mardi 9 juin 2015

Bétonisation du parc des Capucins

Vous savez combien le clos des Capucins, situé avenue de Cran, est un lieu important pour nous. Notre groupe s'était mobilisé, dans le mandat précédent, pour qu'il soit préempté par la ville et ainsi, croyions-nous, sauvé des bétonneurs.

Or, hier soir, en conseil municipal privé (sans public et sans presse), le maire nous a dévoilé son projet de bétonisation presque intégral de ce parc. D'ailleurs, il évoque déjà cette volonté dans la tribune du groupe majoritaire parue dans le bulletin municipal de ce mois-ci.

J'avais porté, lors des dernières élections municipales, avec mon équipe, suite à l'écoute des demandes des habitants de ce quartier, un projet visant à préserver à la fois les bâtiments (couvent et église) et l'intégralité du parc à ouvrir au public. Au passage, vous aurez noté que le maire dans son programme (si bien détaillé et porteur d'avenir que 45% des Annéciens ont voté pour lui) n'abordait pas du tout ce sujet des Capucins. Nous avions proposé une orientation "jeunesse" pour penser l'avenir de ce clos des Capucins.

Notre projet consistait à garder l'aspect "intimiste", "serein" de ce parc en l'aménageant à minima, en lui conservant un aspect "poumon vert" dans un quartier fortement urbanisé. Car je suis personnellement convaincu qu'il faut densifier les villes pour éviter le mitage des paysages. Mais cette densification ne peut se faire sans espaces de respiration, sans lieu de verdure. Quoi de mieux que de conserver les rares espaces de cette nature qui nous restent ?

Ce parc s'inscrivait dans une trame verte reliant les parcs de la préfecture, des haras et des capucins.

Le projet du maire, construit sans aucune concertation ni avec les élus ni avec les habitants consiste:
1) à démolir le foyer Saint François et la maison de l'ordre de Malte (ce qui est bien)
2) de bétonner les deux parties sur les côtés du couvent en construisant 120 nouveaux logements dans "un parc habité" (dixit les promoteurs) selon le schéma suivant:


(en rayé noir : les espaces privatisés avec la construction côté boulevard Replat de 4 immeubles privatifs qui détruisent complètement le parc naturel vert présent et côté avenue de Berthollet 2 immeubles
en rayé orange : l'implantation d'un jardin partagé à accès limité)

Reste donc comme espace public que les deux "allées" de part et d'autre du couvent ! Une bétonnisation en bonne et due forme qui va venir étouffer ce quartier qui a besoin de vie et de respiration !

L'avenir du couvent n'est pas scellé (il sera néanmoins conservé mais son architecture pourrait être revue) même si l'idée d'y implanté des bureaux professionnels a été évoquée. De même pour la chapelle dont la vocation culturelle n'est pas actée.

Ce projet ne répond en rien aux attentes des habitants de ce quartier. Il va venir bétonner l'un des derniers espaces verts de notre ville. C'est une privatisation quasi-complète. Les habitants n'y auront pas leur place.

Ce projet est inacceptable. la ville n'a pas préempté pour faire cela ! Nous nous battrons contre ce projet pour rester dans une ville vivable et agréable, conçue pour ses habitants et non pour la spéculation immobilière. On comprend mieux pourquoi le maire refuse d'ouvrir cet espace au public depuis des mois.

Nous ne laisserons pas faire. Nous appelons à la mobilisation des habitants pour faire de nouveau reculer le maire comme nous l'avons déjà fait une première fois en obtenant la préemption !




2 commentaires:

  1. Bonjour.

    Savez vous si ce projet avance? Nous voudrions déménager dans le quartier mais sommes sensibles aux espaces verts et donc à ce parc!

    Un grand merci pour votre message!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      L'association "Les Amis du Domaine des Capucins" qui regroupe les citoyens qui souhaitent préserver le parc et l'ouvrir au public a déposé un recours gracieux auprès du maire pour faire annuler le projet immobilier. Le maire a rejeté de façon très discourtoise cette main tendue. Nous avons donc décidé de déposer un recours contentieux devant les tribunaux. Ce sera à eux de dire le droit. Nous sommes confiants quant à l'issue de cette procédure.

      Néanmoins, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés, au sein de l'association pour mener ce combat. Vous êtes ainsi le-la bienvenu-e-.

      Supprimer