lundi 23 mars 2015

Quelle est la stratégie d’EELV ?

Que dire… Tristesse, incompréhension. Voir que moins d’un Annécien sur 2 s’est déplacé pour voter à ces élections départementales… sans commentaire.

Voir le FN à plus de 20% à Annecy… sans commentaire.

Résultat de recherche d'images pour "eelv"

Pour les forces de gauche sur Annecy 2, le nouveau numéro d’un scénario bien connu : celui de la division. Avec plus de 16% des voix pour les candidats PS/PRG et moins de 13% pour les candidats EELV, il n’y a pas besoin d’avoir fait math sup’ pour comprendre qu’une union aurait permis de devancer le FN et de présenter un second tour « gauche contre droite » en éliminant le FN. Mais non… EELV a refusé de signer un accord départemental avec le PS (je rappelle que c’est à ce niveau que se décidaient les accords, normal pour une élection départementale), principalement pour des raisons de divergence politique (nationale). EELV en Haute Savoie, comme en Savoie, comme en Isère (ailleurs je n’ai pas regardé) a préféré jouer la carte solo de la division, de l’éparpillement… pour « se compter » comme ils disent.

Ce faisant, ils font objectivement le jeu de la droite et du FN en leur permettant d’être au second tour (alors que leur score ne progresse plus). Remake d’un scénario déjà déroulé aux élections municipales quand nous proposions un accord avec EELV et qu’on savait (parce que tout se sait) qu’en parallèle ils démarchaient des gens pour aller sur la liste en leur disant qu’il n’y aurait pas d’accord avec nous…

Le FN n’est pas le second parti d’Annecy. La gauche modérée est plus forte que le FN, mais le manque de vision et de maturité de certains EELV provoque systématiquement la division (législatives, sénatoriales, municipales, départementales...). Pourquoi ?

On me répondra qu’il y a bien eu des binômes EELV/PS. Oui, heureusement, il y a aussi des militants EELV responsables par endroit qui ont su passer outre la position de leur parti et s’allier pour rester au second tour. Pourquoi n’est-ce pas possible à Annecy ? Parce qu’à Annecy il existe visiblement des stratégies personnelles et des égos qui préfèrent faire chuter la gauche que de voir un socialiste et un écologiste élus ensemble.

On me demande parfois ce qui fait la différence entre moi et certains écolos d’Annecy. Hier soir la différence était nette. Alors qu’EELV se réjouissait d’avoir fait « un bon score » (« tu te rends compte au national on fait 2% et à Annecy presque 13% »). Très bien et ensuite ? Et maintenant ? Tu voteras Puthod/Lhuillier ou FN ? Pour ma part, je mesurais le mur d’incompréhension qui nous séparait. Qu’allaient de nouveau penser les électeurs ? Pourquoi tout ce gâchis dans une ville où le tripartisme semble désormais bien installé à 1/3 à droite, 1/3 à gauche et 1/3 à l’extrême droite (ce qui au passage, si certains réfléchissaient un peu, ouvre des possibilités de victoire pour l’avenir…) ?

Veulent-ils vraiment gagner ? Comment sortir de cette impasse pour l’avenir ? Le peut-on ? Le veulent-ils ? Je ne sais pas, je ne sais plus…

Qui défendra dimanche prochain les transports en commun, le non cumul des mandats, un non au centre des congrès à Albigny et au tunnel sous le Semnoz, etc… Personne. Mais on s’est « compté ». 

Le scénario s’est répété et les acteurs peuvent retourner se rhabiller. La pièce des élections départementales s’est terminée avec le sentiment du gâchis pour certains, celui de leur égo regonflé à bloc pour d’autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire