jeudi 11 juin 2015

Parcs : le centre-ville et le reste

Les déclarations se multiplient de la part de la majorité contre nous depuis que j'ai redis ici notre opposition totale à la bétonisation et la privatisation du parc des Capucins.

Je suis étonné de l'étonnement de mes collègues de la majorité car il leur suffisait de lire notre programme de 2014 pour savoir que notre projet était de réhabiliter la chapelle et le couvent ainsi que le parc dans sa totalité pour l'ouvrir au public. Nous, nous ne nous sommes jamais cachés de nos projets contrairement à la majorité qui a travaillé ce dossier dans le dos des Annéciens depuis avant l'élection municipale (mais ce procédé n'est pas nouveau, on le connait avec la fusion des communes ou l'aménagement privatif des Haras).

Ce qui m'étonne davantage ce sont les arguments totalement fallacieux qui sont employés.

D'abord la construction de 5 immeubles sur un espace actuellement naturel ne serait pas une bétonisation ! Je vous laisse juger.

Ensuite l'espace serait à 80% public. Ah bon ? Mais il faut faire là un petit cours de droit (désolé) pour montrer la mauvaise foi de la majorité. En réalité la majorité nous parle de titres de propriétés. En mettant en bail emphytéotique à une société HLM une partie des immeuble, la ville conserve juridiquement la propriété... ce qui permet à la majorité de les compter dans les espaces publics !

Idem pour le couvent et la chapelle dont la ville conservera la propriété juridique, mais dont l'usage sera vraisemblablement privatisé (en création des locaux pour entreprises par exemple).

Ou bien encore les jardins partagés, dont l'usage est privatisé à quelques heureux habitants. Drôle de façon de promouvoir un espace public et une écologie urbaine que de privatiser les espaces ! Ce n'est pas ma conception. D'ailleurs le collectif des Incroyables comestibles nous montrent que d'autres alternatives sont possibles.

La propriété publique n'est pas nécessairement synonyme d'usage public. Or, ce qui compte c'est l'usage, pas les titres de propriété. C'est d'ailleurs ce que cette majorité feint de ne pas comprendre avec le centre des congrès... Les voitures de la ville sont des propriétés publiques, or elles ne sont pas utilisables par tout le monde! C'est la même chose ici. L'espace public (au sens de l'usage) est bien réduit à peau de chagrin !

Enfin, je ne peux que rire des arguments de M. Billet qui nous accuse de vouloir rester entre nous, entre nantis. M. Billet appartient à une majorité qui vend des terrains publics pour faire du logement à 4500€/m² accessible aux 5% des plus riches de la population. 

Mais mieux, M. Billet appartient à une majorité qui met 3 M€ (là bizarrement plus question de baisses de dotations d'Etat!) pour acheter un parc clos, fermé, jamais vu, jamais ouvert (donc si je suis son raisonnement qui ne manquait à personne puisque c'est ce qu'il dit du parc des Capucins) du couvent des Sœurs de Saint Joseph situé à quelques pas du jardin de l'Europe ou du Pâquier. Ce parc est constructible mais "on ne pouvait pas ne pas l'acheter pour le protéger" comme dit le maire.

Alors deux poids deux mesures ? Si vous êtes habitant du centre-ville vous avez le droit à de nombreux parcs, alors que dans les quartiers de la ville vous avez droit aux immeubles, à la densification et à faire des kilomètres pour trouver un espace vert digne de ce nom.

Résultat de recherche d'images pour "balance"

Les partisans du nimby (pas près de chez moi) dans cette affaire, ce sont ceux qui choient toujours plus le centre-ville qu'ils habitent, et qui délaissent les quartiers périphériques, juste bons à se débrouiller avec leurs tours et leurs immeubles. Cette vision d'une carte postale à préserver et de quartiers à délaisser n'est pas la mienne. Tous les Annéciens ont droit aux mêmes services, à la même politique. Le parc des Capucins est le dernier espace vert naturel en ville. Il doit être conservé pour profiter oui, et je l'assume totalement, d'abord aux habitants de ce quartier qui compte une des plus forte densité de la ville.

Pour construire des logements, on aurait pu démolir entièrement l'école des Fins plutôt que de garder un bâtiment qui réduit drastiquement la densification du projet. Pourquoi n'ai-je jamais entendu M. Billet sur ce point (contrairement à mes prises de positions) ? Ah oui, j'oubliais, les tactiques politiciennes, la conservation du patrimoine doit être choyée et l'allié M. Bexon bien traité, pour préparer les prochaines élections...

Ce dossier du parc des Capucins touche, pour moi, des valeurs fondamentales, celles de l'égalité et du vivre-ensemble, quant à la méthode à celle de la vérité et de la sincérité. Ce dossier est certainement l'un des plus importants de ce mandat, même s'il n'est pas le plus médiatique, car il renvoie à l'essence même de ce que je crois être l'âme d'Annecy et mon rôle d'élu local. Voilà pourquoi il me tient tant à cœur et que je me battrai.

3 commentaires: