dimanche 15 février 2015

Travail du dimanche

Résultat de recherche d'images pour "travail dominical"

L'assemblée nationale vient de voter en première lecture l'élargissement du nombre de dimanches où le travail sera autorisé. Ils passeront ainsi de 5 à 12 dimanches par an.

Les modalités de compensation sont encore en cours de discussion mais l'essentiel est ailleurs. L'essentiel c'est le choix de société qui est fait et contre lequel je me suis toujours battu : consumérisme, individualisme, fausse liberté de choisir des salariés, grande distribution contre petit commerce, etc...

En avril 2012, le candidat François Hollande disait lors d'un meeting : "Le combat de 2012, c'est de préserver le principe du repos dominical, c'est-à-dire de permettre aux travailleurs de consacrer un jour de leur semaine à leur famille, au sport, à la culture, à la liberté. J'y veillerai !".

L'élargissement des ouvertures des magasins le dimanche n'est pas une bonne idée, c'est même une régression sociale (aux vues de l'Histoire). Pour connaitre une pareille situation avec une mère ambulancière qui fait des astreintes les dimanches, je sais que ce rythme n'est pas enviable pour la vie de famille. Oui, il faut parfois pouvoir respirer, arrêter, penser à autre chose qu'au travail. On peut le faire chacun, égoïstement dans son coin (en chômant qui le lundi, qui le mardi, etc...), selon ses moyens (financiers). Mais l'avantage du jour chômé pour tous est qu'il rythme la vie collective, sociale dans un "cérémonial" national. On a, tous ensemble, des repères qui nous font vivre ensemble. J'invite mes amis les weekends, je visite mes parents les dimanches... C'est important.

Alors pourquoi vouloir casser ce rythme collectif ? Pour relancer l'économie et la consommation ? Franchement c'est un mythe. Sans pouvoir d'achat supplémentaire qu'irais-je donc dépenser le dimanche ? Par contre, ces ouvertures dominicales vont faire subir une concurrence forte aux petits commerces par les grandes surfaces. Les premiers auront peu le loisir d'ouvrir les dimanches. Par contre les grands groupes emploieront des salariés kleenex pour faire ce boulot dominical...

Alors on me rétorquera que des activités existent déjà le dimanche. C'est vrai. Et ça fonctionne, notamment dans les zones touristiques. Mais doit-on en faire un modèle, un exemple à suivre pour tous ?

Au fond, je pense que la gauche n'a pas été élue pour faire çà. Cette déréglementation du travail dominical est une loi de déstructuration sociale dont on a du mal à mesurer les incidences sur la vie associative, sportive, culturelle, familiale. Il ne s'agit pas de sacraliser un principe. Le progressiste que je suis ne s'y reconnaîtrais pas. Non, il s'agit simplement de se demander si cela en vaut bien la peine. Pour moi, les risques sont bien plus importants que les avantages. C'est pourquoi j'y suis opposé. Aménageons au cas par cas s'il y a des assouplissements à mettre en place mais inutile de supprimer un dimanche par mois de repos à tous les salariés du commerce pour un rendu économique très hypothétique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire