salle plus grande que d'habitude (Bonlieu) sans avoir les financements et qui exige ensuite des collectivités locales qu'elles paient la note.


Ensuite, j'aime pas du tout les inégalités et les injustices.

Depuis que mon article est sorti sur ce blog, j'ai pu avoir les impressions de plusieurs responsables d'associations et de clubs sportifs. Tous sont choqués. Le discours est toujours le même (au fond) : "quand c'est pour des grands événements paillettes, la ville trouve toujours de l'argent. Mais pour mon association (mon club) qui travaille tous les jours pour les habitants, il n'y a jamais d'argent en plus". C'est malheureusement si vrai...

Je rappelle que toutes les subventions cette année ont été gelées, que l'on demande aux services municipaux de faire l'impossible pour faire des économies. Et là, on double une subvention parce que la salle précédente ne convenait plus...

Cela montre comment est gérée cette ville. C'est une politique du fait du prince, d'abus de pouvoir (le principe de cette subvention supplémentaire pérenne n'a jamais été abordé en commission de la ville, et sera soumise au vote fin septembre... après qu'elle ait été versée !). Sur quels bilans, sur quels rapports d'activités, sur quelles missions, cette augmentation se base-t-elle ?  Une politique sans cohérence et clientéliste. 

Vous comprendrez bien que, malgré l'attachement qui est le mien et qui reste intact à la musique classique et à l'existence d'un festival de grande qualité sur notre ville, l'édition 2015 d'Annecy Classic Festival se fera, pour la première fois, sans moi.

PS: Si certains responsables d'associations et de clubs annéciens souhaitent doubler pour l'année prochaine la subvention de la ville, vous connaissez maintenant le mode d'emploi...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire