lundi 4 mai 2015

Les MJC sous surveillance

Résultat de recherche d'images pour "maison des jeunes et de la culture"

J'ai assisté lundi soir dernier à l'Assemblée Générale de la MJC de Novel. A cette occasion, j'ai appris que la ville avait décidé d'interrompre le processus de reconventionnement des MJC et centres sociaux d'Annecy avec la ville pour mandater un audit de ces structures.

En effet, les MJC (et centres sociaux) des Teppes, de Novel, du Parmelan, des Romains, Archipel Sud sont conventionnées avec la ville pour 4 ans (une convention est une sorte de "contrat" qui fixe des objectifs aux MJC sur certaines actions à mener au nom de la ville, en échange la ville fournit des moyens pour accomplir ces missions: subventions, locaux). La convention actuelle arrivera à échéance en fin d'année. Il s'agissait donc de passer en revue les missions, les objectifs, les résultats mais aussi les moyens à allouer pour re-signer pour la période 2016-2020.

Le maire a convoqué (en moins d'une semaine !) les responsables des MJC pour leur annoncer sa décision. Il souhaite prolonger la convention actuelle d'un an, le temps de missionner un cabinet d'audit extérieur (qui sera certainement payé chèrement) pour passer au crible les activités des MJC.

Pourquoi une telle décision (prise sans concertation) ? Pourquoi une telle précipitation alors que les MJC travaillaient à leur reconventionnement ? Pourquoi une telle défiance ? Cette mesure plonge les MJC dans une forme de précarité.

Les raisons avancées semblent parfois bien floues (et quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup, non ?). Il est vrai que deux directeurs de MJC viennent de démissionner de leurs fonctions. Mais cela regarde-t-il directement la ville ? Je rappelle que les MJC ont des conseils d'administration élus par des assemblées générales. Ce sont eux qui sont responsables de la vie de leur association. Alors certes, la ville participe au financement de ces postes (une bizarrerie dont je n'ai pas encore compris la raison, sinon à garder un œil sur leur travail...), mais elle n'a pas à s'immiscer dans la vie des associations. Cette réalité interroge les CA et certainement la fédération des MJC, pas nécessairement la ville.

Des structures ont quelques difficultés financières, c'est vrai (il ne faut pas non plus les exagérer). Au passage, je conteste la manière dont parfois certains élus parlent de ces administrateurs qui, je le rappelle, sont légitimes à leurs places car élus, mais qui ne sont que des bénévoles qui font le maximum dans des fonctions parfois complexes (être responsable d'une MJC c'est aussi avoir une fonction d'employeur toujours difficile). Ces difficultés financières doivent être corrigées. Mais une simple vision comptable, caricaturale, est souvent trompeuse. Il faut aussi avoir une lecture qualitative du travail fait. Et travailler des trajectoires de retour à l'équilibre sur plusieurs années.

Il ne faut pas non plus oublier le gel des subventions (alors que les dépenses mécaniquement augmentent de 2%/an). Il ne faut pas oublier, dans des comparaisons toujours discutables, que certaines MJC (ce qui n'enlève rien au mérite de leurs responsables) sont certes en équilibre financier confortable mais que ce sont aussi des MJC qui ont des missions de centralité payantes, "qui rapportent de l'argent". Ouvrir un espace d'art contemporain au public, prêter des jeux ou faire découvrir le conte dans les jardins de l'Europe, ça ne rapporte rien (tout en coûtant des frais de personnel). Attention aux comparaisons hâtives et donc aux jugements sur les qualités des responsables !

Enfin venir apporter comme argument pour cet audit, la possible fusion de communes (faut-il que l'on arrête de vivre en attendant ?), le déconventionnement du Conseil Départemental sur les centres sociaux (j'ai toujours pas compris le rapport...), la baisse des dotations de l'Etat (faut-il tout reporter sur les associations ayant du personnel ? Je ne le crois pas)... ce sont là des arguments qui ne sont pas recevables pour moi.

Cette profusion d'explications plus ou moins absconses me laisse pantois et sceptique. Que cherche réellement la mairie derrière cet audit ? Chercherait-elle à justifier des baisses de moyens à venir ? Cherche-t-elle à régler des comptes ?

Membre de la commission Enfance, Jeunesse, Culture (qui s'occupe des MJC), je n'ai jamais entendu parler de cet audit avant lundi dernier. Les membres de la commission n'ont pas eu à se prononcer ou à discuter sur ce fait du prince (à se demander à quoi cela sert-il que l'on participe à ces commissions...). Nous ne connaissons pas le contenu, le cahier des charges de cet audit. Quand, lors de la réunion de la commission mardi dernier, nous avons été quelques-uns à demander à pouvoir participer à la réflexion autour de ce cahier des charges, on nous a répondu par une fin de non recevoir. Pourtant nous demandions simplement à pouvoir participer, apporter nos expertises à la réflexion globale... Mais non.

Une fois de plus, quelques élus (qui ont la science infuse) feront tout, tous seuls. Ceci ne fait que renforcer mon sentiment : les vraies raisons de cet audit ne sont pas celles que l'on veut bien nous dire. Le maire (et quelques élus autour de lui) a pris ce dossier directement en main, dans l'opacité la plus totale. Il a décidé de mettre les MJC sous surveillance. Ce n'est pas très rassurant.


1 commentaire:

  1. VIGNELLO Daniel4 mai 2015 à 15:11

    Ce qui n'est pas rassurant c'est la collusion élus/fonctionnaires. Aucune association, aucune administration, aucune EPIC a l'obligation de résultat et donc ne peut vivre sans subvention. Les subventions et les PUB sont les ennemis de la Liberté

    RépondreSupprimer