lundi 1 juin 2015

Centre des congrès : les hommes du passé

Pour moi, les hommes du passé sont ceux qui cherchent à rebétonner les bords du lac en recréant des murs de béton entre les Annéciens et leur lac.

Avant que des politiques courageuses soient mises en oeuvre sur les bords du lac, on avait un théâtre, une maison du directeur de SNR avec ses murs et ses grillages, une usine de chocolats, des espaces clos, une station service, etc...

Cette réalité était héritée de construction datant souvent du 19e siècle, du temps jadis. Les hommes du passé sont ceux qui, sous couvert de modernité, cherchent à renouveler ces expériences en érigeant sur la presqu’île 9800 m² de béton, hauts de 12 m. Nous ne voulons pas voir s'ériger de nouveaux murs qui séparent les Annéciens de leur lac.

En revenant sur ce qui avait fait la modernité et l'honneur des politiques de préservation des rives du lac, les promoteurs du centre des congrès ont les yeux braqués sur les années de la fin 1800, pas sur les années 2000... Ce sont sans conteste possible eux, les hommes du passé, les hommes du passif !

C'est ce que sont de nouveau venus dire des centaines d'Annéciens, samedi soir lors de la réunion publique organisée par les Amis de la Terre et le collectif citoyen "Sauvons la presqu'île d'Albigny"
.

http://www.librinfo74.fr/2015/05/si-bernard-bosson-accepte-etre-un-homme-du-passe-il-considere-que-jean-luc-rigaut-sera-lhomme-du-passif/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire