jeudi 30 avril 2015

La barbarie à l'état brut

Vous avez peut-être entendu hier cette information selon laquelle des soldats français en poste en Centrafrique (sous l'égide de l'ONU) auraient (présomption d'innocence oblige) commis des viols sur une dizaine de jeunes garçons (dont l'un n'aurait même pas 9 ans) en contrepartie de nourriture.

Je suis consterné, dégoûté, abasourdi et pour tout dire extrêmement en colère. Ces (a priori) 16 soldats violeurs sont des monstres. S'en prendre à des enfants... pour la plupart orphelins... qu'ils sont sensés protéger. Cela n'a pas de nom, sinon celui de la barbarie la plus sauvage, la pédophilie.

Ils ont commis ces crimes (car le viol est un crime) avec notre drapeau, en tant que représentants de la France. Je le clame haut et fort, ces salauds n'ont pas commis cela EN MON NOM. Ils ont sali le drapeau français, ils ont abusé le peuple français qui leur fait confiance, ils nous ont déshonoré. Ils ne méritent pas de rester dans l'armée. Ils doivent être immédiatement appréhendés, interrogés et si les faits s'avèrent authentiques, dégradés, déclassés, virés, condamnés avec la plus grande fermeté.

La France est intervenue en Centrafrique pour mettre fin à des massacres, pas pour commettre des crimes. C'est malheureusement l'image de tout notre pays sur ce continent qui est une nouvelle fois abîmée. C'est à nous, citoyens français de dire que nous ne sommes pas d'accord, que nous ne cautionnons pas, que nous condamnons et que la France, ce n'est évidemment pas cela.

Mais s'indigner ne suffit pas. Ces soldats étaient des représentants de notre pays, envoyés pour protéger les populations. Ces enfants, victimes de la barbarie, ne peuvent être ignorés et oubliés. La France, sinon l'ONU, doit tout faire d'abord pour les mettre en sécurité puis leur offrir une reconstruction et un avenir après ce coup terrible qu'ils ont reçu. Ils ont été anéantis. La moindre des choses serait que, sans jamais pouvoir réparer ce qui a été commis, nous, français, nous permettions à ces enfants de se reconstruire y compris psychologiquement.

Je crois que le seul moyen à la hauteur de ces crimes, serait de placer ces enfants sous la protection de notre pays, en les accueillant. Je ne sais si le statut de Pupille de la Nation (juridiquement) est applicable, mais c'est ce qu'ils doivent devenir. Ces soldats ont abusé de notre drapeau, certes ce n'est pas notre faute. Mais nous avons une part de responsabilité que nous nous devons de regarder en face. C'est bien nous qui avons envoyé notre armée là-bas.

Je veux finir en ayant une pensée pour Anders Kompass, responsable de l'ONU qui, devant le peu d'entrain des autorités à faire avancer ce dossier, a décidé de le transmettre à d'autres pour qu'il soit rendu public et qu'enfin le scandale éclate. Cet homme a été mis à pied par l'ONU ! Un comble pour une personne qui mériterait plus d'être traitée en héros ! Je souhaite que les autorités françaises fassent là aussi le maximum pour que cet homme courageux, humain, qui n'a agi que dans l’intérêt de l'humanité, soit réhabilité, voire décoré (quand on voit des fois à qui on donne la légion d'honneur...)

Bref, ces crimes ne doivent pas nous laisser indifférents. Pour ma part, en tant que citoyen je demande pardon aux victimes et à leur potentielles familles. Notre armée, celle du peuple français, ce n'est pas cela. Mais quand ces horreurs arrivent il faut les assumer (individuellement pour les auteurs, mais aussi collectivement). Ce sont nos uniformes qui ont donné à ces barbares l'autorité nécessaire pour commettre ces crimes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire