dimanche 15 mars 2015

Centre des congrès : avec l'argent du contribuable tout devient possible

J'ai lu la semaine dernière l'interview que M. Rigaut, président de l'agglomération, a donné à l'essor savoyard au sujet de la possible construction d'un nouveau centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Je ne reviendrai pas sur le ton général fait, comme toujours sur ce dossier, de mensonges, d'arrogance et d'une suffisance qui cache difficilement la faiblesse du dossier. Tel un coq, ou un paon, M. Rigaut montre les plumes en essayant d'impressionner et de convaincre non par l'argumentation mais pas une forme d'intimidation.

Raté !

Néanmoins, dans cette interview, deux points ont particulièrement retenu mon attention.
Le premier concerne la gestion de l'argent public fait par cet élu. Voici l'extrait:
« Mais contrairement aux Trésums, par exemple, ces recours ne ralentiront en rien le bon déroulement du projet. Quand il s'agit d'un montage privé, les promoteurs hésitent à engager des frais avant que toutes les incertitudes ne soient levées. Or, ici, il s'agira d'un projet d'utilité publique. Et ça ne s'appelle pas DUP pour rien ! »

Traduisez : quand il s'agit d'argent privé, les investisseurs ne prennent pas de risques de dépenser de l'argent en pure perte, en cas d'annulation de tel ou tel acte administratif (la Déclaration d'Utilité Publique ou le permis de construire). Mais avec l'argent public, l'argent des autres, des contribuables, tout est différent. Pour satisfaire leur désir de grandeur et leur délire pharaonique, MM. Accoyer et Rigaut sont prêts à prendre tous les risques, y compris celui d'engager de l'argent public (le vôtre, le nôtre) avant même que tous les recours soient épuisés.
Drôle de façon de bien gérer l'argent public. Un privé c'est normal qu'il ne le fasse pas (ça s'appelle la bonne gestion!), mais avec l'argent public on peut tout se permettre ! Ben voyons...


Résultat de recherche d'images pour "argent public"

Second point, voici l'extrait :  "Si tout va bien, explique le maire d'Annecy, l'enquête publique démarrera après le conseil du 9  avril et se terminera à l'automne. Ensuite, le préfet déclarera le projet d'utilité publique - car il ne fait aucun doute qu'il est d'utilité publique -, et plus rien ne nous arrêtera. Il est porté par la collectivité et géré par la collectivité (sans doute par délégation de service public), donc c'est bien d'intérêt général. »

Traduisez : 1) Avec mon ami Accoyer nous portons ce projet, puisque nous sommes les grands manitous de l'agglo, que presque personne ne dit rien parmi les élus, on fait ce que l'on veut. Nos désirs sont des ordres. Donc si on dit que ce projet est d'utilité publique, il est d'utilité publique et cela ne souffre aucune contestation.
2) Si, pour ma part, j'étais le préfet, je me méfierai de ces deux-là car la stratégie est claire. Si le préfet signe la DUP, c'est lui qui deviendra responsable, notamment auprès de la population. C'est lui qui aura à régler tous les problèmes, nos deux acolytes "plus rien ne les arrêtera" ! Bref au préfet les emmerdes, à Rigaut et Accoyer le béton ! Avec mes amis, nous avons alerté le préfet par lettre sur le risque qu'il prendrait en signant la DUP. Cette interview renforce notre pronostic. Vraiment M. le préfet, faites attention avant de signer et demandez son avis au tribunal administratif. Parce qu'ensuite Rigaut et Accoyer eux ils fonceront et ils vous laisseront vous débrouiller avec les recours... Au passage, belle définition de la démocratie et du courage en politique !

Le 9 avril au conseil d'agglomération, avec je l'espère beaucoup de citoyens venus de toute l'agglomération et le maximum d'élus (ce sera l'épreuve du feu pour tous ceux qui ne disent jamais rien !), je serai là pour redire mon opposition à l'implantation de ce nouveau centre des congrès à Albigny. La mobilisation ne doit pas céder face à l'arrogance. Non, la construction du centre des congrès ne commencera pas en 2016. Non, rien n'est fait. Mais sans vous, sans la population, nous ne serons pas assez forts face à ce rouleau compresseur que "tout peut encore arrêter" !

2 commentaires:

  1. Reagissons. Ne laissons plus nos élus nourrir leurs ambitions personnelles avec l'argent public (nos impôts). Certains ont un ego tellement grand que rien ne les arrête. Pour cette espèce tout est possible, les lois n'existent pas, en l'occurrence la loi littorale ! Ne parlons pas du budget prévisionnel qui au final des travaux sera sans aucun doute largement dépassé.

    RépondreSupprimer
  2. N'y a t-il pas des intérêts cachés pour fuir à ce point tout débat démocratique ?

    RépondreSupprimer